La bataille pour la mémoire. Par Philippe Conrad

La bataille pour la mémoire. Par Philippe Conrad

La bataille pour la mémoire. Par Philippe Conrad

La bataille pour la mémoire. Éditorial de Philippe Conrad paru dans La Nouvelle Revue d’Histoire n°92 (septembre-octobre 2017).

Les récents épi­sodes de la guerre mémo­rielle enga­gée outre-Atlan­tique contre l’héritage de la Confé­dé­ra­tion sudiste pré­fi­gurent sans doute ce qui nous attend dans les années à venir. Dans les États du Vieux Sud, sont dénon­cés les « sym­boles de haine » que seraient les sta­tues ou les déno­mi­na­tions de rues ou d’institutions rap­pe­lant le sou­ve­nir de la guerre de Séces­sion, confon­du exclu­si­ve­ment avec la mémoire de l’esclavage. Ils auront sans doute bien du mal à par­ve­nir à leurs fins.

Les outrances gro­tesques du maire « libé­ral » de New York annon­çant la dis­pa­ri­tion pro­chaine d’une plaque com­mé­mo­ra­tive de la visite dans la ville durant l’entre-deux-guerres du maré­chal Pétain, pré­sen­té pour la cir­cons­tance comme « nazi », ou pré­voyant le débou­lon­nage à venir de la sta­tue de Chris­tophe Colomb témoignent d’un sou­ci de « l’historiquement cor­rect » dif­fi­cile à ima­gi­ner il y a seule­ment quelques années.

Déjà, en France, le repré­sen­tant d’une asso­cia­tion noire réclame la dis­pa­ri­tion de l’espace public des sta­tues et des rues Jean-Bap­tiste Col­bert, accu­sé d’avoir été l’inspirateur du Code noir. L’on connaît éga­le­ment le zèle avec lequel cer­tains entendent faire dis­pa­raître du « roman natio­nal » la vic­toire rem­por­tée à Poi­tiers par Charles Mar­tel sur les enva­his­seurs musul­mans.

La Nouvelle Revue d'Histoire n°92 (septembre-octobre 2017)

La Nou­velle Revue d’Histoire n°92 (sep­tembre-octobre 2017)

La stu­pi­di­té de telles démarches ne semble pas gêner la bien-pen­sance domi­nante. Cer­tains sont, à l’évidence, prêts à s’accommoder d’une réécri­ture de l’histoire jugée néces­saire à la construc­tion d’un « vivre-ensemble», pré­sen­té aux socié­tés euro­péennes comme un hori­zon indé­pas­sable. Il y a fort à parier que ce genre de lubies ne lais­se­ra guère de traces et qu’elles rejoin­dront, au cime­tière des idées révo­lues les défunts « len­de­mains qui chantent», atten­dus au siècle der­nier avec le résul­tat que l’on sait. Il n’en reste pas moins que la vigi­lance doit être de mise pour contrer l’offensive idéo­lo­gique délé­tère actuel­le­ment en cours.

Une authen­tique connais­sance de l’histoire doit demeu­rer la meilleure parade face aux éter­nels uto­pistes et autres bras­seurs de bons sen­ti­ments mor­ti­fères. Elle seule per­met­tra aux jeunes géné­ra­tions, qui com­mencent à éva­luer l’ampleur des dégâts lais­sés par le sombre XXe siècle, d’effectuer la réforme intel­lec­tuelle et morale indis­pen­sable pour affron­ter l’avenir. Ce lien avec le pas­sé, tout comme l’intelligence des ten­dances lourdes qui com­mandent la vie des socié­tés, seront seuls en mesure d’armer les esprits et les volon­tés pour faire face aux défis qui nous attendent. Car c’est avant tout la maî­trise de notre longue mémoire qui com­man­de­ra les sur­sauts intel­lec­tuels indis­pen­sables, tout comme notre capa­ci­té à pré­ser­ver nos liber­tés et nos iden­ti­tés mena­cées.

Le dos­sier que nous pré­sen­tons dans ce numé­ro de La Nou­velle Revue d’Histoire est consa­cré au IIIe Reich. Il n’a évi­dem­ment aucune pré­ten­tion à l’exhaustivité et vise sim­ple­ment à mettre en lumière cer­tains aspects ou cer­tains épi­sodes de l’aventure hit­lé­rienne, dont on sait à quel point elle s’est révé­lée catas­tro­phique pour l’Allemagne et pour l’Europe. D’immenses chan­tiers demeurent ouverts pour par­faire la connais­sance de ce que fut cette période tra­gique du monde d’hier.

Celle-ci ne doit pas en effet ser­vir de pré­texte, à coups d’anachronismes ou de lec­tures idéo­lo­giques, à tous ceux qui entendent trans­for­mer son sou­ve­nir en mythe inca­pa­ci­tant visant à désar­mer men­ta­le­ment les peuples euro­péens mena­cés, sur fond de repen­tance obli­ga­toire, d’être les vain­cus du nou­vel ordre mon­dial qui tend à se mettre en place.

Phi­lippe Conrad

Cré­dit pho­to : Rod­ney Dun­ning via Fli­ckr (cc)