Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Itinéraires européens | Le lac de Nemi et le sanctuaire de Diane

Le lac de Nemi et le sanctuaire de Diane

Nemi fait partie des Castelli Romani, les « châteaux romains », ensemble de treize bourgs fortifiés au Moyen Age par les grandes familles romaines soucieuses d’échapper à l’anarchie. Il en reste la tour du château Ruspoli.

Le lac de Nemi et le sanctuaire de Diane

Dans la vallée d’Aricie, se trouve un lac, entouré
d’une forêt touffue, et consacré par un culte ancien. […]
Des fils pendent comme des voiles le long des haies,
où sont posés de nombreux ex-voto à la déesse bienfaisante.
Souvent, forte d’un vœu exaucé, le front ceint d’une couronne,
une femme y apporte de la Ville des flambeaux allumés.
La royauté revient aux mains vigoureuses et aux pieds agiles,
et puis le roi, à son tour, périt selon l’exemple qu’il a donné.
Ovide, Fastes III, Mars, 268 et suivants

Pays : Italie
Région : Latium
Thématique générale du parcours : Archéologie sacrée
Mode de déplacement : A pied
Durée du parcours : Deux heures AR du village au site, auxquelles il faut ajouter le temps passé sur le site archéologique. Tour du lac : 1 h 30 à 2 heures.
Difficulté du parcours : Très facile, accessible en famille.
Période possible : Toute l’année. Evitez les jours les plus chauds de l’été.

Présentation géographique

La bourgade de Nemi est située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Rome, dans les monts Albains, à environ 520 m d’altitude. Le lac, 200 m plus bas, occupe le cratère d’un ancien volcan. Le « miroir de Diane » est entouré de forêts (nemus signifie « bois » en latin), où domine le châtaignier. Néanmoins, les terres volcaniques sont aujourd’hui mises en culture ; le lac n’a donc plus l’aspect sauvage qui était le sien dans l’Antiquité. A Nemi, sont cultivées la fraise et la fraise des bois, souvent sous serre.

Georges Dumézil précise :

« Le sanctuaire d’Aricie se trouvait au bord d’un lac de montagne, dans un bois auquel la déesse doit son nom usuel, Diana Nemorensis. Deux faits y caractérisaient son culte.
Son prêtre portait le titre de roi, rex Nemorensis et un usage sûrement ancien rendait cette dignité fragile : celui qui aspirait à la ‘royauté’ devait tuer le titulaire en exercice après avoir cassé un rameau à un certain arbre du bois sacré. » Comme cela n’était pas sans risque, le duel devint une sorte de simulacre, permettant à un esclave fugitif de gagner sa liberté en devenant rex Nemorensis, roi du bois.

Mais, explique Georges Dumézil, « malgré le beau livre de Frazer, rien ne permet de penser que ce rex ait jamais été un roi réel mais la succession, toujours virtuellement ouverte, du regnum dans le nemus de Diane devait exprimer un trait important de la mission ou du caractère de la déesse.

D’autre part, Diane, qu’il faut bien considérer comme vierge puisqu’elle a été assimilée à la rigoureuse Artémis, avait puissance sur la procréation et la naissance des enfants. Les fouilles ont mis au jour quantité d’ex-voto dont le sens n’est pas douteux. […] A sa fête, aux Ides d’août, les femmes se rendaient à son bois en procession, avec des torches, pour marquer leur reconnaissance. […] Dans ce bois, une source abritait une sorte de nymphe, Egeria, dont le nom fait référence à la délivrance des femmes. »

Diane est fêtée le 13 août.

Nemi fait partie des Castelli Romani, les « châteaux romains », ensemble de treize bourgs fortifiés au Moyen Age par les grandes familles romaines soucieuses d’échapper à l’anarchie. Il en reste la tour du château Ruspoli.

Description de l’itinéraire

Laissez votre voiture dans le bourg de Nemi. Attention, il est très fréquenté en fin de semaine, et encore plus à la saison des fraises. Dès l’entrée dans Nemi, une statue contemporaine vous salue : la Diane chasseresse du sculpteur Luciano Mastrolorenzi (né en 1929). En traversant le bourg, vous verrez, au pied d’un palmier, une plaque à la mémoire de James George Frazer (1854-1941), auteur du Rameau d’or et considéré comme le fondateur de l’anthropologie culturelle. Un peu plus loin, sur le mur du palais Ruspoli, une fontaine à l’effigie de Méduse porte une curieuse inscription en futhark. Elle n’est autre que la signature fantaisiste du sculpteur : « En 2008, Luciano Mastrolorenzi donna au pays cet alliage de cuivre et d’étain. »

Après être passés sous la porte médiévale, prenez le sentier qui descend à votre gauche. Au fil de la descente, et selon la saison, n’oubliez pas de confectionner bouquets, guirlandes et couronnes. Arrivés au bas du sentier, empruntez la route qui part sur votre droite. L’accès au site archéologique est balisé. Néanmoins, arrivés à proximité du site, ne suivez pas le chemin de terre qui mène à une grille, car celle-ci est close. Suivez le chemin de terre qui traverse une prairie jusqu’à une buvette, Le Jardin de Diane, où vous reviendrez vous désaltérer ou déjeuner si elle est ouverte (il est en effet bien venu de s’annoncer, ce qui permet d’aller tranquillement visiter le site archéologique). En vous faufilant entre les oliviers, vous arrivez devant les ruines du temple.

Le sanctuaire lui-même occupe une large plate-forme artificielle de 200 m sur 175 m. Celle-ci était délimitée par deux portiques d’ordre dorique, l’un avec des colonnes crépies en rouge, l’autre avec des colonnes de péperin gris foncé. Elle abritait des statues, des locaux réservés aux prêtres, des logements pour les pèlerins, une cella, un temple, des bains thérapeutiques, et même un théâtre. De ces structures, on ne voit plus qu’une paroi avec de grandes niches, une partie du pronaos, avec au moins un autel votif et quelques colonnes. Sous la toiture moderne qui protège les fouilles, un autel porte régulièrement des offrandes : fleurs, fruits, bougies…

Le site fut abandonné avec la christianisation : marbres et décors furent récupérés avant que la forêt ne reprenne ses droits. Les fouilles archéologiques débutèrent dès le XVIIe siècle ; les plus beaux objets se trouvent dans divers musées européens, notamment à Rome, à Nottingham et à Copenhague.

Vous pouvez continuer votre excursion en allant faire le tour du lac, et en visitant le Musée des navires romains (voir ci-dessous). En fin de journée, il faudra songer à remonter au village.

Activités connexes

Musée des navires romains, ou Museo delle Navi Romane

Ce musée, construit en 1935, abritait les restes de deux navires votifs de l’époque de Caligula (37-47) retrouvés au fond du lac. Hélas, en 1944, un incendie ravagea le musée et les précieux bateaux. Reconstruit, le musée a réouvert en 1953, puis en 1988. Il abrite aujourd’hui les objets trouvés dans la région ainsi que les maquettes à échelle réduite des embarcations. Les objets les plus précieux sont au Musée national romain du palais Massimo à Rome.

Pour en savoir plus : museonaviromane.it

Parcours archéologique souterrain

Pour protéger le sanctuaire de Diane, il était important de réguler le niveau du lac. Au Ve siècle avant J.-C., les habitants d’Aricia creusèrent un canal artificiel, « l’émissaire de Nemi », d’une longueur de 1 653 m. Ce canal fut retrouvé et remis en activité lors des fouilles de 1927, afin de faciliter la récupération des navires. Il se parcourt avec un guide, sur réservation. Equipement conseillé : bottes et pantalon solide, lampe de poche. Téléphone : (+39) 06 94 79 931 ou (+39) 06 94 95 255.

Nombreuses autres randonnées dans le parc des Castelli Romani : parcocastelliromani.it

La Via Francigena

Nemi est une étape de la Via Francigena Sud, qui relie Rome à Brindisi, où les pèlerins s’embarquaient pour la Terre sainte.

Pour en savoir plus : viefrancigenedelsud.it

Cartographie

Une carte est disponible en pdf : parcocastelliromani.it

Une bonne lecture du paysage et la brièveté de l’excursion permettent de se passer d’une carte.

Bibliographie

  • Georges Dumézil, La Religion romaine archaïque, Payot, 1974. Notamment les pages 409 à 413.
  • Ovide, Fastes, I à III, Les Belles-Lettres, 2003
  • James George Frazer, Le Rameau d’or – en 4 tomes, chez Bouquins
  • Thomas F. C. Blagg, Le mobilier archéologique du sanctuaire de Diane Nemorensis, In: Les bois sacrés. Actes du colloque international de Naples. Collection du Centre Jean Bérard, 10, 1993, 103-109 :

Accès et données GPS

Depuis Rome en voiture.

Matériel spécifique, équipement

Tenue de promenade selon la saison, chaussures légères, gourde ou bouteille d’eau. Attention à la réglementation du parc des Castelli Romani. Sont interdits notamment : les chiens, les feux ouverts, le camping et la cueillette.

Art de vivre

La fête de la fraise a lieu à Nemi en juin. Le vin « local » est le célèbre frascati. Autre spécialité, le cochon de lait rôti, la porchetta.

Liens

Année où cet itinéraire a été parcouru

Novembre 2015.