Accueil | Itinéraires européens | Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse

Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse

« De ce côté-ci du village, les maisons ont des façades de deux couleurs, blanche dans le bas, brunes dans le haut ; de l’autre, leur derrière plus bas domine à peine l’étroit passage qui s’ouvre entre elles et une autre rangée de constructions. »
Charles Ferdinand Ramuz, Derborence

Ballenberg, une ode à l’architecture rurale suisse
Pays : Suisse
Région : Canton de Berne
Thématique générale du parcours : Visite d’un musée de plein air consacré au monde rural suisse traditionnel.
Mode de déplacement : À pied. La majorité des chemins sont accessibles avec une poussette.
Durée du parcours : Une grande journée suffit à peine à visiter tous les bâtiments.
Difficulté du parcours : Accessible en famille. Pour les enfants, animaux de la ferme, manège ancien et animations.
Période possible : de mi-avril à fin octobre. Ouverture des caisses à 9 heures. Maisons ouvertes de 10 heures à 17 heures.

Présentation géographique

Le « Musée suisse en plein air » de Bal­len­berg se situe au cœur de la Suisse alé­ma­nique, à quelques kilo­mètres du lac de Brienz et de Mei­rin­gen. Le site est val­lon­né, les dif­fé­rents ensembles de bâti­ments sont sépa­rés par des prai­ries ou de la forêt.

Cadre historique et culturel

L’histoire du musée remonte à 1963 ; une pre­mière étude du Conseil fédé­ral abou­tit, en 1968, à la créa­tion de la « Fon­da­tion Bal­len­berg, musée suisse de plein air ».

Cette fon­da­tion pri­vée « a pour objec­tif de col­lec­tion­ner, pro­mou­voir, pré­ser­ver et péren­ni­ser l’architecture rurale tra­di­tion­nelle de toutes les régions de Suisse, sous la forme de construc­tions uti­li­taires, bâti­ments et mai­sons, avec leurs amé­na­ge­ments et leur mobi­lier typiques ».

Urba­ni­sa­tion galo­pante, construc­tion de routes et de voies fer­rées ou simple dés­in­té­rêt des héri­tiers : autant de menaces pour de nom­breux bâti­ments de la Suisse rurale tra­di­tion­nelle ; il deve­nait donc urgent de sau­ver ceux qui pré­sen­taient un inté­rêt his­to­rique, archi­tec­tu­ral et esthé­tique. Le pari était fait, après des études scien­ti­fiques pous­sées, de démon­ter, puis de remon­ter sur le site de Bal­len­berg mai­sons pay­sannes, gre­niers, granges et écu­ries – jusqu’à une cha­pelle baroque valai­sanne. Aucun de ces bâti­ments ne pou­vait res­ter sur son site d’origine.

En 1978, le musée pré­sente 16 bâti­ments remon­tés ; en 2018, il contient 109 bâti­ments his­to­riques savam­ment res­tau­rés. Le plus ancien est une mai­son d’habitation du can­ton de Schwytz, datant de 1336. Les der­niers monu­ments inau­gu­rés sont une immense ferme doma­niale tes­si­noise (2017) et une tui­le­rie ber­noise (2018). La majo­ri­té des bâti­ments datent des XVIIIe et XIXe siècles. Les ajouts ulté­rieurs ont sou­vent été sup­pri­més.

Les objets pré­sen­tés – plus de 45 000 – sont anté­rieurs à 1950 et à la moto­ri­sa­tion de l’agriculture. Meubles, vête­ments et linge de mai­son, images pieuses ou pro­fanes, outils, jeux d’enfants sont mis en situa­tion et donnent l’impression d’avoir ser­vi la veille encore.

Description de l’itinéraire

Oubliez l’image réduc­trice du « cha­let suisse » de paco­tille, du cou­cou ou de la tire­lire ! Le site de Bal­len­berg se déploie sur 66 hec­tares et se par­tage en treize grands sites qui per­mettent de bien com­prendre la richesse et la varié­té de l’architecture rurale des divers can­tons. Rac­cards et mou­lins valai­sans, mai­son vigne­ronne de Rich­ters­wil (Zürich), immense toit de chaume argo­vien, séchoir à châ­taignes tes­si­nois, gre­nier à fro­mage ber­nois, bou­tique de dro­guiste apo­thi­caire : la grande majo­ri­té des bâti­ments sont ouverts à la visite. Ceux qui ne sont pas meu­blés pré­sentent d’intéressantes expo­si­tions thé­ma­tiques, notam­ment sur le bois, la séri­cul­ture, la pas­se­men­te­rie ou la forge. Ne man­quez pas le superbe man­ne­quin d’un Klaus, dont le cos­tume est fait de branches, feuillages, mousses et pommes de pin et qui défile à la Saint-Syl­vestre à Urnäsch.

Chaque bâti­ment est accom­pa­gné de fiches signa­lé­tiques pré­ci­sant son implan­ta­tion et son his­toire ; qui en furent les construc­teurs et les uti­li­sa­teurs connus (avec des por­traits très vivants) ; à quelle acti­vi­té éco­no­mique il était dévo­lu ; enfin, com­ment il est arri­vé au musée, ce qui a été conser­vé, éli­mi­né ou le cas échéant, recons­ti­tué – ce qui est sou­vent le cas pour les toi­tures, débar­ras­sées de leur tôle ondu­lée et de nou­veau cou­vertes de lauzes ou de tavaillons.

Ain­si, la mai­son la plus ancienne est une mai­son de bois construite en 1336 et adap­tée, au fil des siècles, aux besoins de ses habi­tants. Bien plus récente, du XIXe siècle, une char­mante halle de jeu, pavillon ouvert très élé­gant. Entre cette aïeule et cette « jeu­nette », vous visi­te­rez nombre de mai­sons à colom­bages, en madriers ou à pans de bois, avec leurs dif­fé­rentes manières de faire coha­bi­ter hommes et bêtes, tra­vaux de la ferme et acti­vi­tés arti­sa­nales.

Vignes, pota­gers et petites cultures recréent un envi­ron­ne­ment natu­rel colo­ré. Quelque 250 ani­maux « de col­lec­tion » peuplent les prés, les pou­laillers et divers enclos – sono­ri­sa­tion et odeurs à l’avenant !

Il est éga­le­ment pos­sible d’assister à des démons­tra­tions arti­sa­nales : cuis­son du pain, fabri­ca­tion de bar­deaux, sel­le­rie ou tis­sage.

Activités connexes

La région a connu de nom­breux amé­na­ge­ments tou­ris­tiques dès la fin du XIXe siècle.

  • Gorges de l’Aar : www.aareschlucht.ch/
  • Musée Sher­lock Holmes dans l’ancienne église anglaise de Mei­rin­gen : www.sherlockholmes.ch/
  • Très nom­breuses pos­si­bi­li­tés de ran­don­nées en mon­tagne.

Cartographie

Un plan du site est four­ni à l’entrée.

Bibliographie

Col­lec­tion d’ouvrages sur les mai­sons rurales suisses, can­ton par can­ton.

Accès

Bal­len­berg — Musée suisse en plein air : Museum­ss­trasse 131 — CH-3858 Hof­stet­ten bei Brienz

Deux entrées, à l’est et à l’ouest du parc. Avec des enfants, l’entrée ouest est plus proche du petit zoo où ils pour­ront cares­ser chèvres, vaches et cochons. Atten­tion : les par­kings sont payants.

Art de vivre

Sur place, aires de pique-nique (exté­rieures ou cou­vertes) et de grillades, bou­tique, res­tau­rants et snack.

Liens

Le site du musée : ballenberg.ch

N’hésitez pas à explo­rer sous l’onglet « Thèmes » les pages « Sites régio­naux » qui décrivent chaque bâti­ment de manière détaillée, avec des pho­tos et par­fois des vidéos.

Année où cet itinéraire a été parcouru

Août 2018