Accueil | Communiqués | Communiqué du 17 avril 2019 : puisse l’incendie de Notre-Dame éveiller les âmes assoupies des Européens…

Communiqué du 17 avril 2019 : puisse l’incendie de Notre-Dame éveiller les âmes assoupies des Européens…

Communiqué de presse du 17 avril  2019 : puisse l’incendie de Notre-Dame éveiller les âmes assoupies des Européens...

Puisse l’incendie de Notre-Dame éveiller les âmes assoupies des Européens et leur faire prendre conscience de l’unique beauté de leur héritage civilisationnel !

L’Institut ILIADE pour la longue mémoire euro­péenne a contri­bué à la sous­crip­tion pour la res­tau­ra­tion de Notre-Dame de Paris par un don de 1 500 euros à la Fon­da­tion du patri­moine.

Nous par­ta­geons l’émotion qui s’impose et mar­quons ain­si notre atta­che­ment indé­fec­tible à ce joyau de notre patri­moine fran­çais et euro­péen.

Nous n’oublions pas que la cathé­drale, certes émi­nem­ment chré­tienne, fut édi­fiée sur le site d’un temple dédié à Jupi­ter, dont les ves­tiges retrou­vés, le Pilier des Nautes arbo­rant tant le pan­théon romain que le pan­théon gau­lois, sont conser­vés aux thermes de Clu­ny. Depuis 850 ans, Notre-Dame de Paris, théo­lo­gie de la lumière et quête de ver­ti­ca­li­té, est deve­nue le vais­seau du récit natio­nal. C’est le lieu de la très longue his­toire de la France mais aus­si de l’Europe.

La leçon de l’incendie de Notre-Dame, c’est qu’« une civi­li­sa­tion a la même fra­gi­li­té qu’une vie » (Paul Valé­ry). Si nous n’y pre­nons pas garde, notre civi­li­sa­tion, elle-même, peut dis­pa­raître.

Nous dénon­çons l’incurie cou­pable de l’État. Même si la thèse acci­den­telle devait s’imposer, c’est bien l’État qui est res­pon­sable de la défi­ni­tion et de l’application des normes de sécu­ri­té sur les chan­tiers de res­tau­ra­tion des monu­ments his­to­riques. C’est l’État qui ne consacre que 3 % du bud­get du minis­tère de la culture à l’entretien de ce patri­moine excep­tion­nel. C’est l’État qui n’agit pas après les dégra­da­tions com­mises à la basi­lique de Saint-Denis, l’in­cen­die volon­taire de l’é­glise Saint-Sul­pice ou les pro­fa­na­tions quo­ti­diennes qui frappent les églises de France. Cette négli­gence volon­taire trouve sa racine dans l’idéologie de la décons­truc­tion et le rela­ti­visme cultu­rel, qui nient ou méprisent le patri­moine maté­riel et imma­té­riel de l’Europe.

Nous n’oublierons pas la haine qui s’est mani­fes­tée à l’occasion de ce drame au sein de cer­taines popu­la­tions, sur les réseaux sociaux et ailleurs. Condam­nant défi­ni­ti­ve­ment le mul­ti­cul­tu­ra­lisme et l’injonction du « vivre ensemble », cette haine démontre l’attachement pri­vi­lé­gié de ces per­sonnes à d’autres aires civi­li­sa­tion­nelles, leur bruyant mépris de notre iden­ti­té, de nos moments de recueille­ment, de nos joies et de nos peines. A nous d’en tirer les leçons.

Nous rebâ­ti­rons.

Contact presse, demandes d’interviews et ren­sei­gne­ments com­plé­men­taires : contact@institut-iliade.com

Source pho­to : Wiki­mé­dia

Voir aussi