Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Matières à réflexion | Actualités | Guerre en Ukraine : un désastre qui va réveiller l’Europe

Guerre en Ukraine : un désastre qui va réveiller l’Europe

Nous n’avions vraiment pas besoin d’un conflit entre la Russie et l'Ukraine, car il touche le cœur de l'Europe, mettant dangereusement en péril son indépendance politique, économique et stratégique déjà précaire.
Mais est-ce vraiment le sort qui nous attend, ou cette crise pourrait-elle réveiller de manière inattendue la volonté de puissance européenne ?
Un texte d'Andrea d'Ottavi pour le Centro Studi Polaris. Traduit de l'italien par P.L.

Guerre en Ukraine : un désastre qui va réveiller l’Europe

Disons-le de suite et sans détour : le conflit entre la Russie et l’Ukraine est la dernière chose qu’il nous fallait,  car – surtout d’un point de vue eurocentrique – c’est un conflit qui frappe l’Europe en plein cœur et compromet sa marche difficile vers la plénitude politique et l’indépendance stratégique.

Mais est-ce vraiment là le sort qui nous attend, ou des évolutions positives pourraient-elles inopinément émerger de cette crise ?

Pour tenter de répondre à cette question, il est toutefois nécessaire de faire un pas en arrière, en reconstituant brièvement les faits, en résumant les motivations des hostilités et en essayant de décrypter le rôle joué par les nombreux acteurs participant à ce grand jeu de Risk mondial.

Comment tout a commencé : la guerre de l’information se transforme en escalade militaire

Commençons par le début. Depuis plusieurs semaines, tous les principaux médias occidentaux insistent, en citant des sources du renseignement, sur la possibilité que la Russie se prépare à envahir militairement le territoire ukrainien, se risquant même à identifier une date présumée pour le début des hostilités. Sur un ton étonnamment apocalyptique, le Premier ministre britannique Boris Johnson est même allé jusqu’à déclarer à la BBC que la Russie préparait « la plus grande guerre en Europe depuis 1945« .

Les spéculations sur une attaque russe imminente ont toutefois été immédiatement minimisées tant par Moscou – qui a qualifié les accusations de résultat d’une « hystérie américaine » sans fondement – que par Kiev, qui soit ne croyait pas vraiment à cette hypothèse, soit sous-estimait superficiellement le danger réel.

Dans le milieu des analystes géopolitiques, on a commencé à parler hâtivement d’infoguerre, mais la « guerre médiatique » s’est rapidement transformée en une véritable escalade militaire, à peu près dans les délais et selon les modalités prévus par les initiés de l’anglosphère, manifestement plus que bien informés.

Le reste est une chronique de guerre : la tentative russe de blitzkrieg ne semble pas avoir réussi et la résistance ukrainienne s’avère plus solide et combative qu’on aurait pu le penser. Aujourd’hui, alors que l’on parle même de l’utilisation possible d’armes nucléaires et de troisième guerre mondiale, il existe un risque plus concret de balkanisation dangereuse du conflit, qui, s’il devait durer longtemps, affecterait principalement les peuples et l’économie du Vieux Continent.

Mais comment en sommes-nous arrivés à ce désastre ?

Les raisons de la guerre : au-delà du Donbass et de l’OTAN, il y a plus encore

S’il est certes vrai qu’à l’origine du conflit se trouvent les revendications des populations russophones des deux régions contestées de l’est de l’Ukraine et le besoin de la Russie de ne pas tolérer de nouvelles bases de l’OTAN à ses frontières, il semble simpliste de réduire le casus belli à ces questions de sécurité territoriale et militaire archi-connues et de longue date.

Dans le Donbass, les haines ethniques, remontant au moins à l’époque de la domination soviétique, ont refait surface après la « révolution » de 2014. Ils ne sont donc pas une nouveauté. Si le problème s’était limité aux relations de voisinage difficiles entre Moscou et Kiev, la guerre se serait tout autant limitée aux zones frontalières et n’aurait pas pris la dimension globale qu’on lui connaît actuellement. En outre, il aurait été plus facile et plus rationnel pour la partie russe d’essayer de trouver une solution de compromis par la voie diplomatique, compte tenu également des nombreuses perches tendues par Berlin et Paris, délibérément négligées par Vladimir Poutine, qui a préféré montrer ses muscles et « rompre » avec les partenaires du traité de Minsk.

Le problème de la sécurité de Moscou face à l’encerclement de l’OTAN a peut-être joué un rôle plus important, comme en témoignent les propos du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui, quelques jours seulement avant le début de la guerre, avait déclaré que « le président russe Vladimir Poutine est prêt à négocier. L’Ukraine n’est qu’une partie du problème, elle fait partie du problème plus vaste des garanties de sécurité pour la Russie » (3). Toutefois, il semble qu’il s’agisse ici aussi d’un argument utilisé de manière plutôt spécieuse, si l’on considère également que de nombreux membres du Pacte atlantique ne considéraient pas l’entrée de l’Ukraine dans l’organisation comme nécessaire ou prioritaire.

En bref, il ne semble pas qu’il y ait eu un danger si grand et imminent aux portes de Moscou pour justifier cette démonstration de force sur le territoire ukrainien. De toute évidence, les Russes n’arrivent pas à se défaire de cette vision impérialiste eurasiatique qui les a toujours distingués et qui les amène à considérer les anciennes républiques soviétiques – aujourd’hui encore et malgré eux – comme une partie intégrante de leur propre espace vital.

Mais si ce qui précède doit être considéré comme une motivation insuffisante pour déclencher une guerre à grande échelle, alors quelle logique aurait pu provoquer l’éclatement du conflit ?

Essayons de répondre à cette question en changeant de perspective et en examinant la situation internationale dans son ensemble.

La grande partie de Risk mondial

L’équilibre mondial des dernières décennies repose, de fait, sur un bipolarisme ambigu : les États-Unis et la Chine s’affrontent depuis des années dans une nouvelle « guerre froide » pour la prédominance économique-financière et politique, tandis que l’axe géopolitique mondial s’est déplacé, en conséquence, de l’Atlantique au Pacifique.

Dans ce scénario, cependant, d’autres acteurs tentent de survivre, en essayant de ne pas être submergés par l’hégémonie de la dyarchie sino-américaine : il s’agit principalement du Royaume-Uni, de l’Europe – surtout à travers les initiatives allemandes et françaises – et de la Russie, plus d’autres acteurs plus ou moins émergents qui, cependant, malgré leur réel pouvoir dans la sphère régionale ou sur des questions spécifiques, jouent souvent un rôle plus insignifiant au niveau mondial – pensons par exemple à l’Inde, à la Turquie, à Israël et à une partie du « monde arabe » aussi bien chiite que sunnite.

Tous ces acteurs sont cycliquement et aléatoirement en accord ou en collision les uns avec les autres selon les différents sujets de discorde, dans une sorte de chaos ordonné qui déroute les téléspectateurs mais qui soutient en même temps le schéma « diviser pour régner » – divide et impera – si cher aux Américains et aux Chinois.

Si, pour de nombreuses raisons, il est correct de considérer le Royaume-Uni comme un allié discret et plus que stratégique des États-Unis – avec lesquels il partage souvent les mêmes objectifs hégémoniques, comme dans le cas que nous analysons – les seuls acteurs de haut niveau qui pourraient réellement ébranler la fragile mais commode division du pouvoir entre Washington et Pékin sont la Russie – si libérée du joug chinois – et l’Europe – si réellement unie, armée, forte et indépendante de l’influence anglo-américaine – surtout si elles sont en synergie l’une avec l’autre.

Sur la base de cette hypothèse, les Américains ont donc joué leur jeu dans la nouvelle grande partie de Risk mondial : l’administration Biden, qui a senti le danger après la désastreuse – pour les États-Unis – présidence Trump, a décidé de polariser les relations entre Russie et UE tout en essayant de libérer Moscou de l’étreinte étouffante de son voisin asiatique, lui aussi considéré comme dangereux pour les intérêts américains.

Pour ce faire, elle a mis en place un piège géopolitique dans le but de séparer l’Europe de la Russie et de briser les liens politiques établis entre Moscou et Berlin-Paris, fissurant ainsi également l’axe énergétique russo-européen et le déplaçant à son propre avantage.

L’Ukraine comme prétexte pour une attaque commune contre l’Europe

L’objectif principal des Américains est donc redevenu l’endiguement de l’Europe, devenue ces dernières années un concurrent économique et diplomatique trop dangereux aux ambitions d’indépendance stratégique. Par cette manœuvre, la Maison Blanche voulait également écarter toute possibilité d’un nouveau multilatéralisme asymétrique qui aurait vu un affaiblissement du Pentagone également vis-à-vis de la Chine.

De la même manière, les Britanniques ont également adopté la stratégie made in usa, en courtisant puis en provoquant la Russie afin de frapper indirectement l’Allemagne, identifiée comme leur concurrent continental absolu.

De son côté, le Kremlin, comme nous le disions, est peut-être tombé en plein dans le piège : attiré par la promesse de quelques concessions et croyant pouvoir peser dans les négociations avec Washington et Londres, il a tenté de se joindre à une offensive qui redessinerait l’équilibre mondial et déstabiliserait l’Europe. Et dans ce schéma, Kiev a été choisie comme une véritable victime sacrificielle, d’une grande valeur symbolique et stratégique.

En acceptant de participer à ce projet, Poutine a donc délibérément choisi d’abandonner le dialogue et la coopération avec l’Europe au profit d’une entente renouvelée, tacite et plus ou moins cachée avec le Royaume-Uni et les États-Unis de tradition démocratique, dans un dernier effort désespéré pour tenter de maintenir son propre statut de puissance et essayer de tenir à distance le voisin chinois de plus en plus encombrant, dont il risque de devenir depuis quelque temps déjà le junior partner déclassifié.

Si l’attaque russe contre l’Ukraine est vraiment le résultat d’un accord souterrain mais « objectif » entre Biden et Poutine, ce serait le chef-d’œuvre stratégique anglo-américain contre l’Europe : la guerre en Ukraine pourrait renforcer l’OTAN, détruire le récent axe Paris-Berlin-Moscou mis en place par, entre autres, Macron, mais aussi faire exploser l’entente germano-russe qui se développe depuis l’époque de Brandt avec Schmidt, Kohl, Schroeder et Merkel, ainsi qu’enliser l’Europe également dans la sphère économique.

L’arrêt de la coopération de l’Europe avec la Russie dans le domaine énergétique – notamment en sabotant définitivement le projet de gazoduc North Stream 2 avec l’Allemagne – porterait en effet principalement préjudice aux nations et aux peuples de l’UE.

Bref, l’invasion russe en Ukraine peut générer des avantages très marginaux pour les Russes, elle renforce certainement les Américains, les Britanniques et peut-être les Chinois, mais surtout elle met l’Europe en grande difficulté.

Mais le dernier mot n’a pas été dit.

Le fier réveil européen

Partant du principe que l’Europe doit fondamentalement viser la paix et essayer de faire entendre raison à la Russie qui – comme le pensent ses ennemis occidentaux – en est en réalité un partenaire et un interlocuteur nécessaire, la réponse européenne à la crise, pilotée par les Franco-allemands, a sans aucun doute été intéressante et, à certains égards, surprenante.

Tandis qu’à Bruxelles, comme d’habitude, on discutait démocratiquement et bureaucratiquement des sanctions autodestructrices à infliger à Moscou, la France et l’Allemagne sont passées à l’action, proposant d’abord deux voies différentes de médiation du conflit, puis décidant, après avoir reçu l’intransigeant niet russe, d’envoyer des armes à l’Ukraine de manière indépendante, c’est-à-dire formellement en dehors de l’OTAN, choisissant ainsi de maintenir une centralité autonome dans l’interventionnisme.

À cela s’ajoute le tournant militariste révolutionnaire de l’Allemagne qui, comme l’a déclaré le chancelier Scholtz, a annoncé l’augmentation imminente des dépenses destinées aux forces armées – en pratique, un véritable réarmement – et il est opportun d’enregistrer avec grande attention également les paroles du général Graziano, président du Comité militaire de l’UE, sur la possibilité concrète de créer une armée européenne :

« Nous devons prendre conscience de la nouvelle réalité. Aujourd’hui, il y a des ennemis de l’Europe qui font la guerre. Et je crois que la rapidité avec laquelle l’Union réagit est un tournant historique, qui redessine l’ordre géopolitique mondial. Parce que, quelle que soit la fin de l’invasion de l’Ukraine, tout sera différent à partir de maintenant. Il y a une volonté de changement. L’ambition européenne finale, sanctionnée au sommet de Petersberg et jamais annulée, est de disposer d’une force autonome d’au moins 60 000 soldats » .

Bref, à ce stade, l’UE et l’OTAN sont enfin en concurrence et en désaccord l’une avec l’autre : d’un côté, il y a une Europe belligérante de facto et désormais prête à s’exposer toujours plus militairement, tandis que de l’autre, il y a une Alliance atlantique qui se redécouvre défensive et curieusement attentiste, comme en témoignent les propos du secrétaire Stoltenberg, selon lequel « l’OTAN n’enverra pas de troupes ni ne déplacera d’avions dans l’espace aérien ukrainien » (7).

Une nouvelle volonté de puissance européenne naîtra-t-elle de la crise ?

Cette fois, en somme, un autre pas, certes par réaction, pourrait avoir été réellement franchi vers l’émancipation européenne.

Si l’on poursuit dans cette voie, le processus européen ne s’arrêterait pas face à la crise ukrainienne, mais pourrait au contraire progresser avec une vigueur croissante vers une libération de l’OTAN et de l’asservissement à l’anglosphère.

Nous voulions faire l’Europe grâce à Poutine, maintenant nous la ferons peut-être à cause de lui, malgré et en dépit de sa stratégie géopolitique désastreuse. Le premier cas aurait été préférable, mais ce n’est certainement pas notre faute si, au moment décisif, le président russe a fait le choix inverse, en trahissant les pactes.

L’Europe ira tout de même de l’avant, avec ou sans Moscou : si une nouvelle volonté de puissance émerge réellement, ce sera à nous, Européens, de la soutenir et de la diriger.

Source : centrostudipolaris.eu