Accueil | Communiqués | Communiqué du 15 mars 2018 : Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité européenne

Communiqué du 15 mars 2018 : Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité européenne

Communiqué de presse du 15 mars 2018 : Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité européenne

Publication du nouvel ouvrage de l’Institut ILIADE : Ce que nous sommes. Aux sources de l’identité européenne. Ce premier manifeste de l’Institut ILIADE réunit un ensemble de textes originaux et fondateurs, exprimant une vision du monde cohérente, centrée sur la figure pérenne de l’homme européen.

L’ouvrage ne consti­tue aucu­ne­ment un « caté­chisme poli­tique » : il ne pose aucun dogme, aucune véri­té défi­ni­tive, ne défi­nit aucun « sens de l’histoire » et n’in­vite donc pas à des len­de­mains qui chantent. Il appelle les Euro­péens à s’éveiller en pre­nant plei­ne­ment conscience de leur iden­ti­té, non seule­ment à par­tir de la mémoire de leurs ori­gines, mais sur­tout en assu­mant hic et nunc une manière spé­ci­fique d’observer et de façon­ner le monde.

Ce que nous sommes, c’est ce que nous déci­dons de conti­nuer à être, dans la fidé­li­té à nos héri­tages, à nos lignages, et sur­tout dans l’enthousiasme d’un ave­nir tou­jours pos­sible.

En rup­ture avec la doxa des « décons­truc­teurs », contre les « détri­co­teuses » du récit natio­nal et euro­péen et les idéo­logues du « vivre ensemble » sur la tabu­la rasa de notre iden­ti­té, le mes­sage por­té par l’institut ILIADE incite les Euro­péens à « com­battre ce qui les nie » afin de rele­ver les défis d’aujourd’hui et de demain.

Cet ouvrage col­lec­tif, par nature poly­pho­nique, s’adresse à tous ceux qui refusent la fata­li­té du déclin, et qui sou­haitent œuvrer au renou­veau de notre civi­li­sa­tion plu­ri­mil­lé­naire. Il s’agit d’un appel au grand res­sour­ce­ment.

Extrait de l’introduction

« Pour indispensable qu’elle soit, la relecture de l’histoire européenne ne saurait suffire pour tracer les voies d’une nécessaire renaissance. Il nous faut, au travers de nos grands textes fondateurs, définir ce que nous sommes, l’originalité de notre manière d’être au monde. Dominique Venner l’avait parfaitement compris en faisant des poèmes homériques, et plus particulièrement de l’Iliade, le théâtre du tragique inhérent à l’histoire humaine, le lieu où s’affirmaient la valeur et l’honneur des guerriers, les vertus de la famille ou les traits propres aux différents types de personnalités divines ou héroïques. […] Mais cette redécouverte de nous-mêmes demeurera sans lendemains si elle ne porte pas un projet alternatif à la société mortifère qui nous est imposée aujourd’hui. Rétablir l’ordre naturel du monde ne peut être que l’aboutissement d’un effort prolongé, fondé sur une quête exigeante de l’excellence individuelle et collective. » Philippe Conrad

Table des matières :

  • Intro­duc­tion par Phi­lippe Conrad : « Pour que l’or de l’aurore réponde à l’or du cou­chant »
  • Pre­mière par­tie : Notre longue mémoire. L’hé­ri­tage indo-euro­péen (Hen­ri Leva­vas­seur), L’au­rore hel­lé­nique (Jean-Fran­çois Gau­tier), Ce que nous a légué Rome (Jean-Louis Voi­sin), L’i­dée impé­riale en Europe : notre plus longue mémoire poli­tique (Thi­baud Cas­sel et Hen­ri Leva­vas­seur), L’héritage de la Chré­tien­té médié­vale (Phi­lippe Conrad)
  • Deuxième par­tie : Un regard euro­péen sur le monde. Ordon­ner nos espaces (Jean-Fran­çois Gau­tier), Réin­ves­tir nos sciences (Jean-Fran­çois Gau­tier), La musique, une esthé­tique poli­tique (Jean-Fran­çois Gau­tier), Les voix de la forêt : le sen­ti­ment euro­péen de la nature (Eric Gro­lier), Pai­deia : la trans­mis­sion comme acte révo­lu­tion­naire (Chris­to­pher Gérard)
  • Troi­sième par­tie : Com­bats d’aujourd’hui et de demain. L’Être des peuples et des nations contre l’A­voir des mar­chands (Lio­nel Ron­douin), Pour­quoi nous sommes gibe­lins (Lio­nel Ron­douin), Face à l’empire libé­ral-liber­taire, le réa­lisme poli­tique (Edouard Cha­not), La décons­truc­tion, che­val de Troie du nihi­lisme (Fran­çois Bous­quet), Vivre en Euro­péen : « La nature comme socle, l’excellence comme but, la beau­té comme hori­zon » (Gré­goire Gam­bier)
  • Conclu­sion par Jean-Yves Le Gal­lou : Pour la pré­fé­rence de civi­li­sa­tion

Direc­tion : Phi­lippe Conrad. Coor­di­na­tion : Anne-Laure Blanc, Gré­goire Gam­bier et Hen­ri Leva­vas­seur.

Edi­tions Pierre-Guillaume de Roux, www.pgderoux.fr, ISBN 9782–3‑6371–244‑8, 199 pages, 16 euros.

Contact presse, demandes d’interviews et ren­sei­gne­ments com­plé­men­taires : contact@institut-iliade.com

Voir aussi