Institut ILIADE
Institut ILIADE

Accueil | Itinéraires européens | Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages

Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages

Vastes Forêts, Forêts magnifiques et fortes, Quel infaillible instinct nous ramène toujours Vers vos vieux troncs drapés de mousses de velours Et vos étroits sentiers feutrés de feuilles mortes ? Albert Samain, Symphonie héroïque, 1896

Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages
Pays : Allemagne.
Région : Rhénanie du Nord – Westphalie – Parc national de l’Eifel.
Thématique générale du parcours : Cette randonnée entre lac et forêts offre trois haltes culturelles : un château, une abbaye et une centrale hydro-électrique Jugenstil. Dans ces collines souvent malmenées par l’histoire, demeure le témoignage de la tripartition indo-européenne : au château d’Hengenbach, les bellatores – ceux qui guerroient ; à l’abbaye de Mariawald, les oratores – ceux qui prient. Enfin, honorés par l’architecture élégante de la centrale, les laboratores – ceux qui travaillent.
Mode de déplacement : A pied.
Durée du parcours : Environ 4 heures.
Difficulté du parcours : Facile, accessible en famille.
Période possible : Toutes saisons. En hiver, la région est parfois enneigée.

Présentation géographique

L’Eifel est un massif volcanique ancien, très érodé qui appartient au massif schisteux rhénan. Ses collines s’étendent de la Moselle au sud au Rhin à l’est, entre les Hautes Fagnes et l’Ardenne.

La rivière de la Ruhr a entaillé les grès rouges dont les éléments les plus solides donnent au paysage sa tonalité romantique. Le barrage d’Heimbach fait partie d’un important réseau hydroélectrique. La plus grande retenue, le Rursee, attire les sportifs : randonnée, bicyclette, canoë, voile, etc. Très ramifié, le lac est bordé de nombreuses installations sportives, mais aussi de campings et de caravanings un peu envahissants dans le paysage.

Le parc national l’Eifel, créé en 2004, couvre une superficie de 110 km2. Il est composé de forêts mixtes, de landes et de lacs. Il abrite notamment des chats sauvages, des cigognes noires et des lézards des murailles. Il compte plus de 240 km de sentiers de randonnée pédestre, 104 km de pistes cyclables et 65 km d’allées cavalières. Le circuit proposé, dans le massif du Kermeter, est sans danger. Il n’en est pas de même si l’on randonne dans les environs de l’ancienne base belge de l’OTAN installée sur le site de Vogelsang (Ordensburg de 1934 à 1939), où subsistent des mines non explosées. Bien respecter les panneaux indicateurs (Lebensgefahr).

Cadre historique et culturel

Le château d’Hengenbach a été construit au XIe siècle, et compte parmi les plus anciens de l’Eifel. Son premier propriétaire fut Godizo von Aspel-Heimbach. Dès le XIIIe siècle, le territoire passe sous le contrôle des comtes de Jülich (Juliers, en français). Un incendie détruit le château, l’église et le village en 1687. Un siècle plus tard, en 1794, les troupes révolutionnaires françaises occupent la rive gauche du Rhin : le château devient possession française, jusqu’en 1804 où il est vendu à la famille Fraikin, qui exploite les ruines comme carrière. Après diverses tentatives pour faire revivre le château, un brasseur commence à le rebâtir. Les travaux réalisés à la fin du XXe siècle redonnent vie au château, qui héberge un restaurant et un centre artistique international.

L’abbaye de Mariawald a connu elle aussi une histoire mouvementée. Fondée au XVe siècle, elle accueille les pèlerins attirés par une Piétà miraculeuse – d’abord protégée dans un arbre creux et aujourd’hui dans l’église paroissiale d’Heimbach. Après la guerre de Trente Ans et une courte période de calme, l’abbaye est sécularisée en 1795 par la France. Un abbé venu d’Alsace tente de refonder l’abbaye, qui pâtit néanmoins de la guerre de 1870 et du Kulturkampf. Nouvel essor en 1891, avec de nouveaux bâtiments néo-gothiques. Fermée par le régime national-socialiste en 1941, l’abbaye devient un hôpital militaire en 1944 – ce qui ne l’empêche pas d’être bombardée pendant l’offensive des Ardennes. La reconstruction, commencée dès 1945, est achevée en 1961.

Rare exemple d’harmonie entre les exigences de l’ingénierie électrique et l’élégance de l’architecture Jugendstil, la centrale d’Heimbach, édifiée en 1904, est le troisième bâtiment intéressant de la randonnée. Il s’agit en effet d’une des plus grandes centrales hydro-électriques européennes de son temps. Elle fournissait à l’époque 12 000 kWh. Transformée en 1975, elle produit aujourd’hui 25 millions de kWh pour 7 800 foyers. Son architecture et ses décors « Jugendstil » – entre Art nouveau et Art Déco – sont dus à l’architecte Georg Frentzen (1854-1923). Il est possible de visiter la centrale (voir les liens).

Description de l’itinéraire

Stationner dans le village d’Heimbach, à proximité du château. Avant de randonner, montez jusqu’au château d’Hengenbach, qui domine le village sur son éperon rocheux. Si son existence est avérée depuis le XIe siècle, il est aujourd’hui entièrement reconstruit, avec des parties plus ou moins discrètement remaniées. L’accès de la cour, du chemin de ronde et de la tour est libre. Du sommet de la tour, belle vue sur la vallée de la Rur.

A la sortie du château, empruntez le sentier piéton à votre droite, traversez la route puis le jardin public. Après le kiosque à musique, continuez sur la petite route qui longe la rivière. Suivez le balisage T5. A 1,2 km environ, un sentier part sur votre gauche, en direction de l’abbaye de Mariawald. Les stations d’un chemin de croix se succèdent sur 1,4 km, en remontant un vallon dans la forêt. L’imposant mur blanc abrite un monastère de moines cisterciens de rite tridentin. Possibilité de restauration.

Le sentier T5 (autrement balisé ici « circuit 49 ») part du fond du parking de l’abbaye. Il permet d’accéder à un cimetière militaire qui abrite 414 tombes, parmi lesquelles celles de jeunes femmes et d’enfants, décédés pour la plupart en novembre et décembre 1944 ainsi qu’en février 1945. Traversez le cimetière. A la sortie, prenez à votre droite un sentier descendant balisé T5, qui vous conduit à travers la forêt en 6,6 km environ à une route goudronnée.

Deux solutions
  1. Descendez jusqu’au barrage (Staudamm) sur la Ruhr, pour admirer la vue sur le lac (Rursee). Puis revenez sur vos pas, et suivez le balisage T5, qui part à droite d’un complexe hôtelier. La route descend jusqu’au bord de la petite retenue inférieure. Prenez alors à votre droite pour rejoindre la centrale hydro-électrique.
  2. Traversez le barrage. Suivez alors le balisage 10 (Krönungsweg) qui longe une plus petite retenue. Franchissez le pont suivant, qui arrive au droit de la centrale hydro-électrique de Heimbach (attention, il ne s’agit donc pas des installations modernes situées juste sous le grand barrage).

Après avoir admiré la centrale, vous pouvez suivre, en rive droite, la route (circulation limitée) qui part de l’extrémité du petit parking, et rejoindre le village d’Heimbach. Vous pouvez également passer sur la rive gauche en traversant le pont, et suivre le chemin qui longe la rive gauche de la Ruhr. Ce chemin passe au plus près de l’eau. Dans ce cas, vous retraversez la rivière au niveau du jardin public, au pied du château.

Activités connexes

Visite de la centrale d’Heimbach : celle-ci est possible de mars à octobre, sur inscription, selon certaines conditions. Se renseigner au préalable ici : besucher.rwepower@rwe.com ou felica.sigglow@rwe.com ou au 0800/8833830

Au nord d’Heimbach, vous pourrez visiter le château et la petite cité de Nideggen. Dans la porterie du château, le refuge du club alpin de Düren propose un hébergement en gestion libre (pas de gardien ni de repas). Possibilités d’escalade à Nideggen.

Cartographie

Pour ce circuit, les panneaux de balisage peuvent suffire.

Carte au 1:25 000 : Rureifel n° 2 – Eifelverein

Carte au 1:50 000 : Nationalpark Eifel, Geo Map

Carte interactive : eifel.info/wandertourenplaner-eifel.htm

Accès et données GPS

Le village de Heimbach est accessible par la route ou par le train. Il se situe à 65 km au sud-ouest de Cologne. Bus depuis Düren.

Matériel spécifique, équipement

Chaussures de marche légères, et si possible étanches. Vêtements confortables, selon la saison.

Art de vivre

Comme partout en Allemagne, vous trouverez de bonnes bières. Les spécialités de l’abbaye de Mariawald sont une liqueur et une soupe de pois.

Liens

Année où cet itinéraire a été parcouru

Printemps 2015.