Accueil | Projets des auditeurs | Promotion Roi Arthur

Promotion Roi Arthur

Les temps troublés dans lesquels nous vivons aujourd’hui demandent l’émergence de vrais combattants, prêts à s’engager avec leur cœur, leur foi et leur idéal. Cette vocation qui a été celle des chevaliers de la Table Ronde, les auditeurs de la 8e promotion de l'Institut Iliade la ressentent au plus profond d’eux-mêmes et s’en inspirent au quotidien pour œuvrer au réveil des Européens. Face au déclin de notre civilisation, ils recherchent une renaissance aussi idéaliste que celle de la quête épique du Graal et de l’âge d’or perdu. C’est donc sans hésitation et forts de leurs convictions qu’ils ont choisi pour parrain le roi Arthur.

Promotion Roi Arthur

Le roi Arthur, c’est un héros européen qui se place aux frontières du réel et de l’imaginaire. Si son existence dans l’Histoire est attestée, la légende et la chanson de geste vont forger autour de lui un mythe qui alimente à la fois des enjeux politiques et le rêve chevaleresque. Seigneur médiéval et chef de guerre, il rassemble les peuples parmi lesquels il rayonne par son nom et le symbole du Graal.

En effet, Arthur se tra­duit par « ours » qui se pro­nonce ursus en latin, arz en celte et ark­tos en grec ancien. Cet ani­mal est emblé­ma­tique de la force et de la connexion des êtres vivants avec l’énergie de la Terre et les cycles de la Nature. Véné­ré dans de nom­breuses tra­di­tions comme un totem puis­sant, il sym­bo­lise l’es­prit guer­rier et ins­pire ceux qui ont le cou­rage de se battre contre l’adversité. Les vikings ne s’y sont pas trom­pés : ils revê­taient des peaux d’ours pour ins­pi­rer la peur quand ils par­taient à la guerre.

De la même façon, le Graal est un sym­bole qui tra­verse le temps depuis les ori­gines des civi­li­sa­tions indo-euro­péennes. Il est asso­cié au chau­dron d’immortalité du Dieu drui­dique Dag­da ou à la corne d’abondance. Gar­dé par le Roi et sor­ti pour les ban­quets, il pro­met que la nour­ri­ture sera en abon­dance d’année en année. C’est aus­si une coupe mythique qui contient la quin­tes­sence de l’i­déal et de l’es­prit euro­péen au tra­vers des valeurs de la che­va­le­rie que sont l’hu­mi­li­té, la bra­voure, la cour­toi­sie, la géné­ro­si­té, la foi et l’hon­neur.

Plus tard, quand l’Europe entre dans la chré­tien­té, le Graal pro­longe sa légende dans les romans de lit­té­ra­ture arthu­rienne de Chré­tien de Troyes. Il devient le saint calice qui recueille le sang du Christ et repré­sente le pas­sage d’un monde païen vers un monde chré­tien. Il appa­raît dès lors comme le sym­bole de ce qui sur­vit quand le monde change, c’est-à-dire la tra­di­tion et l’identité.

Les repré­sen­ta­tions morales et spi­ri­tuelles de l’ours et du Graal sont issues d’une mytho­lo­gie émi­nem­ment euro­péenne qui tra­verse les âges et qui se trans­met tel un héri­tage de géné­ra­tion en géné­ra­tion. Le cycle arthu­rien fait ain­si par­tie de ces textes mythiques qui per­mettent à chaque Euro­péen conscient de ses racines de renouer avec les valeurs qui ont gui­dé ses ancêtres.

Il faut mal­gré tout ne pas oublier que seul un être pur pour­ra mener à bien la quête du Graal. A l’image du roi Arthur, les audi­teurs de la 8e pro­mo­tion de l’Institut Iliade auront tou­jours à cœur de res­pec­ter ce devoir d’excellence. Unis dans le com­bat, sou­dés dans les épreuves et forts dans l’adversité, ils gar­de­ront à l’esprit que « Terre, roi et peuple ne font qu’un, tel est le secret du Graal ».

Voir aussi