Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Itinéraires européens | Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse

Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse

« De ce côté-ci du village, les maisons ont des façades de deux couleurs, blanche dans le bas, brunes dans le haut ; de l’autre, leur derrière plus bas domine à peine l’étroit passage qui s’ouvre entre elles et une autre rangée de constructions. »
Charles Ferdinand Ramuz, Derborence (1934)

Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse
Pays : Suisse
Région : Canton de Berne
Thématique générale du parcours : Visite d’un musée de plein air consacré au monde rural suisse traditionnel.
Mode de déplacement : À pied. La majorité des chemins sont accessibles avec une poussette.
Durée du parcours : Une grande journée suffit à peine à visiter tous les bâtiments.
Difficulté du parcours : Accessible en famille. Pour les enfants, animaux de la ferme, manège ancien et animations.
Période possible : de mi-avril à fin octobre. Ouverture des caisses à 9 heures. Maisons ouvertes de 10 heures à 17 heures.

Présentation géographique

Le « Musée suisse en plein air » de Ballenberg se situe au cœur de la Suisse alémanique, à quelques kilomètres du lac de Brienz et de Meiringen. Le site est vallonné, les différents ensembles de bâtiments sont séparés par des prairies ou de la forêt.

Cadre historique et culturel

L’histoire du musée remonte à 1963 ; une première étude du Conseil fédéral aboutit, en 1968, à la création de la « Fondation Ballenberg, musée suisse de plein air ».

Cette fondation privée « a pour objectif de collectionner, promouvoir, préserver et pérenniser l’architecture rurale traditionnelle de toutes les régions de Suisse, sous la forme de constructions utilitaires, bâtiments et maisons, avec leurs aménagements et leur mobilier typiques ».

Urbanisation galopante, construction de routes et de voies ferrées ou simple désintérêt des héritiers : autant de menaces pour de nombreux bâtiments de la Suisse rurale traditionnelle ; il devenait donc urgent de sauver ceux qui présentaient un intérêt historique, architectural et esthétique. Le pari était fait, après des études scientifiques poussées, de démonter, puis de remonter sur le site de Ballenberg maisons paysannes, greniers, granges et écuries – jusqu’à une chapelle baroque valaisanne. Aucun de ces bâtiments ne pouvait rester sur son site d’origine.

En 1978, le musée présente 16 bâtiments remontés ; en 2018, il contient 109 bâtiments historiques savamment restaurés. Le plus ancien est une maison d’habitation du canton de Schwytz, datant de 1336. Les derniers monuments inaugurés sont une immense ferme domaniale tessinoise (2017) et une tuilerie bernoise (2018). La majorité des bâtiments datent des XVIIIe et XIXe siècles. Les ajouts ultérieurs ont souvent été supprimés.

Les objets présentés – plus de 45 000 – sont antérieurs à 1950 et à la motorisation de l’agriculture. Meubles, vêtements et linge de maison, images pieuses ou profanes, outils, jeux d’enfants sont mis en situation et donnent l’impression d’avoir servi la veille encore.

Description de l’itinéraire

Oubliez l’image réductrice du « chalet suisse » de pacotille, du coucou ou de la tirelire ! Le site de Ballenberg se déploie sur 66 hectares et se partage en treize grands sites qui permettent de bien comprendre la richesse et la variété de l’architecture rurale des divers cantons. Raccards et moulins valaisans, maison vigneronne de Richterswil (Zürich), immense toit de chaume argovien, séchoir à châtaignes tessinois, grenier à fromage bernois, boutique de droguiste apothicaire : la grande majorité des bâtiments sont ouverts à la visite. Ceux qui ne sont pas meublés présentent d’intéressantes expositions thématiques, notamment sur le bois, la sériculture, la passementerie ou la forge. Ne manquez pas le superbe mannequin d’un Klaus, dont le costume est fait de branches, feuillages, mousses et pommes de pin et qui défile à la Saint-Sylvestre à Urnäsch.

Chaque bâtiment est accompagné de fiches signalétiques précisant son implantation et son histoire ; qui en furent les constructeurs et les utilisateurs connus (avec des portraits très vivants) ; à quelle activité économique il était dévolu ; enfin, comment il est arrivé au musée, ce qui a été conservé, éliminé ou le cas échéant, reconstitué – ce qui est souvent le cas pour les toitures, débarrassées de leur tôle ondulée et de nouveau couvertes de lauzes ou de tavaillons.

Ainsi, la maison la plus ancienne est une maison de bois construite en 1336 et adaptée, au fil des siècles, aux besoins de ses habitants. Bien plus récente, du XIXe siècle, une charmante halle de jeu, pavillon ouvert très élégant. Entre cette aïeule et cette « jeunette », vous visiterez nombre de maisons à colombages, en madriers ou à pans de bois, avec leurs différentes manières de faire cohabiter hommes et bêtes, travaux de la ferme et activités artisanales.

Vignes, potagers et petites cultures recréent un environnement naturel coloré. Quelque 250 animaux « de collection » peuplent les prés, les poulaillers et divers enclos – sonorisation et odeurs à l’avenant !

Il est également possible d’assister à des démonstrations artisanales : cuisson du pain, fabrication de bardeaux, sellerie ou tissage.

Activités connexes

La région a connu de nombreux aménagements touristiques dès la fin du XIXe siècle.

Cartographie

Un plan du site est fourni à l’entrée.

Bibliographie

Collection d’ouvrages sur les maisons rurales suisses, canton par canton.

Accès

Ballenberg – Musée suisse en plein air : Museumsstrasse 131 – CH-3858 Hofstetten bei Brienz

Deux entrées, à l’est et à l’ouest du parc. Avec des enfants, l’entrée ouest est plus proche du petit zoo où ils pourront caresser chèvres, vaches et cochons. Attention : les parkings sont payants.

Art de vivre

Sur place, aires de pique-nique (extérieures ou couvertes) et de grillades, boutique, restaurants et snack.

Liens

Le site du musée : ballenberg.ch

N’hésitez pas à explorer sous l’onglet « Thèmes » les pages « Sites régionaux » qui décrivent chaque bâtiment de manière détaillée, avec des photos et parfois des vidéos.

Année où cet itinéraire a été parcouru

Août 2018