Institut ILIADE
Institut Iliade

Accueil | Matières à réflexion | Actualités | Rebelle par fidélité

Rebelle par fidélité

Témoignage de Marion du Faouët, auditrice de la promotion Dante de l'Institut Iliade, prononcé le samedi 27 mai 2023 à Naples.

Rebelle par fidélité

Chers amis,

Je suis très émue de pouvoir me tenir devant vous aujourd’hui, sur cette terre italienne qui a vu grandir une part du génie européen en particulier votre poète Dante Alighieri sous l’égide duquel ma promotion s’est placée l’année dernière. Je remercie l’Institut Iliade et votre librairie de me permettre de m’exprimer aujourd’hui. Mon propos sera, si vous me le permettez, assez personnel et tâchera de témoigner de la flamme qui anime mes engagements actuels. C’est la première fois que je m’essaie à cet exercice de présentation et je vous sais gré d’avance de votre bienveillance et de votre écoute.

« À qui a beaucoup reçu, il sera beaucoup demandé ». Voilà l’une des maximes scandée par ma mère à sa progéniture. Et en effet, je peux dire que j’ai beaucoup reçu. Je suis, à n’en pas douter, ce que certains pourraient appeler vulgairement une privilégiée. Par ma naissance tout d’abord, au sein d’une famille aimante, seconde d’une fratrie de huit enfants. Issue d’une race de chasseurs et d’aristocrates, j’ai grandi dans l’amour de ma patrie européenne et de son héritage, surtout culturel et littéraire. L’univers du Seigneur des Anneaux, la geste arthurienne, Sur les Falaises de marbre jüngériennes, Le cœur rebelle d’un certain historien avec qui mon père avait coutume de converser ont constitué mes plus beaux émerveillements et ont forgé mon âme. Mon mariage m’a laissée dans le même confort. Comblée d’amour par mon mari et nos trois enfants, j’habite la tranquille campagne bretonne où nous prévoyons d’implanter notre clan pour de longues années encore. Bien sûr, la vie aura su mettre sur mon chemin quelques épines, mais elles sont bien peu de chose au regard de tout le reste. D’extérieur, rien ne me prédestinait donc à être devant vous ce soir. Et je ne doute pas que mes camarades antifas de la faculté où j’ai repris mes études seraient bien surpris de me savoir dans votre librairie ! Et pourtant je suis là. Et je peux dresser fièrement la tête et affirmer à voix haute que j’ai su répondre présent à l’appel lancé par Dominique Venner il y a 10 ans de cela. Le silence assourdissant qui a suivi son geste sacrificiel le 21 mai 2013 a trouvé un écho bien amer dimanche dernier lorsque la police politique de Darmanin nous empêcha de nous réunir pour évoquer l’homme de lettres, le militant, l’historien qui marqua tant d’Européens. Les différents hommages qui ont eu lieu en Europe ont, à n’en pas douter, renforcé la flamme qui nous animait tandis que nous contemplions la salle vide du pavillon Wagram où nous devions accueillir notre public.

« Exister, disait Dominique Venner, c’est combattre ce qui me nie. (…) C’est être à soi-même sa propre norme. S’en tenir à soi quoi qu’il en coûte. Veiller à ne jamais guérir de sa jeunesse. Préférer se mettre tout le monde à dos que se mettre à plat ventre. »

Lorsqu’il a fallu préparer mon intervention, en discutant avec Pierluigi, cette citation du Cœur rebelle a refait surface dans ma mémoire. Je crois pouvoir dire que j’ai toujours été une rebelle et n’avoir pas encore guéri de ma jeunesse. Adolescente, j’ai vibré au fil des randonnées que nous faisions en famille ou aux scouts. Étudiante, j’ai milité au sein du Front national pour la jeunesse, collant, tractant, manifestant. Puis je me suis mariée, je suis devenue mère et j’ai commencé à enseigner le français dans différents établissements. Et cette flamme que mes parents ont su faire naître en mon cœur ne s’est jamais éteinte. Consciente du legs transmis par mes ancêtres européens, j’ai vu les délires politiques toujours plus fous entamer l’esprit de certains dans mon entourage. À quoi bon s’engager quand le pays va à veau-l’eau ? Pression migratoire toujours plus violente, wokisme, cancel culture. Nos ennemis se renforcent, puisant leurs forces dans les cadavres de nos contemporains totalement soumis à une machine qui désormais les domine.

Mais il existe des cœurs rebelles à ce déclin. Dominique Venner en était un. Samouraï d’Occident, il a voulu faire de sa mort sacrificielle un acte de fondation, un réveil brutal pour un peuple en dormition. Dominique Venner est pour nous un éveilleur de conscience. Il nous rappelle que nous ne sommes que les maillons d’une chaîne, dépositaires d’un héritage multi-séculaire qu’il nous faudra un jour transmettre aux générations suivantes. Nous, Européens, devons placer nos pas dans ceux de nos aïeux qui ont fait la grandeur de notre vieux continent. Des guerriers spartiates aux vieux romains, des dieux païens au Moyen Âge flamboyant, de la forêt profonde aux ruines antiques, des batailles épiques au chant enivrant des Nibelungen, de Nietzsche à Wagner, de Sainte Jeanne d’Arc à Charles Quint, tout parle au cœur d’un Européen. Mais que faire devant le constat de la décadence qui nous entoure ? Comment agir face à l’ennemi qui cherche à établir un nouveau monde dans lequel il nierait toute spécificité ? Peut-on accepter de vivre dans un monde où un petit Canadien ou Américain vivraient de la même manière qu’un Espagnol, un Français ou un Italien ? La matière humaine indifférenciée, telle que Renaud Camus la définit, semble tristement se contenter d’un matérialisme absolu, d’un individualisme à toute épreuve et d’une quête du plaisir sans limites.

Mais il s’agit, dans le sillage de Dominique Venner et des fondateurs de l’Institut Iliade de se tenir droit devant l’ennemi et de refuser la laideur qu’il propose. Partir en quête de la beauté pour éviter la seule recherche des plaisir ; former des esprits conscients de leur héritage et reformer un peuple européen pour lutter contre l’individualisme ; recourir aux forêts et quitter le confort matériel pour affronter le choc de l’histoire, voilà ce qui a guidé mes pas vers l’Institut Iliade, institut pour la longue mémoire européenne. La formation reçue de mes parents, de mes enseignants, de mes maîtres m’oblige. Je suis un maillon, bien imparfait je le reconnais, de cette histoire européenne. Je veux pouvoir me tenir, à l’aube de ma vie, face à ceux de ma race, mes enfants, mes petits-enfants et pouvoir affirmer que je n’ai pas rompu avec le fil de l’Europe, que je leur ai transmis cette flamme qui m’anime, que j’ai su chevaucher le tigre, parfois avec la peur au ventre mais toujours avec foi.

L’auteur Armand Berger nous dit ceci :

« La tradition tient du choix : la transmettre, assurer sa relève et maintenir le patrimoine vivant, ou bien la laisser disparaître dans le nihilisme. S’il n’y a plus de tradition, nous renonçons à ce que nous sommes et nous laissons le champ libre à toutes les dérives que le monde engendre au quotidien ».

L’institut Iliade, par sa formation exigeante, m’a fourni des bases solides pour poursuivre ce combat que j’avais déjà entamé depuis des années. La formation n’est pas une fin en soi et arriver au terme de celle-ci ne signifie pas pour autant déposer son fusil dans son étui pour s’en retourner chez soi profiter de la chaleur d’un feu crépitant et de la douceur d’un foyer aimant. L’Institut a pour but de former des Européens solides, animés d’une fougue à toute épreuve pour affronter les défis du déclin annoncé de leur civilisation.

Le but de l’Institut est clair : transmettre la grandeur de la civilisation européenne pour éviter sa disparition. À ce titre, il n’est pas seulement métapolitique mais œuvre pour le bien commun du peuple européen. La devise adoptée par l’Institut Iliade lors de sa fondation, un an après la mort de Dominique Venner résume en tous points ses objectifs. C’est la triade homérique, si chère à l’Européen enraciné qu’était Dominique Venner :

« La nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon. »

Cette devise nous offre un idéal à suivre et nous enjoint à mener des actions concrètes pour œuvrer au réveil européen. Les camarades qui se rassemblent lors des formations à l’Institut sont des hommes et des femmes d’horizons et de croyances divers, mais c’est bien la même flamme les anime tous et je crois pouvoir dire que c’est la même urgence de transmission qui les presse auprès des différents formateurs. Les cinq week-ends où nous nous réunissons autour de thèmes variés comme l’histoire de l’Europe, l’histoire des idées, la géopolitique ou encore la pensée non conforme sont aussi l’occasion de fonder une nouvelle communauté. Forts des liens qui unissent les stagiaires d’une même promotion, chacun peut repartir dans ses pénates gonflé d’une énergie puissante puisée dans les chants, les rires et les verres qui rythment chaque retrouvaille.

Car l’Institut Iliade n’a pas pour vocation de former simplement les esprits au « monde d’avant ». Il est résolument tourné vers l’avenir et l’action et veut, par le biais de ses formations, agir de manière concrète pour la reconquête de la civilisation européenne. Par la transmission d’un savoir qui n’est plus cantonné au monde universitaire, par la création de nouvelles communautés enracinées, par l’exigence imposée aux stagiaires qui franchissent ses murs, l’Institut Iliade est devenu, au fil des ans, un acteur majeur de la scène européenne. Chacun saura agir selon ses talents et ses compétences. Chacun trouvera sa place dans le combat qui nous attend. Après tout un fantassin n’est pas un artilleur ou même un parachutiste ! Il en va de même dans le combat culturel ou politique.

Refusant d’être de simples consommateurs mondains, les membres de l’Institut Iliade ont décidé d’agir dans la cité et de se mettre au service de leurs valeurs. Sans rougir devant ceux qui nous ont précédés ou ceux qui prendront notre suite, nous nous devons d’être des révolutionnaires, des révolutionnaires par loyauté. Face à l’effacement mémoriel qui guette l’Europe et signifierait la disparition de notre civilisation, l’Institut Iliade œuvre activement au réveil de la conscience européenne. Méditant sur l’imprévu de l’histoire, nous saurons agir efficacement face au grand effacement de notre race, plaçant nos pas dans ceux de Dominique Venner.

Permettez moi alors, pour conclure mon propos, de citer à nouveau Le cœur rebelle qui résume à mes yeux l’essentiel de notre tenue :

« La tradition est un choix, un murmure des temps anciens et du futur. Elle me dit qui je suis.
Elle me dit que je suis de quelque part.
Je suis du pays de l’arbre et de la forêt, du chêne et du sanglier, de la vigne et des toits pentus, des chansons de geste et des contes de fées, du solstice d’hiver et de la Saint-Jean d’été, des enfants blonds et des regards clairs, de l’action opiniâtre et des rêves fous, des conquêtes et de la sagesse. Je suis du pays où l’on fait ce que l’on doit parce qu’on se doit d’abord à soi-même.
Voilà pourquoi je suis un cœur rebelle. Rebelle par fidélité. »

Marion du Faouët

Billetterie 2024