Archives

Archives mensuelles pour ‘février 2019’

  • Ghislain de Diesbach, un gentilhomme de notre temps

    Ghislain de Diesbach, un gentilhomme de notre temps

    De nos jours, la poli­tesse passe pour rin­garde, pour ne pas dire sus­pecte, car, comme le sou­ligne Ghis­lain de Dies­bach dans cet essai bien­ve­nu, « faite d’interdictions des­ti­nées à dis­ci­pli­ner chez l’homme sa sau­va­ge­rie pri­mi­tive ». Que cèdent les bar­rières et les bar­bares déferlent : Dies­bach cite le vous­soie­ment, tout en dis­tances et en déli­ca­tesse, inter­dit par les sans-culottes au pro­fit du bru­tal tutoie­ment « citoyen », qui mène droit à la guillo­tine. Et comme au recul de la civi­li­sa­tion s’ajoute un infan­ti­lisme triom­phant (exemple : trois couples de tren­te­naires flasques avec mou­tards inver­té­brés au res­tau­rant), com­ment ne pas le suivre pour réha­bi­li­ter le savoir-vivre, jus­te­ment qua­li­fié de « chef-d’œuvre en péril » ?

    Lire la suite
  • Les héros de la Vendée

    Les héros de la Vendée

    Les guerres civiles sont sou­vent le théâtre des pires atro­ci­tés, mais de l’horreur des char­niers sur­gissent par­fois des figures que l’Histoire avec sa grande hache per­met de révé­ler. Si la guerre de Ven­dée compte par­mi les épi­sodes les plus san­glants de l’histoire de France, son récit relève d’une épo­pée gran­diose et tra­gique que Napo­léon qua­li­fia de « guerre de géants ». C’est aux chefs de cette insur­rec­tion que Jean-Joël Bré­geon, his­to­rien spé­cia­liste de la Révo­lu­tion fran­çaise et du pre­mier Empire, consacre son der­nier livre Les héros de la Ven­dée (édi­tions du Cerf), res­ti­tuant à tra­vers une gale­rie de por­traits la dimen­sion épique de leur enga­ge­ment qui les condui­ra jusqu’au sacri­fice ultime.

    Lire la suite
  • Avec Rémi Soulié

    Avec Rémi Soulié

    A la fin du XIXème siècle, le jeune Mau­rice Bar­rès pro­clame dans La Terre et les Morts que « la terre nous donne une dis­ci­pline, et (que) nous sommes le pro­lon­ge­ment des ancêtres. » Son confrère Paul Léau­taud rétorque : « Phi­lo­so­phie d’esclave ! L’enseignement des morts ! N’est-ce pas assez de les subir en soi for­cé­ment, sans encore se plier volon­tai­re­ment à eux ? »

    Lire la suite
  • L’Europe, une civilisation plutôt qu’un espace

    L’Europe, une civilisation plutôt qu’un espace

    Les diri­geants de l’Union euro­péenne consi­dèrent aujourd’hui l’Europe comme un espace indif­fé­ren­cié, sans iden­ti­té, ni limites et dont le seul des­tin auto­ri­sé serait de com­mer­cer. Son his­toire, au sens de la connais­sance des faits du pas­sé et des racines, est frap­pée d’interdit tan­dis que la « mémoire » n’est plus invo­quée que sur le mode péni­ten­tiel afin d’alourdir la mau­vaise conscience des Euro­péens cou­pables d’être à l’origine de tous les maux dont l’humanité a pu souf­frir…

    Lire la suite