Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Itinéraires européens | D’Ingolstadt à Eichstätt, au fil du Danube et de l’Altmühl

D’Ingolstadt à Eichstätt, au fil du Danube et de l’Altmühl

Aller Wasser König, der Rhein, die Donau soll seine Gemahlin sein. » Si le Rhin est le roi de toutes les eaux, la Donau [le Danube] est son épouse. Proverbe ancien « Je voudrais voir de mon vivant la liaison du Danube avec le Rhin. Mais cette entreprise est si titanesque que je doute de sa réalisation.» Goethe

D’Ingolstadt à Eichstätt, au fil du Danube et de l’Altmühl
Pays : Allemagne
Région : Bavière
Thématique générale du parcours : Parcours historique, de l’Antiquité à nos jours
Mode de déplacement : A bicyclette – Vélo de cyclotourisme
Durée du parcours : L’itinéraire proposé se parcourt tranquillement en 4 jours. A raison d’environ 30 à 35 km par jour, il est conçu pour faire autant de haltes que possible. Le plus délicat reste de combiner, au fil des étapes, les horaires de visite des sites et monuments. Ajoutez une journée pour la visite d’Ingolstadt et un jour et demi pour la visite de Ratisbonne et du Walhalla.
Nous vous incitons vivement à descendre le Danube de sa source à son embouchure (2850 km), ou à parcourir l’intégralité de la véloroute de l’Altmühl.
Difficulté du parcours : Très accessible en famille avec des enfants dès 10 ans (bébés et jeunes enfants peuvent être transportés dans un attelage adapté). Le circuit se fait presque entièrement sur des pistes ou des chemins réservés, mais pas toujours bitumés. Très peu de dénivelé.
Période possible : De la fin du printemps à l’automne.

Présentation géographique

D’Ingolstadt à Kelheim, cet itinéraire longe le Danube sur environ 90 km, puis il remonte une partie du cours d’un de ses affluents, l’Altmühl, dont les derniers kilomètres sont canalisés (canal Main-Danube).

Ingolstadt se situe à 350 km de la source du Danube ; la piste emprunte souvent l’une des digues qui protègent la plaine des inondations. Entre Weltenburg et Kelheim, le fleuve touche à la bordure sud du Jura franconien, dont les falaises animent aussi les rives de l’Altmühl.

Sur les collines, on cultive notamment le houblon. Villes et bourgades se succèdent, avec une forte activité industrielle autour des usines automobiles (Audi à Ingolstadt).

Cadre historique et culturel

Une présence humaine est attestée dans la région depuis le dernier âge glaciaire (grotte de Kastlhäng, Altmühltal). Les 18 stations du Parc archéologique de la vallée de l’Altmühl proposent des reconstitutions de fortifications, de tombes, de bâtiments, etc., de l’époque de Neandertal jusqu’aux Celtes. Le long du Danube, les étapes sont ponctuées par les vestiges de la partie la plus orientale du limes germanique. Selon les périodes, cette frontière de l’Empire romain a été établie en rive droite ou en rive gauche du fleuve. A noter : les Bavarois sont des méridionaux et, aujourd’hui encore, prennent souvent parti pour la romanité plus que pour une germanité trop prussienne à leur goût.

Les très nombreux châteaux médiévaux témoignent d’une société féodale cultivée (notamment à Prunn) tandis que les monastères attestent d’une présence catholique précoce – même si leur histoire a été mouvementée. L’histoire de la Bavière est riche et complexe. En voici un résumé abordable.

Description de l’itinéraire

L’itinéraire est balisé « Donauradweg » puis « Altmühlradweg » et les cartes sont fiables. Attention seulement en ville et aux carrefours importants.

Jour 1 : d’Ingolstadt à Bad Gögging (32 km environ)

A Ingolstadt, visitez notamment le Musée de l’armée bavaroise (armes, uniformes et gigantesques dioramas de soldats de plomb) et l’église baroque Maria de Victoria, dont la voûte a été peinte par Cosmas Damian Asam.

La piste cyclable quitte la ville après avoir traversé le musée en plein air des fortifications (visite du réduit Tilly), traverse puis longe le Danube.

Quittez la piste pour visiter Vohburg an der Donau et admirez ses portes (Klein Donautor, Gross Donautor). Montez au Burgberg, place stratégique depuis l’âge du bronze, fortifiée depuis les Carolingiens et plusieurs fois détruite. Le village fait revivre tous les quatre ans le drame médiéval d’Agnès Bernauer, épousée en secret par le comte Albrecht III et brûlée comme sorcière en 1435. Jolie place centrale.

La piste suit de nouveau le Danube, puis s’en éloigne en direction de Bad Gögging. La station thermale moderne exploite – et le mot est faible – la tradition des bains romains (Limestherme). L’église Saint-André abrite le Musée des bains romains (Römisches Museum für Kur und Badewesen), découverts sous la nef. Les eaux sulfureuses soignaient les rhumatismes des légionnaires romains, notamment ceux du camp d’Abusina.

Jour 2 : de Bad Gögging à Riedenburg (37 km environ)

Vous visiterez ce camp romain, le plus grand de Bavière, en faisant un léger détour à votre passage à Eining (3 km de Bad Gögging). En août, fêtes et animations sur le site. Rejoignez Staubing, puis Weltenburg. L’abbaye a été fondée en 600 par des moines de saint Colomban, venus d’Ecosse puis de Luxeuil. L’église (1716), œuvre de Cosmas Damian et d’Aegid Quirin Asam, est un chef-d’œuvre du baroque. Aujourd’hui, l’abbaye bénédictine est prospère : tourisme, concerts, brasserie, exploitation agricole… De l’abbaye, un service régulier de vedettes (vélos autorisés) permet d’admirer les gorges du Danube et d’éviter une route sinueuse et très fréquentée. Débarquement à Kelheim. Sur les hauteurs de Michelsberg s’élève la Befreiungshalle, érigée par le roi Louis Ier de Bavière, pour commémorer les victoires contre Napoléon et célébrer l’unité allemande. De nombreux témoignages celtes (Ve siècle av. J.-C.) ont été retrouvés sur cette éminence entre Danube et Altmühl. Traversez le vieux centre de Kelheim, passez sous la porte médiévale et rejoignez la piste cyclable de l’Altmühl, soit en rive droite, soit en rive gauche. Il reste quelques vestiges du premier canal de l’Altmühl conçu dès 1836 (172 km entre le Main et le Danube, avec 100 écluses). Le canal actuel à grand gabarit reliant le Rhin au Danube a été inauguré en 1992. Il emprunte ici, sur 34 km, le lit surcreusé de la rivière Altmühl.

De Kelheim à Dietfurt, un « parc archéologique » propose 18 haltes, avec le plus souvent des reconstitutions – mur celte, fonderie, ferme… – qui intéresseront les enfants.

A Essing, les ruines du château de Randeck dominent la vallée. Gardez plutôt de l’énergie pour monter au château de Prunn, si fier sur sa falaise blanche (attention aux horaires de visite). Il est possible de laisser le vélo au départ du sentier de randonnée et de monter à pied. Ce château médiéval fut au centre d’une intense vie culturelle. Il a abrité un célèbre manuscrit : l’un des plus anciens codex complets du chant des Nibelungen – conservé aujourd’hui à Munich.

Vous rejoindrez enfin Riedenburg et ses trois châteaux. Un sentier relie les ruines du château de Rabenstein (XIIe siècle) et celles de Dachenstein (XIIIe siècle) au château de Rosenburg (XIIIe siècle, fauconnerie). Une variante de l’itinéraire cycliste (25 km, vers Altmannstein) permet de découvrir d’autres châteaux au fil de la vallée du Schambach.

Jour 3 : de Riedenburg à Kinding (35 km environ + 8,5 km)

On quitte Riedenburg par la rive droite du canal, que l’on traverse au niveau de l’écluse de Haidhof, pour suivre l’extérieur du méandre. Sur le coteau de Deising se dresse le château d’Eggesberg (XVIIe siècle, château hôtel). Vous pouvez soit traverser soit éviter le bourg de Dietfurt. Préférez la piste qui suit le canal (ici, il se sépare de la rivière Altmühl). A Alcmona, reconstitution d’une « longue maison » de l’âge du bronze. Animations diverses en saison.

Beilngries est dominée par la silhouette imposante du château Hirschberg, ancienne résidence d’été des princes évêques d’Eischstätt. Dans la ville, l’église de Notre-Dame (Frauenkirche) est de style rococo (1735-1754).

Variante conseillée : à Beilngries, vous pouvez mettre votre vélo sur un bateau qui remonte le canal jusqu’à Berching. Cette bourgade, mentionnée dès 883, vous séduira par son ambiance médiévale paisible. Le tour des remparts (1464-1494) permet d’admirer ses 13 tours et ses 4 portes. Chacune des tours a son histoire : tour des Bains, où les fiancés allaient se baigner la veille de leur mariage ; tour des Cigognes ; tour poudrière… Il vous reste à redescendre le long du canal, en faisant un bref détour vers l’abbaye bénédictine de Plankstetten. A Beilngries, vous retrouvez la piste principale qui vous conduit à Kinding (église fortifiée du XIVe siècle).

Jour 4 : de Kinding à Eichstätt (30 km environ)

Après être passée sous l’autoroute, la piste monte légèrement au-dessus de la vallée pour rejoindre Kipfenberg. Le château abrite le musée des Romains et des « Bajuwars », ancêtres des Bavarois. La piste suit les méandres de l’Altmühl, animés par de belles falaises calcaires. Voir la petite chapelle de Böhming entourée de son enceinte blanche. A Pfünz (pas de restauration possible) une halte s’impose aux abords du vieux pont dit « romain », en fait médiéval. Sur les hauteurs, le camp romain fortifié de Vetoniana est autant une reconstitution pédagogique qu’un site archéologique – pour les enfants qui auront le courage de monter la côte !

Cet itinéraire prend fin à Eichstätt, superbe cité épiscopale et universitaire. Palais et églises baroques rivalisent d’élégance, notamment sur la place de la Résidence. Le château de Willibald, sur les hauteurs, a été fondé au XIVe siècle. Très restauré après une histoire mouvementée, il abrite notamment deux musées.

Il est possible de rejoindre Ingolstadt en train, ce qui évite une route nettement plus accidentée, ou de continuer la piste de l’Altmühl jusqu’à son terminus, Rothenburg ob der Tauber (150 km).

Activités connexes

Salve Albusina, la fête romaine d’Abusina : abusina.com

Kipfenberg, musée des Romains et des Bajuwars : bajuwaren-kipfenberg.de

Les monuments baroques d’Eischtätt (photos) : eichstaett.de

La visite de Ratisbonne (en allemand Regensburg) s’impose, ainsi qu’une excursion au Walhalla. Ce temple néo-dorique (1830 – 1842) qui domine le Danube a été commandé par le roi Louis Ier de Bavière à l’architecte Leo von Klenze. Il réunit 130 bustes et 64 plaques commémoratives des principaux héros de l’histoire et de la civilisation de langue allemande, depuis Arminius jusqu’à Edith Stein – le dernier buste étant celui de Heinrich Heine. Gutenberg, Memling, Georg von Frundsberg, Dürer, Goethe, Wagner, Bach… leurs visages ne s’oublient pas.

Cartographie

Deux carto-guides imperméables, au format de la sacoche de guidon. Description et profils des étapes, hébergements, détails culturels, etc.
  • Danube Bike Trail – Part 1 : Donaueschingen – Passau – Cartes au 1:50 000 – 580 km – Editions Verlagesterbauer – en anglais ou en allemand.
  • Altmühl – Radweg, von Rothenburg ob der Tauber nach Kelheim an der Donau – Cartes au 1:50 000 – 250 km – Editions Verlagesterbauer – en allemand (notre circuit est proposé en sens inverse)
Cartes classiques (plastifiées)
  • Regensburg und Umgebung, Unteres Altmülhtal – Fahradkarte 3104 – 1:70 000 – Kompass
  • Eichstätt, Mittleres Altmühltal – – Fahradkarte 3103 – 1:70 000 – Kompass

Bibliographie

  • Tacite, La Germanie, Arléa, 2011
  • La Légende des Nibelungen, diverses éditions
  • Patrick Leigh Fermor, Le temps des offrandes – A pied jusqu’à Constantinople, de la corne de Hollande au moyen Danube, Payot, 1991 – Même si l’auteur, « écolier itinérant », ne parcourt pas le même itinéraire, son récit replonge dans la vie de la Mitteleuropa des années 1933.

Les guides touristiques traduits en français sur la Bavière se limitent à Ratisbonne et citent rarement Ingolstadt et Eichstätt.

Accès

Autoroutes allemandes (encombrées) ou train. Grand parking longue durée à Ingolstadt (Volksfestplatz). Retour en train possible Eischstätt / Ingolstadt.

Le long de l’Altmühl, en été, services de bus accueillant les vélos. On peut aussi charger son vélo sur les bateaux.

Matériel spécifique, équipement

Venir avec son propre vélo de cyclotourisme (locations très rares). Au minimum, prévoir un caleçon de cycliste et des gants ou des mitaines. Sacoches, avec le nécessaire pour se protéger des averses. Selon l’hébergement choisi, matériel de camping ou vêtements corrects pour les auberges. Boussole et lampe de poche toujours utiles.

Art de vivre

La Bavière vous offre une grande variété de bières et de mets très roboratifs. Les villages, bourgs et petites villes, très proches les uns des autres, sont amplement pourvus de boutiques, d’auberges, de chambres d’hôte, de restaurants et de Biergarten. En saison, il est prudent de réserver son hébergement un peu à l’avance.

Liens

Année où cet itinéraire a été parcouru

Eté 2014