Accueil | Itinéraires européens | Dames et sources du Vexin français

Dames et sources du Vexin français

Mercurio fecit votum sovit, S’est acquitté d’un vœu fait à Mercure Ex-voto trouvé sur le site des Vaux de la Celle
«Ninon, philosophe fôlatre et catin honnête homme, Qui savoura la vie en se moquant de Rome» Comte de Souvaroff

Dames et sources du Vexin français
Pays : France
Région : Ile-de-France, Vexin français
Thématique générale du parcours : Le site gallo-romain des Vaux de la Celle, près de Genainville, regroupait un double temple dédié à Rosmerta, déesse de la fécondité, et à Mercure. Pour l’instant, le site est préservé : pas de balisage, pas d’infrastructures d’accueil, une clôture solide, un calendrier de visites restreint. Quant au domaine de Villarceaux, avec ses deux châteaux et ses miroirs d’eau, il a notamment abrité, sous le règne de Louis XIV, l’une des idylles de Ninon de Lenclos, courtisane épicurienne et libertine, tant de mœurs que d’esprit.
Mode de déplacement : A pied. A bicyclette, il est possible de rallier rapidement les villages, les sites et les musées proches.
Durée du parcours : Une journée pour l’itinéraire décrit. En deux ou trois jours, il est possible de randonner aux environs et de visiter les sites et musées cités ci-dessous.
Difficulté du parcours : Accessible en famille, très peu de dénivelés. Environ 15 km, plus la promenade dans Villarceaux.
Période possible : Toutes saisons. En période de chasse, certains tronçons peuvent être ponctuellement inaccessibles. Vérifiez les jours et horaires d’ouverture des sites, parcs et musées.

Présentation géographique

Le Vexin fran­çais est un pla­teau cal­caire, de 100 à 150 m d’altitude, en bor­dure ouest du bas­sin pari­sien. Il est entaillé de nom­breuses rivières, affluents de la Seine, de l’Oise et de l’Epte, et domi­né par des buttes boi­sées. Le Parc natu­rel régio­nal du Vexin fran­çais, créé en 1995, a per­mis de conser­ver des vil­lages tran­quilles (Chaus­sy, Vil­lers en Arthies, Omer­ville…). Des exploi­ta­tions agri­coles pros­pères se vouent à la grande culture (blé, bet­te­raves, maïs…).

Cadre historique et culturel

Le Vexin doit son nom aux Vélio­casses, peuple gau­lois ins­tal­lé aux alen­tours du IIIe siècle avant notre ère. La roma­ni­sa­tion, aux Ier et IIe siècles, modi­fie le style de vie des habi­tants : coha­bi­ta­tion des cultes gau­lois et romains comme à Genain­ville, grands domaines agri­coles, amé­lio­ra­tion du réseau rou­tier (paral­lèle à l’actuelle D14, la « chaus­sée Jules César » reliait Lutèce à Rouen).

Le musée de Gui­ry-en-Vexin pré­sente les prin­ci­paux sites pré­his­to­riques, gau­lois, gal­lo-romains, puis méro­vin­giens ain­si que les objets décou­verts lors des fouilles.

Le pre­mier fief de Vil­lar­ceaux appa­raît entre le XIe et le XIIe siècle. Un prieu­ré béné­dic­tin fémi­nin est fon­dé auprès du pre­mier châ­te­let. Celui-ci s’agrandit en un châ­teau fort, à la fron­tière entre le royaume de France et le duché de Nor­man­die. La Renais­sance voit cette rési­dence de plai­sir se doter de jar­dins et des plans d’eau. La belle Ninon de Len­clos (1620–1705), femme de lettres et cour­ti­sane, vient s’y repo­ser dans les bras de Louis de Mor­nay, mar­quis de Vil­lar­ceaux et grand lou­ve­tier du roi. Au XVIIIe siècle, Jean-Bap­tiste du Tillet fait bâtir le châ­teau « du haut », somp­tueu­se­ment déco­ré.

Description de l’itinéraire

L’itinéraire reprend en grande par­tie les sen­tiers PR (jaunes) et le GR 11 (rouge et blanc). Atten­tion : la mul­ti­pli­ci­té des cir­cuits et des bali­sages peut induire en erreur. Carte IGN et bous­sole néces­saires.

Sta­tion­nez dans le vil­lage de Genain­ville. De l’église, remon­tez la rue vers le nord-est ; pre­nez la pre­mière rue à droite (GR 11). Sui­vez le bali­sage GR jusqu’au site archéo­lo­gique du Bois des Vaux de la Celle.

Les jours où le site n’est pas ouvert à la visite, vous en ver­rez les prin­ci­paux élé­ments en lon­geant la clô­ture : on dis­tingue le demi-cercle du théâtre, le double temple et les bas­sins. Les autres élé­ments fouillés ont été recou­verts pour évi­ter les pillages. L’occupation du val­lon, habi­té depuis le Paléo­li­thique moyen, est liée à la pré­sence de l’eau. Des sépul­tures celtes du Ve siècle avant notre ère ont été retrou­vées à l’emplacement de la voie dal­lée. Un pre­mier temple est construit à la fin du Ier siècle. Le sanc­tuaire gal­lo-romain dont les ruines sont visibles date de la seconde moi­tié du IIe siècle (vers 160). Il est com­po­sé d’un temple car­ré de 28 mètres de côté, à 2 cel­lae ou salles, d’un théâtre et vrai­sem­bla­ble­ment de thermes, d’une agglo­mé­ra­tion révé­lée par les fouilles de 1993. La pré­sence d’un nym­phée (3 bas­sins) montre la voca­tion des lieux : c’était un sanc­tuaire de sources, sans doute à voca­tion cura­tive, déjà hono­ré par les Gau­lois comme l’attestent les fon­da­tions d’un fanum (temple gau­lois) dans l’une des deux cel­lae.

Les sta­tues et objets retrou­vés sont expo­sés au musée archéo­lo­gique dépar­te­men­tal de Gui­ry en Vexin.

Reve­nez sur vos pas vers Genain­ville et lon­gez le rû de Genain­ville. Sui­vez les balises GR+PR pour mon­ter sur le pla­teau, puis le PR sur votre gauche. Il mène à la Ber­ge­rie, exploi­ta­tion agri­cole label­li­sée bio. Vous ver­rez sans doute au pré leurs vaches de Salers et leurs mou­tons, dont des Suf­folk. Une fois à la Ber­ge­rie, sui­vez le PR qui des­cend dans le val­lon de Vil­lar­ceaux. Il rejoint une route entre deux murs.

Une grande allée, sur votre droite, entre dans le domaine de Vil­lar­ceaux (entrée et sta­tion­ne­ment inter­dits aux voi­tures). Un plan et un his­to­rique du domaine sont dis­po­nibles à l’accueil des visi­teurs. Deux sources (au moins) sont cachées dans le domaine : une dans la tour Saint Nico­las, une autre dans la bou­lan­ge­rie. L’eau est par­tout pré­sente : grand étang, par­terre sur l’eau, bas­sin des Huit jets… Le châ­teau « du haut » se visite. La visite ter­mi­née, res­sor­tez par le même che­min.

Le PR suit la route qui tra­verse le golf. Quit­tez le PR quand il oblique à droite, pour conti­nuer tout droit ; pre­nez ensuite la route qui part à droite pour aller admi­rer la ferme for­ti­fiée de Méré et son don­jon, daté du XIVe siècle.

Reve­nez sur vos pas (300 m env.) et sui­vez le PR vers l’est, en direc­tion de Haute Sou­ris (lavoir). Dans le hameau, pre­nez à gauche, et sui­vez le bali­sage. Après avoir tra­ver­sé le golf, le bois de la Moi­ne­rie, quelques prés et le bois de Mor­lu, vous retrou­ve­rez votre véhi­cule à Genain­ville.

Activités connexes

Visite du site des Vaux de la Celle

Les visites du site sont assu­rées par l’Association de pro­mo­tion du site (Apsage) et l’Association étu­diante val­doi­sienne d’archéologie (AEVA).

Apsage : apsage.fr
Calen­drier des visites : apsage.fr/index.php/le-site/calendrier-des-visites
Tous les ans, fin juin, « Esti­val de Genain­ville » (jeux romains, concerts…)

Hors circuit, à rejoindre en voiture ou à bicyclette

Le vil­lage d’Omerville et son manoir.

Musée archéo­lo­gique dépar­te­men­tal de Gui­ry en Vexin : valdoise.fr

Musée de l’outil de Wy-dit-Joli-Vil­lage : pnr-vexin-francais.fr

Cartographie

Carte IGN 2113 ET

Bibliographie

  • Le Parc natu­rel régio­nal du Vexin fran­çais… à pied, topo­guide, Fédé­ra­tion fran­çaise de ran­don­née, 2014, 14,50 €
  • Isa­belle Lan­dry, Genain­ville, la ren­contre des hommes, des arts et des dieux, Edi­tions du Val­her­meil, 2008. A trou­ver d’occasion.
  • Une pré­sen­ta­tion du site des Vaux de la Celle à Genain­ville (PDF) : hpvexin.free.fr
  • Roger Duchêne, Ninon de Len­clos, ou la manière jolie de faire l’amour, Fayard, 2000, 228 p., 20 €
  • Michel Ver­gé-Fran­ces­chi, Ninon de Len­clos, Liber­tine du Grand Siècle, Paris, Payot, 2014, 432 p., 24,90 €

Accès

De Paris par Mantes ou par Cer­gy-Pon­toise. De mai à sep­tembre, la ligne B du Bala­do­bus sillonne le parc du Vexin, avec un arrêt à Chaus­sy-Vil­lar­ceaux, à par­tir de la gare RER de Pon­toise.

Matériel spécifique, équipement

Chaus­sures adap­tées à la sai­son et à la plu­vio­si­té, casse-croûte pour la jour­née. Atten­tion : ni bou­lan­ge­rie, ni épi­ce­rie, sauf à Magny en Vexin ou à Com­me­ny.

Art de vivre

Les Pari­siens goû­te­ront au charme des petits vil­lages tran­quilles. Garez votre véhi­cule dans un vil­lage, c’est plus sûr qu’en pleine cam­pagne.

Liens

L’Association étu­diante val­doi­sienne d’archéologie (asso-aeva.com) orga­nise des fouilles au mois d’août.

Domaine de Vil­lar­ceaux : villarceaux.iledefrance.fr

Atten­tion aux jours et heures d’ouverture, ain­si qu’à la pro­gram­ma­tion cultu­relle. Visites gui­dées du domaine les same­dis et dimanches.

La Ber­ge­rie de Vil­lar­ceaux (gîtes, res­tau­rant, éle­vage bio­lo­gique) : bergerie-villarceaux.org

Année où cet itinéraire a été parcouru

Prin­temps-été 2015

Voir aussi