Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Henri Levavasseur

Henri Levavasseur

Politique du vivant

Politique du vivant

Selon Aristote, « l’homme est un animal politique ». Cela signifie que la vie de la cité (polis) joue un rôle essentiel dans la définition de notre identité.

Pas de politique sans identité !

Pas de politique sans identité !

Henri Levavasseur va directement à l’essentiel. Publié dans la collection « Cartouches », son essai a la puissance et la précision d’un obus de mortier, tant il est destructeur pour la doxa « diversitaire » ennemie.

La beauté comme horizon : une éthique de la tenue

La beauté comme horizon : une éthique de la tenue

Chapitre d’Henri Levavasseur pour l’ouvrage collectif de l’Institut ILIADE “Pour un réveil européen, Nature – Excellence – Beauté”, (éditions de la Nouvelle Librairie, lancement officiel à l’occasion du colloque annuel de l’ILIADE, le 19 septembre 2020 à Paris).

Aux sources de l’identité européenne (Collectif Iliade)

Aux sources de l’identité européenne (Collectif Iliade)

Le président de l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne, Philippe Conrad, un historien, a réuni pour écrire ce manifeste qu’est « Ce que nous sommes : Aux sources de l’identité européenne » (Pierre-Guillaume de Roux, éditeur) un panel d’essayistes de formations, de professions et de passions diverses.

L’idée impériale en Europe : notre plus longue mémoire politique

L’idée impériale en Europe : notre plus longue mémoire politique

L’idée impériale demeure indissociable de la reconnaissance d’une forme de sacralité propre à la fonction souveraine : enracinée dans la longue mémoire européenne, elle se situe aux antipodes de la religion laïque et universelle du progrès perpétuel, ou du culte du grand marché mondial.

Pour une éthique européenne de la tenue

Pour une éthique européenne de la tenue

Ouvert par le cataclysme de la Première Guerre Mondiale, le cycle du « sombre vingtième-siècle » a plongé l’Europe dans une crise de civilisation sans précédent, l’amenant à secréter elle-même, à travers les idéaux faisandés d’un universalisme ennemi des nations et des peuples, le poison du « grand effacement » qui menace de détruire jusqu’aux racines de son génie.