Accueil | Itinéraires européens | Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)

Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)

« Pour les Basques, le soleil est la fille de la Terre et, dans certains villages, les habitants saluent ainsi l’astre quand il apparait à l’horizon : ‘Soleil béni, tu t’en vas vers ta mère !’ Car le soleil possède la vertu de chasser les esprits néfastes qui envahissent le monde pendant la nuit. Aussi trouve-t-on fréquemment, dans l’art populaire basque, des signes représentant le soleil sur les pierres funéraires, sur les façades des maisons et des monuments. Ces symboles ont la forme de cercles, de roues, d’étoiles à cinq branches […] ou de rosaces […]. Ce culte solaire est très ancien mais, même après l’arrivée du christianisme, les Basques ont conservé la vénération qu’ils portaient à cet astre en le nommant dans leur langue : ‘l’œil de Dieu’. » Georges Veron, Le Guide rando Pays Basque

Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)
Pays : France
Région : Pays basque – Forêt d’Iraty
Thématique générale du parcours : Randonner dans la plus grande hêtraie d’Europe et découvrir un haut lieu de tombes protohistoriques : 26 cercles de pierre ou « cromlechs ». Panoramas splendides.
Modes de déplacement : A pied, réalisable en VTT.
Durée du parcours : Une journée avec possibilité, lors d’un séjour plus long, d’effectuer d’autres randonnées dans le même secteur.
Difficulté du parcours : Accessible à toute personne pratiquant la marche, aux familles. Randonnée d’environ 13 km.
et 500 m de dénivelé. Le sommet d’Occabé s’élève à 1456 m. et les cromlechs à 1382 m.
Périodes possibles : Toute saison.

Présentation géographique

La forêt d’Iraty se situe à 54 km d’Oloron-Sainte-Marie (64400) ou à 32 km de Saint-Jean-Pied-de-Port (64220)

Cadre historique et culturel

« La première description du magnifique ensemble de tombes protohistoriques érigées sur le plateau d’Occabé (1387 m) revient à M. René Gombault en 1914 qui fut l’auteur de la première fouille la même année sur deux monuments dont les résultats ne furent publiés qu’en 1935 […]. Ces fouilles poursuivies en 1968–1969 ont porté le nombre total de monuments à 26. Situé en pleine région d’Iraty, au centre des massifs montagneux du Pays Basque de France, le vaste pâturage d’Occabé occupe une place absolument privilégiée […] au centre d’un vaste réseau de voies antiques de tous temps consacrées à la transhumance […]. L’ensemble archéologique, au centre duquel se trouve Occabé, comprend le nombre impressionnant de 10 dolmens, 63 tumulus, 107 cromlechs et 232 fonds de cabanes […]. Par sa situation exceptionnelle, par le nombre inégalé de ses monuments, par la majesté de ses lieux, le site d’Occabé peut à juste titre être considéré comme une nécropole sacrée, comme le haut lieu par excellence de la Protohistoire au Pays Basque. » Jacques Blot, Les cromlechs d’Errozate et d’Okabe (Basse Navarre), Compte rendu de fouilles.

« Les crom­lechs se com­posent au maxi­mum d’une qua­ran­taine de pierres (dont cer­taines retou­chées) qui déli­mitent un cercle par­fait d’environ 7 mètres de dia­mètre. Les dif­fé­rentes fouilles ont per­mis de réa­li­ser un essai de recons­ti­tu­tion du rite funé­raire orga­ni­sé :

  • L’incinération du ou des défunts était réa­li­sée sur une sole d’argile (exis­tante ou réa­li­sée par enlè­ve­ment de la terre végé­tale) sur laquelle le bûcher était édi­fié. Après cré­ma­tion du défunt, les cendres étaient recueillies et mises de côté ;
  • A quelque dis­tance de là, débu­taient les tra­vaux concer­nant le crom­lech : après avoir tra­cé l’aire de 7 m de dia­mètre, déca­page du sol à l’intérieur du cercle avec rejet de la terre végé­tale à l’extérieur du cercle, réa­li­sa­tion d’un fos­sé cir­cu­laire ;
  • Sur le sol ain­si pré­pa­ré, apport d’une pre­mière épais­seur d’argile, celui ayant subi l’incinération du défunt (argile consa­cré en quelque sorte ?) ;
  • Au centre, étaient éta­lées les cendres du défunt ; y était édi­fié un petit bûcher qui était mis à feu ;
  • Le bûcher, sitôt éteint, était recou­vert par un amas de blocs de grès ;
  • Recou­vre­ment par une 2ème couche d’argile ;
  • Com­ble­ment par la terre végé­tale qui avait été reje­tée à l’extérieur du cercle. Dans le même temps, il était pro­cé­dé à la dis­po­si­tion des blocs dans le fos­sé cir­cu­laire qui avait été réa­li­sé.

La data­tion au car­bone 14 des cendres a don­né la date de 2370. ±100 ans av. J.-C. pour cer­tains crom­lechs et aux alen­tours de 420 av. J.-C. pour d’autres. Cette com­plexi­té de rite nous révèle, par sa recherche du détail, le soin dans l’exécution, une éla­bo­ra­tion très pous­sée des concepts et un sens évident du devoir reli­gieux envers les morts. » Jacques Blot, ibid.

Description de l’itinéraire

Par­king devant le « cha­let Pédro » (990 m). Sur la D18 vers le sud, prendre à droite le che­min GR 10 bali­sé rouge et blanc, pas­ser à droite du som­met d’Occabé (1456 m) pour décou­vrir à l’extrémité d’un grand pla­teau her­beux les « crom­lechs d’Occabé ».

Pour le retour soit prendre le même che­min, soit prendre à droite du som­met d’Occabé le GRT9 jusqu’au col d’Oraaté et prendre la petite route en face jusqu’à la D18, puis à gauche sur 2,8 km jusqu’au « cha­let Pédro ».

Activités connexes

De nom­breuses ran­don­nées à par­tir des cha­lets d’Iraty Décou­verte du Pays Basque en par­tant vers Saint-Jean-pied-de-Port.

Cartographie

Carte IGN 1346 ET

Bibliographie

  • Georges Veron, Le Guide ran­do Pays Basque, Ran­do Edi­tions, jan­vier 1999
  • Le Pays Basque à pied, Topo-Guide Pyré­nées-Atlan­tiques, Fédé­ra­tion Fran­çaise de la Ran­don­née Pédestre 2e édi­tion mai 2004
  • Jacques Blot, Les crom­lechs d’Errozate et d’Okabe (Basse Navarre), Compte ren­du de fouilles, Munibe Socie­dad de Cien­cias Aran­za­di San Sebas­tian , Ano XXIX Nume­ro 1–2 1977 (20 p.).
  • Jacques Blot, Les Cercles de pierres ou « Crom­lechs » en Pays Basque de France (36 p), Centre de Docu­men­ta­tion Archéo­lo­gique d’Arthous (40), Cor­res­pon­dant de la Direc­tion des Anti­qui­tés His­to­riques d’Aquitaine, Vil­la Gue­ro­cotz 64500 Saint-Jean-de-Luz

Accès et données GPS

  • Auto­route A63 (Bor­deaux-San Sébas­tien) sor­tie 5 Bayonne Sud / Cam­bo puis suivre direc­tion Cam­bo, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Jean-le-Vieux, Ira­ty.
  • Auto­route A64 (Tou­louse-Bayonne), sor­tie 7 Saliès-de-Béarn, puis suivre direc­tion Sau­ve­terre, Mau­léon, tar­dets, Lar­rau, Ira­ty.
  • Coor­don­nées GPS : Cha­lets d’Iraty : 43°02’10.7’’N — 001°02’05.2’’W
  • Cha­let Pedro : 43°02’11.7’’N — 001°04’30.6’’W

Matériel spécifique, équipement

Chaus­sures de marche.

Art de vivre

  • Héber­ge­ment : les Cha­lets d’Iraty (toute l’année), 16 cha­lets de 2 à 29 per­sonnes.
    Site : chalets-iraty.com –Tél. : 05 59 28 51 29
  • Cam­ping (de juin à octobre) : s’adresser à l’accueil des Cha­lets d’Iraty (ci-des­sus)

Liens

Année où cet itinéraire a été parcouru

2014

Voir aussi