Accueil | Communiqués | Grand succès du VIIe Colloque de l’Institut Iliade

Grand succès du VIIe Colloque de l’Institut Iliade

Entre chaque peuple et la terre qu’il habite, existe un lien immémorial : la nature est le lieu où se dévoile notre vision du sacré, l’espace au sein duquel s’ordonne notre cité. La nature est le socle de notre identité.

Grand succès du VIIe Colloque de l’Institut Iliade

Le VIIe colloque de l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne s’est déroulé ce samedi 19 septembre à Paris, consacrant ses travaux à « La Nature comme socle, pour une écologie à l’endroit ». Thème ô combien d’actualité à l’heure où nos compatriotes, de plus en plus sensibles aux problématiques écologiques, constatent chaque semaine avec effarement les délires écolo-gauchistes des édiles EELV des grandes métropoles urbaines (sapins de Noël comparés à des arbres morts, Tour de France considéré comme polluant et sexiste, caractère « sexiste » des terrains de foot dans les cours d’école…)

Mal­gré les contraintes ubuesques des res­tric­tions liées à la crise sani­taire, la Mai­son de la Chi­mie était, comme désor­mais chaque année, à son comble. D’emblée, le ton de cette jour­née de confé­rences de haut niveau et de convi­via­li­té ami­cale, sou­vent fami­liale – la gar­de­rie n’a pas désem­pli, de même que la buvette… –, était don­né tel un sésame par Phi­lippe Conrad, pré­sident de l’Institut Iliade :

« Nous ne défendons pas la nature. Nous sommes la nature qui se défend ! »

Face à l’idéologie libé­rale-liber­taire qui défi­gure sans pitié notre monde au nom de la logique mar­chande, les inter­ve­nants ont sou­hai­té « remettre l’écologie à l’endroit », prendre la nature comme socle, et par­tant, recon­naître la diver­si­té du monde : dif­fé­rence des sexes, plu­ra­li­té des peuples et des cultures, varié­té des pay­sages… Entre chaque peuple et la terre qu’il habite, existe un lien immé­mo­rial : la nature est le lieu où se dévoile notre vision du sacré, l’espace au sein duquel s’ordonne notre cité. La nature est le socle de notre iden­ti­té.

De nom­breux inter­ve­nants de renom se sont ain­si suc­cé­dé à la tri­bune, comme le phi­lo­sophe Rémi Sou­lié, Michel Maf­fe­so­li, pro­fes­seur émé­rite à l’université Paris-Des­cartes, venu défendre « une sen­si­bi­li­té éco­so­phique post-moderne fon­dée sur le holisme » ou bien encore l’essayiste Her­vé Juvin, dépu­té euro­péen, membre du groupe Iden­ti­té et Démo­cra­tie.

Petit flo­ri­lège gla­né au cours des inter­ven­tions (loin d’être exhaus­tif) :

« Tous les grands romanciers auxquels nous sommes attachés – Vincenot, Giono… – nous ont prédisposés à l’écologie. »
François Bousquet

« L’alpinisme, même s’il n’est pas toujours une ascèse, est une suite de petites victoires sur soi-même : face au froid, au vide, à la fatigue, à la soif, à la douleur. »
Anne-Laure Blanc

« Il n’y a pas d’écologie crédible sans une anthropologie réaliste. »
Henri Levavasseur

« Le bonheur d’une civilisation pourrait se situer au point d’équilibre de sa relation avec l’environnement. »
Slobodan Despot

« La nature de l’éthique qui doit présider aux rapports des hommes et des animaux ne tient pas aux droits qu’ont les animaux par rapport à nous, mais aux devoirs que nous avons envers eux. »
Alain de Benoist

« La nature n’est ni bonne ni méchante, elle est indifférente. A l’homme de s’adapter à ses aléas (…) L’écologie du réel, c’est se préparer à faire face. »
Jean-Yves Le Gallou

Véri­table opé­ra euro­péen, le col­loque fut ponc­tué par de magni­fiques vidéos, réa­li­sées par les audi­teurs des cycles de for­ma­tion de l’Institut Iliade, met­tant à l’honneur la nature sous tous ses angles, les plus âpres comme les plus enchan­teurs. Un superbe réci­tal de la pia­niste russe Kate­ri­na Ver­bovs­kaya, la décla­ma­tion des Rêve­ries d’un loup-garou de Domi­nique Ven­ner par Thi­baud Cas­sel, ou la pré­sen­ta­tion des pre­mières pho­to­gra­phies de la pro­chaine expo­si­tion de l’Institut « La Nature comme socle » (du 5 au 8 novembre à l’Atelier Gus­tave, à Paris), ont per­mis au public, par­ti­cu­liè­re­ment jeune cette année, de mesu­rer le rap­port sen­sible et esthé­tique immé­mo­rial que les Euro­péens entre­tiennent avec la nature.

Les par­ti­ci­pants ont aus­si pu décou­vrir les der­nières publi­ca­tions de l’Institut Iliade, à tra­vers les col­lec­tions « Longue Mémoire » et « Car­touches », ain­si que le nou­veau livre col­lec­tif « Pour un réveil euro­péen » –, et ren­con­trer au fil des stands dif­fé­rents arti­sans et repré­sen­tants de mou­ve­ments mili­tants.

L’Institut Iliade a enfin pro­fi­té de cette jour­née de plein suc­cès pour annon­cer le lan­ce­ment d’un nou­veau cycle de for­ma­tion, spé­ci­fi­que­ment dédié aux jeunes de 18 à 21 ans, à l’horizon de jan­vier pro­chain.

Le ren­dez-vous est d’ores et déjà pris pour le 10 avril 2021 pour le VIIIe col­loque de l’Institut Iliade qui consa­cre­ra ses tra­vaux à « l’Économie au ser­vice des peuples ». Face à la crise mon­diale qui émerge, ce col­loque pro­met déjà de réveiller bien des espoirs et de faire tom­ber bien des masques.

L’Institut Iliade

Créé en 2013 afin de répondre aux der­nières volon­tés de Domi­nique Ven­ner, l’Institut Iliade pour la longue mémoire euro­péenne œuvre à la pré­ser­va­tion et à la trans­mis­sion des valeurs de la civi­li­sa­tion euro­péenne.

L’ensemble de cette jour­née – inter­ven­tions et vidéos – sera pro­chai­ne­ment dis­po­nible sur le site Inter­net et les réseaux sociaux de l’Institut Iliade (fb.me/@Institutiliade, Twit­ter, Tele­gram et You­Tube).