Le sens de l’existence : fidélité, liberté, honneur, excellence

Le sens de l’existence : fidélité, liberté, honneur, excellence

Le sens de l’existence : fidélité, liberté, honneur, excellence

Imprimer en PDF

Ce sens est défini par les quatre mots-clés qui sont : les racines, la mission, la tenue et l’exploit. Hayek montre bien que nous n’avons créé ni notre langage, ni notre raison, ni note civilisation. Comment un individu pourrait-il créer ce qui le précède ? Nous avons donc, que cela plaise ou non, un héritage qui est constitutif de notre être. Sans cet héritage, comme on l’a vu avec les « enfants sauvages » perdus en forêt et élevés par des animaux, notre personnalité et notre raison même seraient inexistantes. — Par Ivan Blot, homme politique, philosophe, écrivain, essayiste.

On peut consi­dé­rer que puisque nous avons un héri­tage, nous devons en remer­cier nos ancêtres et notre nation et ne pas être ingrats. Qui dit héri­tage dit his­toire et l’homme plei­ne­ment homme a une « conscience his­to­rique » à l’inverse de l’animal.

Les racines de l’existence, la fidélité

Qui dit héri­tage et his­toire dit donc « fidé­li­té ». Les mots « foi » et « fidé­li­té » ont une com­mune ori­gine. Un homme « sans foi ni loi » est un homme à qui l’on ne peut pas faire confiance. Du point de vue éthique, la fidé­li­té est donc une ver­tu fon­da­trice.

Mais il y a plus, car les tra­di­tions qui consti­tuent notre héri­tage contiennent un savoir, une sagesse énorme sélec­tion­née par des siècles de pra­tique de mil­lions d’hommes. Se pri­ver de cet héri­tage en vou­lant faire table rase (tabu­la rasa) est donc un acte absurde et sui­ci­daire. La sagesse des tra­di­tions est plus grande que celle de l’individu limi­té dans le temps et dans ses capa­ci­tés ration­nelles indi­vi­duelles. L’orgueil indi­vi­duel est donc stu­pi­di­té. Les ten­ta­tives de tout refaire à nou­veaux frais et d’éradiquer les tra­di­tions s’appellent his­to­ri­que­ment des « révo­lu­tions ». Les révo­lu­tions per­mettent à la bar­ba­rie pré­sente dans le cer­veau pri­mi­tif de l’homme de réap­pa­raitre. C’est pour­quoi elles mènent au sang et aux meurtres. L’homme a tou­jours le choix entre sau­va­ge­rie, bar­ba­rie et civi­li­sa­tion et la tâche de pré­ser­ver et d’accroitre la civi­li­sa­tion n’est pas une tâche ano­dine, elle est vitale. Le rejet des tra­di­tions est en effet mor­tel, mort lente ou rapide selon les cas.

Ce qui fait la dif­fé­rence entre l’animal et l’homme, ce sont donc les tra­di­tions, elles-mêmes évo­lu­tives par petites touches à tra­vers les évé­ne­ments his­to­riques. Au mot racine, on peut donc asso­cier le mot FIDÉLITÉ, condi­tion même de la péren­ni­té de la vie et de l’apparition de l’existence comme mode de vie spé­ci­fi­que­ment humain.

La mission de l’existence, la liberté

Comme tous les phi­lo­sophes exis­ten­tiels l’ont com­pris de Pas­cal à Kier­ke­gaard, de Nietzsche à Hei­deg­ger, l’homme peut mener une vie sans exis­tence authen­tique et se lais­ser bal­lo­ter de plai­sirs fugaces en plai­sirs fugaces. Il peut aus­si refu­ser cette vie limi­tée au « diver­tis­se­ment » (Pas­cal) et mener une exis­tence éthique (Kier­ke­gaard). Il peut, comme l’écrit Hei­deg­ger, être sim­ple­ment jeté dans le monde (il l’est tou­jours d’ailleurs au départ) ou « mis­sion­né ». C’est la conscience et le sen­ti­ment d’avoir une mis­sion à réa­li­ser sur terre qui dis­tingue le plus l’homme de l’animal. Pour choi­sir cette mis­sion, l’homme peut tenir compte ou non de ses racines, voire les reje­ter au prix d’une énorme perte d’information. C’est en cela que l’homme est doué de LIBERTÉ.

Mais la liber­té conduit, comme l’a écrit le tra­gé­dien grec Sophocle, sur le che­min du bien comme sur le che­min du mal. On peut choi­sir une mis­sion de rebelle (Al Capone) ou de révo­lu­tion­naire (Pol Pot, Fou­quier-Tin­ville). On peut aus­si choi­sir une mis­sion huma­ni­taire et croire naï­ve­ment que le bien naît seule­ment du bien à l’encontre d’Héraclite qui pro­cla­mait l’unité des contraires. La réa­li­té est que la paix créé la guerre et que la guerre créé la paix. C’est pour cela que le Christ dans Sa sagesse affirme ce qui peut paraitre scan­da­leux : « Je suis venu appor­ter non la paix mais l’épée ». On peut enfin esti­mer que la mis­sion est de faire fruc­ti­fier l’héritage de sa civi­li­sa­tion au lieu de la renier et s’engager sur la voie du dépas­se­ment de soi-même vers le bien, par des actes créa­teurs, où l’homme devient « co-créa­teur » du monde (Nico­las Ber­diaeff). Le fait d’avoir une mis­sion donne du sens à l’existence et la rend plus belle, ce qui n’exclue pas le tra­gique. Elle per­met de s’élever sur le che­min qui va de la bête vers le héros. L’existence peut être comme disait De Gaulle : « sans carac­tère, morne tâche d’esclave, avec lui, jeu divin du héros ! »

La tenue, l’honneur

La mis­sion, qui est liber­té, vous contraint à la tenue, qui est devoir et dis­ci­pline. La tenue est ce qui vous empêche de déchoir. Elle est asso­ciée au sens de L’HONNEUR. Le héros qui a le choix entre se plan­quer ou affron­ter un enne­mi supé­rieur en nombre, a de la tenue, il est hono­rable. C’est pour­quoi la condi­tion mili­taire a tou­jours été hono­rée dans l’histoire. Il fal­lait autre­fois faire le métier des armes pour pou­voir être ano­bli. Le pro­verbe « noblesse oblige » exprime ce sens de l’honneur. La noblesse ne men­die pas des « droits » mais reven­dique au contraire des devoirs. Elle per­met ain­si à l’homme de sor­tir de lui-même, de cet égo­cen­trisme de petit enfant car à l’intérieur de l’homme pri­vé de lumière exté­rieure, il n’a que de la boue, comme l’a jus­te­ment écrit feu le phi­lo­sophe Jean-Fran­çois Mat­téi (si l’on entend par « boue » les pul­sions incon­trô­lée du cer­veau rep­ti­lien).

Nietzsche a écrit : « l’homme est une corde ten­due entre la bête et le sur­homme » où le sur­homme selon lui, devait rem­pla­cer Dieu, qu’il croyait mort dans la conscience des hommes. En effet, sans l’idéal appor­té par la « mis­sion », la tenue dis­pa­rait et l’homme régresse vers l’animalité ou vers la bar­ba­rie. Mais il est dif­fi­cile à l’individu iso­lé, très faible qu’on le veuille ou non, de tenir son poste et sa mis­sion, et de conser­ver la tenue, sans ins­ti­tu­tions exté­rieures pour le pous­ser à s’élever. L’homme a besoin de tra­di­tions, et dans ces tra­di­tions, il y a les ins­ti­tu­tions. C’est pour­quoi, lorsque un peuple est vain­cu, le vain­queur retire sou­vent au vain­cu ses ins­ti­tu­tions et tra­di­tions propres. Il lui brise ain­si les reins.

L’exploit, l’excellence

Pour­vu d’une mis­sion, marque de liber­té, et d’une tenue, donc du sens de l’honneur, la per­sonne est appe­lée à accom­plir des exploits. Cela peut être des actes héroïques mais cela peut aus­si être des actes créa­teurs (les sym­pho­nies de Bee­tho­ven). Les actes en ques­tion sont aus­si des actes d’amour : l’amour créé du nou­veau, des êtres ou des œuvres. Sans amour, l’homme est condam­né à la sté­ri­li­té, dans tous les sens du terme, sté­ri­li­té bio­lo­gique ou sté­ri­li­té cultu­relle. Pour qu’il y ait exploit, il est néces­saire de recher­cher l’excellence, ver­tu majeure des anciens Grecs. Tout se tient : pas d’excellence sans tenue, capa­ci­té de se dépas­ser. Pas d’excellence sans une mis­sion ins­pi­ra­trice. Pas d’excellence sans pui­ser dans l’héritage immense des racines, des tra­di­tions. Racines, mis­sion, tenue et exploits forment le qua­dri­par­ti de l’existence. L’existence est plus que la vie.

Ivan Blot

Source : Polé­mia — 23/01/2016. Cré­dit pho­to : Adobe Stock