Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Editions | Parution : L’identité, socle de la cité. Réconcilier ethnos et polis

Parution : L’identité, socle de la cité. Réconcilier ethnos et polis

Dans le sillage d’Ernest Renan, Henri Levavasseur nous rappelle que c’est la conscience d’une origine commune, conjuguée à la volonté d’un destin commun, qui assure la cohésion d’un peuple.

Parution : L’identité, socle de la cité. Réconcilier ethnos et polis

Les peuples européens, confrontés depuis cinquante ans à l’arrivée massive de populations exogènes, sont aujourd’hui sommés de renoncer à leur identité ethnique et culturelle. Ils se voient imposer un nouveau modèle de société cosmopolite, fondé sur l’adhésion à des « pseudo-valeurs » abstraites et universelles.

Or, la rup­ture entre com­mu­nau­té eth­nique et com­mu­nau­té civique menace la sur­vie de nos nations.

Hen­ri Leva­vas­seur nous invite à reprendre col­lec­ti­ve­ment conscience de « ce que nous sommes », afin de refon­der la cité sur le socle de l’identité.

Comme tous les peuples d’Europe, les Fran­çais doivent réap­prendre à pen­ser leur iden­ti­té propre. Ils doivent pour cela libé­rer leur esprit de l’idéologie uni­ver­sa­liste. Car l’identité des peuples résulte d’un double héri­tage, cultu­rel et bio­lo­gique : l’héritage d’une langue et d’une culture, asso­cié à l’héritage de l’hérédité et du patri­moine géné­tique. L’identité eth­nique, c’est aus­si la fidé­li­té à une éthique, c’est-à-dire à des mœurs, à une manière d’être spécifiques.

Dans le sillage d’Ernest Renan, Hen­ri Leva­vas­seur nous rap­pelle que c’est la conscience d’une ori­gine com­mune, conju­guée à la volon­té d’un des­tin com­mun, qui assure la cohé­sion d’un peuple.

Depuis plus de cinq mille ans, les peuples d’Europe sont por­teurs d’un héri­tage eth­nique et cultu­rel spé­ci­fique, issu d’un creu­set com­mun. Nos peuples sont fon­dés à trans­mettre cet héri­tage sur l’espace géo­gra­phique qu’ils ont façon­né à leur mesure, dans le cadre civi­li­sa­tion­nel qui est le leur.

Cet héri­tage n’est pas un témoi­gnage figé du pas­sé. C’est un poten­tiel, qui per­met d’exprimer notre génie propre. Cet héri­tage est notre avenir.

Alors que le modèle de l’Occident libé­ral, vic­time de ses propres contra­dic­tions et du chaos qu’il a lui-même semé, est aujourd’hui au bord de l’implosion, Hen­ri Leva­vas­seur nous invite à for­mer une avant-garde en renouant avec cet héri­tage, pour écrire le cha­pitre sui­vant de l’histoire de l’Europe.

Jean-Yves Le Gallou

À propos de l’auteur

Hen­ri Leva­vas­seur est doc­teur en his­toire, médié­viste et germaniste.

Il a notam­ment col­la­bo­ré à La Nou­velle Revue d’histoire, ain­si qu’à deux ouvrages édi­tés par l’Institut Iliade : Ce que nous sommes — Aux sources de l’identité euro­péenne (Pierre-Guillaume de Roux, 2018), et Nature, excel­lence, beau­té — Pour un réveil euro­péen (La Nou­velle Librai­rie, 2020).

Il a éga­le­ment contri­bué à La Biblio­thèque du jeune Euro­péen, recueil diri­gé par Alain de Benoist et Guillaume Tra­vers (Le Rocher, 2020).

À propos de la Collection Cartouches

La col­lec­tion Car­touches de l’Institut Iliade, publiée aux édi­tions de la Nou­velle Librai­rie, et diri­gée par Guillaume Tra­vers, vise à réunir de brefs textes utiles à la pour­suite de com­bats poli­tiques et méta­po­li­tiques. Dans un style inci­sif, ces essais sont autant de muni­tions intel­lec­tuelles pour ins­pi­rer la vie et l’action mili­tante des jeunes Euro­péens. Ils mani­festent le sou­ci per­ma­nent d’allier esthé­tique et éthique, posent des repères et pro­posent des réflexions qui doivent gui­der l’action. A ce titre, ils sont par­ti­cu­liè­re­ment pré­cieux pour de jeunes hommes et femmes en quête de valeurs, de racines, de trans­mis­sion. Les “car­touches” de l’Institut Iliade sont polies et ajus­tées pour faire face aux enjeux de notre temps.

Éléments techniques

L’identité, socle de la cité. Récon­ci­lier ethos et polis, Hen­ri Leva­vas­seur, La Nou­velle Librai­rie édi­tions, 2021, 82p. 7 €. ISBN : 978–2‑491446–39‑0