Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Communiqués | Communiqué du 21 juin 2015 : « Face à la déferlante migratoire : l’urgence du réveil de la conscience européenne »

Communiqué du 21 juin 2015 : « Face à la déferlante migratoire : l’urgence du réveil de la conscience européenne »

L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne fête sa première année d’existence et lance une campagne de communication sur le thème : « Ni Lampedusa, ni Bruxelles : être Européen ! »

La veille du 21 juin 2014, l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne était fondé au sommet du Mont Olympe. Son objectif : contribuer au réveil de la conscience historique et civilisationnelle des peuples européens. Ce réveil passe par la réappropriation et la transmission des traditions qui font de nous ce que nous sommes. Un réveil impérieux, car notre héritage commun est chaque jour davantage dénigré, nié, menacé d’effacement – voire de submersion par l’amplification du phénomène de « Grand Remplacement ».

Cette transmission de l’héritage et des valeurs de la « Vieille Europe » emprunte deux canaux principaux :

  • La formation de nouvelles élites capables de donner à l’engagement militant, quelle qu’en soit la forme, la dimension métapolitique et culturelle indispensable à son succès : le premier cycle de formation a été lancé en janvier 2015, à Paris, avec 20 auditeurs constituant la promotion Dominique Venner. Il s’achèvera à l’été 2016, tandis qu’une deuxième promotion débutera ses travaux dès le mois de septembre 2015, et une troisième début 2016.
  • La communication en direction du grand public, afin d’aider et d’aiguiller les Européens en quête de ressourcement, de réaffirmation de leur identité collective : « Quand l’esprit se souvient, le peuple se maintient !» Cette communication est organisée autour d’un site internet, lancé le 21 décembre 2014, relayé par une présence très active sur les réseaux sociaux, et trouve son point d’orgue à l’occasion d’un colloque annuel, organisé au printemps à la Maison de la Chimie. L’édition 2015, consacrée le 25 avril à « l’univers esthétique des Européens », a rencontré un grand succès : plus de 850 participants enregistrés, en augmentation de plus de 50 % par rapport au premier colloque de mai 2014. Preuve que l’initiative lancée il y a tout juste un an correspond à une forte attente de nos compatriotes, plus que jamais en quête de sens et de repères.

Fort de ces premiers succès, l’Institut Iliade a décidé de célébrer son premier anniversaire par l’action, en produisant et en diffusant une vidéo originale : « Ni Lampedusa, ni Bruxelles : être Européen ». Court, didactique, facile de compréhension et d’accès via notre chaîne YouTube, ce film propose une définition de l’identité européenne et illustre la réalité historique, culturelle, charnelle, de notre « récit civilisationnel ». En ce sens, il constitue un message d’espoir autant qu’un appel au sursaut. Au moment où s’accélèrent les flux migratoires, avec la complicité active des institutions de Bruxelles, le réveil de la conscience identitaire des Européens est plus que jamais nécessaire !

Vous pouvez soutenir notre action en participant à la promotion et à la diffusion de cette vidéo, via les réseaux sociaux, et en soutenant financièrement l’Institut en vue de réaliser d’autres films et de mener à bien de nouveaux projets.

« Ni Lampedusa, ni Bruxelles : être Européen ! »

L’Europe, ce n’est pas Lampedusa, c’est notre civilisation.

L’Europe ce n’est pas l’organisation de Bruxelles, pas davantage une monnaie ou une banque centrale.

L’Europe, ce n’est pas un espace mondialisé et sans frontière.

L’Europe, ce n’est pas le monde africain, ce n’est pas non plus une terre d’Islam.

L’Europe ce n’est ni la laideur ni le non-art.

L’Europe, c’est le continent des Européens.

L’Europe, ce sont des millénaires d’histoire, 700 millions d’Européens.

L’Europe c’est une identité : la civilisation européenne et chrétienne.

L’Europe, ce sont les temples grecs, les aqueducs et les théâtres romains, les chapelles romanes, les cathédrales gothiques, les palais Renaissance, les grandes places, les béguinages, les églises baroques, les châteaux classiques, les édifices Art nouveau.

L’Europe ce sont des rivages sauvages, des montagnes majestueuses, des fleuves paisibles. L’Europe, c’est le sentiment de la nature. L’Europe, ce sont des paysages jardinés par l’homme : des bocages aux polders, des prairies aux cultures en terrasses. L’Europe c’est le terroir du pommier et de l’olivier, de la vigne et du houblon.

L’Europe, ce n’est pas l’univers de la bouffe industrielle, c’est la gastronomie de l’huile et du beurre, du vin et de la bière, du pain et du fromage, du saucisson et du jambon.

L’Europe, ce n’est pas le monde de l’abstraction, c’est l’art de la représentation, de Praxitèle à Rodin, des fresques de Pompéi à la Sécession de Vienne. L’Europe, c’est l’imaginaire celte et le mystère chrétien. L’Europe, c’est la civilisation qui change la pierre en dentelle.

L’Europe, c’est le refus de l’ahurissement, c’est la culture qui a inventé le chant polyphonique et l’orchestre symphonique.

L’Europe, ce n’est pas le monde de Belphégor, c’est la civilisation qui honore la femme : déesse, mère ou guerrière. L’Europe, c’est la culture de la chevalerie et de l’amour courtois.

L’Europe, ce n’est pas le monde de la surveillance, c’est la patrie de la liberté : la citoyenneté grecque, le forum romain, la grande charte anglaise de 1215, les villes et les universités libres du Moyen Âge, le réveil des peuples au XIXe siècle.

L’Europe, c’est un patrimoine littéraire et mythologique : Homère, Virgile, Hésiode, les Eddas, le chant des Nibelungen et le cycle arthurien. C’est aussi Shakespeare, Perrault et Grimm.

L’Europe, c’est l’esprit d’invention et de conquête : c’est Léonard de Vinci et Gutenberg ; ce sont les caravelles, les montgolfières, les débuts de l’aviation et Ariane, ce sont les ponts jetés sur les mers.

L’Europe, ce sont les héros qui l’ont défendue au cours des siècles : c’est Léonidas et ses 300 Spartiates sauvant la Grèce de l’Asie ; c’est Scipion l’Africain préservant Rome de Carthage, c’est Charles Martel repoussant l’invasion arabe, c’est Godefroy de Bouillon délivrant les lieux saints et fondant le royaume franc de Jérusalem, c’est Ferdinand d’Aragon et Isabelle la Catholique libérant Grenade, c’est Ivan le Terrible éloignant les Mongols de la sainte Russie, c’est don Juan d’Autriche victorieux des Turcs à Lépante.

L’Europe, ce sont des hauts lieux : c’est le Parthénon, la place Saint Marc, Saint-Pierre de Rome, la tour de Belém, Saint-Jacques de Compostelle, le mont Saint-Michel, la tour de Londres, la porte de Brandebourg, les tours du Kremlin.

Tel est notre récit civilisationnel !

Aujourd’hui, l’Europe est l’homme malade du monde. Elle est culpabilisée, colonisée, affaiblie. Ce n’est ni fatal, ni durable. Arrêtons la repentance ! Retrouvons le fil de la longue mémoire. Écoutons le message d’espoir de Dominique Venner :

« Je crois aux qualités spécifiques des Européens qui sont provisoirement en dormition. Je crois à leur individualité agissante, à leur inventivité et au réveil de leur énergie. Le réveil viendra. Quand ? Je l’ignore mais de ce réveil je ne doute pas. »

Neither Lampedusa, nor Brussels, being European!

Europe is not Lampedusa, it is our civilisation.

Europe is not the organization spawned in Brussels, it is not a currency or a central bank.

Europe is not a globalised environment without borders.

Europe is neither an African world nor a land of Islam.

Europe is neither ugliness nor non-art.

Europe is the continent of Europeans.

Europe has a history spanning many millennia, and is over 700 million Europeans strong.

Europe is an identity: the European and Christian civilisation.

Europe is made of Greek temples, Roman aqueducts and theatres, Romanesque chapels, Gothic Cathedrals, Renaissance palaces, vast town squares, beguinages, Baroque churches, Classical style castles, Art nouveau buildings.

Europe has wild shores, majestic mountains, and peaceful rivers. Europe is the feeling of nature. Europe is a patchwork of landscapes shaped by men: from the polders to bocage, from the meadows to terraced fields. Europe is the land where apple and olive trees grow as well as vines and hops.

Europe is not the land of industrial food, but on the contrary is the land of Gastronomy which expresses itself through oil and butter, wine and beer, bread and cheese, sausage and ham.
Europe is not a world of abstract concepts but rather one where the art of representation excels, from Praxiteles to Rodin, from the Pompeian frescoes to the Vienna Secession. Europe is both Celtic fantasy and the Christian mystery. Europe is the civilisation which turns stone into lace.

Europe is the refusal of bewilderment, it is the culture which invented polyphonic choirs and symphonic orchestras.

Europe is not the world of Belphegor, but rather is the civilization which honours women, as a goddess, a mother or a warrior. Europe, is the culture of chivalry and courtly love.
Europe is not about surveillance, but rather is the land of liberty: Greek citizenship, the Roman Forum, the English Magna Carta in 1215, all the cities and private universities of the Middle Ages, the awakening of the Nations in the nineteenth century.

Europe is a literary and mythological heritage: Homer, Virgil, Hesiod, the Eddas, the Nibelungenlied and the Arthurian cycle. It is also Shakespeare, Perrault and Grimm.
Europe is also about inventions and conquests: Leonardo da Vinci and Gutenberg; the caravels, hot air balloons, the beginnings of aviation and Ariane, it is also bridges across the seas.
Europe incarnates itself in those heroes who defended it over the centuries: it is Leonidas and his 300 Spartans saving Greece from Asia; Scipio Africanus preserving Rome from Carthage, Charles Martel pushing the Arab invasion away, Godfrey of Bouillon freeing the Holy Land and creating the Frankish kingdom of Jerusalem, it is also Ferdinand of Aragon and Isabella I of Castile releasing Granada, Ivan the Terrible pushing the Mongols away from the Holy Russia and it is Don Juan of Austria defeating the Turks at Lepanto.

Europe is made of important places: the Parthenon, St. Mark’s Square, St. Peter’s Basilica, the Belém Tower, Santiago de Compostela, the Mont Saint-Michel, the Tower of London, the Brandenburg Gate, the towers of the Kremlin.

Such is the heritage of our civilisation!

Today, Europe happens to be the sick man of the world. It is forced to feel guilty, it is colonized, and it is weakened. This is not fatal and will not last. Let’s stop this repent and together, we can find again the thread of our long memory. Such is the message of hope delivered by Dominique Venner:

“I believe in the specific qualities of the Europeans who are temporarily asleep. I believe in their capacity to act, their inventiveness and the awakening of their energy. The revival will come. When? I do not know, but I have no doubt it will happen”.