Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Itinéraires européens | Promenade historique dans la Montagne d’Auxois

Promenade historique dans la Montagne d’Auxois

« La forteresse d’Alésia se trouve au sommet d’une hauteur bien saillante. De cette hauteur, deux cours d’eau baignent les pieds de deux côtés. […] Des hauteurs de même élévation entourent la forteresse à une faible distance. »
Jules César, La Guerre des Gaules

Promenade historique dans la Montagne d’Auxois
Pays : France
Région : Bourgogne, Côte-d’Or, Haut-Auxois
Thématique générale du parcours : Ce parcours relativement court permet de se promener dans plusieurs périodes de l’histoire de France. Une boucle autour du bourg médiéval de Flavigny-sur-Ozerain vous conduit à Alésia sur les traces de Vercingétorix et César, ainsi qu’au château de Bussy-Rabutin.
Mode de déplacement : À pied, en VTT.
Durée : 5 heures de marche, possibilité de réaliser les visites des sites dans la journée. Prévoir environ 1 heure pour Flavigny, 1 heure pour Bussy-Rabutin, 30 minutes pour les vestiges gallo-romains.
Difficulté : 20 kilomètres, beaucoup de dénivelés de faible difficulté.
Période : Il est préférable de parcourir l’itinéraire à la belle saison, le sol étant très gras en période de pluie. Le « centre d’interprétation » d’Alésia et les vestiges gallo-romains sont fermés entre décembre et février.

Présentation géographique

L’Auxois (prononcé Aussois) recouvre la partie ouest du département de la Côte-d’Or. C’est un pays de collines douces, de terres argileuses et grasses, en grande partie recouvert de prés et de bois.

Notre itinéraire nous emmène plus précisément dans le Haut-Auxois, au nord-est de la région. Les vallées parallèles de la Brenne, de l’Oze et de l’Ozerain structurent le paysage en délimitant de grands « monts », plus proches du plateau en réalité. Sur l’un d’entre eux se situe Flavigny, à quelque 400 mètres d’altitude. Sur le Mont-Auxois, à la même hauteur, on retrouve le site d’Alésia. La traversée de la vallée de l’Oze conduit à Bussy-Rabutin – plateau du Dessus du Parc. D’autres monts apparaissent durant la balade, comme le Mont Drouot, où se situait le camp de César.

Cadre historique et culturel

L’histoire de la région est marquée par la bataille d’Alésia en 52 avant J.-C., une des premières dates majeures de l’histoire de France. Dans le cadre de la conquête de la Gaule par César, les Gaulois conduits par Vercingétorix sont contraints de se replier dans l’oppidum d’Alésia. Cette ville fortifiée est la capitale des Mandubiens, petit peuple gaulois installé entre les Éduens et les Lingons. Vercingétorix décide de s’enfermer dans Alésia avec ses 80 000 fantassins et envoie sa cavalerie lever des troupes en masse dans toute la Gaule. Pendant ce temps, César, stratège hors-pair, fait bâtir deux lignes de défense : la contrevallation qui empêche les assiégés de sortir ; la circonvallation qui protège les dix légions romaines des troupes de renfort gauloises. Ses 70 000 hommes font face aux assiégés et aux 250 000 hommes de renfort lors de l’assaut final. Mais les Gaulois assiégés sont épuisés et les renforts mal organisés. Fin septembre –52, Vercingétorix se rend, la conquête des Gaules est achevée.

Napoléon III remit à l’honneur le site d’Alésia, important dans l’affirmation de l’identité nationale, en y organisant de grandes fouilles. Il fit également ériger une statue monumentale (6,5 mètres sur un socle de 7 mètres) en bronze représentant Vercingétorix, à qui il aurait donné ses traits… Notons que le débat sur l’emplacement réel d’Alésia semble aujourd’hui tranché par les historiens en faveur du site côte-d’orien.

À l’époque médiévale, la région se distingue par la présence de deux abbayes d’importance. Fontenay, située hors de notre itinéraire, est une abbaye cistercienne fondée en 1130, aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. À Flavigny, l’abbaye bénédictine Saint-Pierre, fondée en 722, n’est pas aussi bien conservée puisqu’il n’en reste que la remarquable crypte carolingienne et des bâtiments construits à l’époque moderne. Elle jouissait cependant d’un grand prestige durant le haut Moyen Âge. En effet, Alcuin, le grand artisan de la renaissance carolingienne, en a été l’abbé entre 796 et 803. En 864, l’abbaye reçoit les reliques de Sainte-Reine, vierge martyrisée à Alésia au IIIe siècle par un gouverneur romain et sainte assez populaire à l’époque médiévale. L’abbaye perd de son importance durant le Moyen Âge classique.

À l’époque moderne, la figure du comte Roger de Bussy-Rabutin domine la région. Cet officier brillant né en 1618 achève de remanier avec habileté l’ancien château médiéval dans un style Renaissance française. La décoration intérieure réalisée par le comte lui-même est frappée du sceau de sa propre histoire et de son originalité : panneaux peints assortis de devises de l’auteur, portraits de femmes célèbres dans sa chambre… Contraint par Louis XIV à deux retraites dans son château pour diverses frasques amoureuses et littéraires, il y rédige notamment la fameuse « Histoire Amoureuse des Gaules », tableau satirique des fêtes et pratiques de la Cour du Roi-Soleil.

C’est au XVIIe siècle également que les célèbres anis de Flavigny, constitués d’une graine d’anis enrobée de sucre aromatisé, sont imaginés par des Ursulines installées dans le bourg.

La région conserve une certaine prospérité à l’époque contemporaine puisqu’elle bénéficie du passage du canal de Bourgogne et du chemin de fer, ainsi que d’une industrie sidérurgique de grande qualité, héritière de la forge de l’abbaye de Fontenay et de la Grande Forge de Buffon à côté de Montbard.

Description de l’itinéraire

En guise d’échauffement, vous pouvez flâner dans la bourgade de Flavigny. Visitez l’ancienne abbaye Saint-Pierre (crypte et fabrique d’anis), l’église gothique Saint-Genest et ses stalles, passez devant l’abbaye Saint-Joseph de Clairval et le séminaire du Saint-Curé d’Ars (où les futurs prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X reçoivent leur première année d’enseignement). On constate que la cité est encore nettement marquée par la spiritualité et la tradition catholique. Le calme et la situation géographique du bourg ainsi que la sobriété de ses bâtiments médiévaux et Renaissance incitent à une forme de recueillement.

Démarrez réellement la randonnée de la porte du Bourg. Ce tronçon conduisant à Alésia ne pose aucun problème d’orientation, car il suit le chemin Bibracte – Alésia, fort bien balisé en bleu et jaune. Après avoir traversé la vallée de l’Ozerain, admiré le Mont Drouot sur votre gauche, vous gravirez le Mont-Auxois. Sur le plateau, avant d’atteindre le site archéologique, notons la présence de quelques sculptures contemporaines évoquant l’époque antique : Déesse Séquana, Fibula Romana…

Vous pouvez ensuite saluer Vercingétorix et vous recueillir devant la plaine des Laumes. C’est à cet endroit, sur les pentes du Mont-Auxois, que s’est déroulé l’assaut final du siège d’Alésia. Cette défaite de « nos ancêtres les Gaulois », durant laquelle plusieurs dizaines de milliers d’entre eux périrent, changea radicalement le destin de la Gaule en la faisant rentrer dans l’orbite romaine. C’est à cet endroit précis que naît la civilisation gallo-romaine dont nous sommes les descendants.

Vous vous rendrez à Bussy-Rabutin en traversant la vallée de l’Oze puis en montant sur le plateau dominant le château. Pour ce faire, plongez à gauche (en regardant de face la statue de Vercingétorix) dans un petit sentier bordé par des arbres et une croix. Descendez jusqu’à un pré que vous traversez au moyen d’une barrière-tourniquet. Prenez après cela le chemin allant vers la droite et descendez jusqu’à la route. Tournez à droite sur la route, longez-la sur quelques centaines de mètres (passage sur un pont franchissant l’Oze et la voie ferrée) jusqu’au village de Grésigny. Passé deux maisons, tournez à droite sur le chemin qui monte vers la colline. Au calvaire, prenez la voie de gauche, bitumée, et serpentez jusqu’au sommet du plateau où apparaît le mur arrière du parc du château. Continuez en longeant ce mur ; vous atteindrez l’entrée du château située dans le village de Bussy-le-Grand. L’endroit est beaucoup plus empreint de légèreté que le site précédent. La plume de Bussy-Rabutin, l’esprit satirique français et la vie de la cour de Louis XIV nous viennent à l’esprit lorsque l’on songe que L’Histoire Amoureuse des Gaules a été écrite ici, dans cet élégant château.

Après la visite du château, vous entamez le troisième tiers de l’itinéraire qui vous ramène à Flavigny. Repartez sur vos pas jusqu’à l’angle du mur du parc. Quatre chemins partent de là. Suivez le deuxième en partant de la droite (le premier étant celui longeant le mur arrière par lequel vous êtes arrivé). Après quelques kilomètres légèrement descendants, empruntez le chemin de droite à la première fourche. En bas du chemin, il vous faudra traverser une route et une voie ferrée. La prudence reste de mise. Juste après les rails, continuez tout droit en franchissant l’Oze par le pont des Romains, qui ne semble plus rien avoir d’antique. Empruntez un chemin de terre qui monte jusqu’à une route. Tournez à droite sur cette route, longez-la pendant 30 mètres et prenez à gauche sur un chemin blanc direction Sombernon. Bifurquez sur la droite après une centaine de mètres sur un chemin entre deux prés. On aperçoit Flavigny au loin sur la droite, ainsi que de la vigne sur certains pans des collines environnantes. La vigne fait sa réapparition dans la région sous l’appellation « Coteaux de l’Auxois » (elle avait disparu à cause du phylloxéra en 1890). Laissez une grande ferme à votre droite et choisissez la voie de droite à la première fourche après cette ferme ; vous passez sur un pont franchissant l’Ozerain. Vous êtes en contrebas de Flavigny où vous remonterez par un chemin très raide, la Pissotte, que vous trouvez après avoir coupé la route. Un dernier effort vous conduit sous les remparts du bourg, en prenant soin de choisir la voie la plus raide à chacune des deux intersections restantes. Vous achevez l’itinéraire en passant à côté de la porte du Val, et sous les fenêtres de l’abbaye Saint-Joseph.

Activités connexes

En dehors de l’itinéraire qui occupe la journée avec les visites, on dénombre trois sites à visiter en priorité.

Le centre d’interprétation du MuséoParc d’Alésia, situé dans le village d’Alise-Sainte-Reine en contrebas du Mont-Auxois, retrace de manière vivante et environ trois heures l’histoire de la bataille d’Alésia. Animations pour les enfants.

L’abbaye de Fontenay, située à une vingtaine de kilomètres de Flavigny est ouverte toute l’année.

Semur-en-Auxois, capitale historique de l’Auxois, est située à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Flavigny. La vieille ville médiévale et les promenades au bord de l’Armançon s’avèrent particulièrement agréables.

Cartographie

Carte IGN Randonnée 2921 SB Montbard – Baigneux-les-Juifs – Alésia.

Bibliographie

  • Jules César, La Guerre des Gaules
  • Roger de Bussy-Rabutin, Histoire Amoureuse des Gaules
  • Jean-François Bazin, Histoire du département de la Côte-d’Or (Éditions Gisserot).

Accès et données GPS

  • Flavigny-sur-Ozerain 47° 30’ 46’’nord 4° 31’ 55’’ est
  • Par le train, TER en gare des Laumes (à 8 km) sur la ligne Dijon-Paris.
  • En voiture, sortie de l’autoroute A6 à Bierre-lès-Semur à 25 km.

Art de vivre

La Grange, à Flavigny. Cette ferme auberge regroupe les productions de quinze agriculteurs des alentours, transformées chaque jour dans un menu différent. Propose aussi des « quatre heures soupatoires ». Réservation obligatoire.

Liens

Office de tourisme de l’intercommunalité : alesia-tourisme.net
Site du MuséoParc gérant l’ensemble du site d’Alésia : statue, site antique, centre d’interprétation : alesia.com
Château de Bussy-Rabutin : chateau-bussy-rabutin.fr
Abbaye de Fontenay : abbayedefontenay.com

Itinéraire parcouru en avril 2019.