Accueil | Itinéraires européens | Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages

Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages

Vastes Forêts, Forêts magni­fiques et fortes,
Quel infaillible ins­tinct nous ramène tou­jours
Vers vos vieux troncs dra­pés de mousses de velours
Et vos étroits sen­tiers feu­trés de feuilles mortes ?
Albert Samain, Sym­pho­nie héroïque, 1896

[divi­der]

Heimbach, Mariawald et la Ruhr. Chevaliers, moines, ingénieurs et chats sauvages

Télé­char­gez la fiche en PDF

Pays : Allemagne.
Région : Rhénanie du Nord – Westphalie — Parc national de l’Eifel.
Thématique générale du parcours : Cette randonnée entre lac et forêts offre trois haltes culturelles : un château, une abbaye et une centrale hydro-électrique Jugenstil. Dans ces collines souvent malmenées par l’histoire, demeure le témoignage de la tripartition indo-européenne : au château d’Hengenbach, les bellatores – ceux qui guerroient ; à l’abbaye de Mariawald, les oratores – ceux qui prient. Enfin, honorés par l’architecture élégante de la centrale, les laboratores – ceux qui travaillent.
Mode de déplacement : A pied.
Durée du parcours : Environ 4 heures.
Difficulté du parcours : Facile, accessible en famille.
Période possible : Toutes saisons. En hiver, la région est parfois enneigée.

[map width=“100%” height=“350” zoom=“6” type=“SATELLITE”]
[mar­ker address=“Parc natio­nal de l’Eifel, Schlei­den, Allemagne”][/marker]
[/map]
[divi­der]

Présentation géographique

L’Eifel est un mas­sif vol­ca­nique ancien, très éro­dé qui appar­tient au mas­sif schis­teux rhé­nan. Ses col­lines s’étendent de la Moselle au sud au Rhin à l’est, entre les Hautes Fagnes et l’Ardenne.

La rivière de la Ruhr a entaillé les grès rouges dont les élé­ments les plus solides donnent au pay­sage sa tona­li­té roman­tique. Le bar­rage d’Heimbach fait par­tie d’un impor­tant réseau hydro­élec­trique. La plus grande rete­nue, le Rur­see, attire les spor­tifs : ran­don­née, bicy­clette, canoë, voile, etc. Très rami­fié, le lac est bor­dé de nom­breuses ins­tal­la­tions spor­tives, mais aus­si de cam­pings et de cara­va­nings un peu enva­his­sants dans le pay­sage.

Le parc natio­nal l’Eifel, créé en 2004, couvre une super­fi­cie de 110 km2. Il est com­po­sé de forêts mixtes, de landes et de lacs. Il abrite notam­ment des chats sau­vages, des cigognes noires et des lézards des murailles. Il compte plus de 240 km de sen­tiers de ran­don­née pédestre, 104 km de pistes cyclables et 65 km d’allées cava­lières. Le cir­cuit pro­po­sé, dans le mas­sif du Ker­me­ter, est sans dan­ger. Il n’en est pas de même si l’on ran­donne dans les envi­rons de l’ancienne base belge de l’OTAN ins­tal­lée sur le site de Vogel­sang (Ordens­burg de 1934 à 1939), où sub­sistent des mines non explo­sées. Bien res­pec­ter les pan­neaux indi­ca­teurs (Lebens­ge­fahr).

[fancy_images width=“192” height=“192”]
[image title=“Grès rouges rui­ni­formes de la val­lée de la Ruhr” alt=“Grès rouges rui­ni­formes de la val­lée de la Rur” caption=“Grès rouges ruiniformes”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Gres-rouges-ruiniformes.jpg[/image]
[image title=“Environ 50 chats sau­vages vivent dans le mas­sif de l’Eifel” alt=“Environ 50 chats sau­vages vivent dans le mas­sif de l’Eifel” caption=“Chats sau­vages dans le mas­sif de l’Eifel”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Environ-50-chats-sauvages.jpg[/image]
[image title=“Dans la forêt de Ker­me­ter” alt=“Dans la forêt de Ker­me­ter” caption=“Dans la forêt de Kermeter”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Dans-la-foret-de-Kermeter.jpg[/image]
[image title=“Affut en forêt” alt=“Affut en forêt” caption=“Affut en forêt”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Affut-en-foret.jpg[/image]
[image title=“Un bali­sage pour les enfants” alt=“Un bali­sage pour les enfants” caption=“Un bali­sage pour les enfants”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Un-balisage-pour-les-enfants.jpg[/image]
[image title=“Le châ­teau d’Hengenbach sur son piton” alt=“Le châ­teau d’Hengenbach sur son piton” caption=“Le châ­teau d’Hengenbach”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Le-chateau-d-Hengenbach-sur-son-piton.jpg[/image]
[/fancy_images]
[clear­both]

Cadre historique et culturel

Le châ­teau d’Hengenbach a été construit au XIe siècle, et compte par­mi les plus anciens de l’Eifel. Son pre­mier pro­prié­taire fut Godi­zo von Aspel-Heim­bach. Dès le XIIIe siècle, le ter­ri­toire passe sous le contrôle des comtes de Jülich (Juliers, en fran­çais). Un incen­die détruit le châ­teau, l’église et le vil­lage en 1687. Un siècle plus tard, en 1794, les troupes révo­lu­tion­naires fran­çaises occupent la rive gauche du Rhin : le châ­teau devient pos­ses­sion fran­çaise, jusqu’en 1804 où il est ven­du à la famille Frai­kin, qui exploite les ruines comme car­rière. Après diverses ten­ta­tives pour faire revivre le châ­teau, un bras­seur com­mence à le rebâ­tir. Les tra­vaux réa­li­sés à la fin du XXe siècle redonnent vie au châ­teau, qui héberge un res­tau­rant et un centre artis­tique inter­na­tio­nal.

L’abbaye de Maria­wald a connu elle aus­si une his­toire mou­ve­men­tée. Fon­dée au XVe siècle, elle accueille les pèle­rins atti­rés par une Pié­tà mira­cu­leuse – d’abord pro­té­gée dans un arbre creux et aujourd’hui dans l’église parois­siale d’Heimbach. Après la guerre de Trente Ans et une courte période de calme, l’abbaye est sécu­la­ri­sée en 1795 par la France. Un abbé venu d’Alsace tente de refon­der l’abbaye, qui pâtit néan­moins de la guerre de 1870 et du Kul­tur­kampf. Nou­vel essor en 1891, avec de nou­veaux bâti­ments néo-gothiques. Fer­mée par le régime natio­nal-socia­liste en 1941, l’abbaye devient un hôpi­tal mili­taire en 1944 – ce qui ne l’empêche pas d’être bom­bar­dée pen­dant l’offensive des Ardennes. La recons­truc­tion, com­men­cée dès 1945, est ache­vée en 1961.

Rare exemple d’harmonie entre les exi­gences de l’ingénierie élec­trique et l’élégance de l’architecture Jugend­stil, la cen­trale d’Heimbach, édi­fiée en 1904, est le troi­sième bâti­ment inté­res­sant de la ran­don­née. Il s’agit en effet d’une des plus grandes cen­trales hydro-élec­triques euro­péennes de son temps. Elle four­nis­sait à l’époque 12 000 kWh. Trans­for­mée en 1975, elle pro­duit aujourd’hui 25 mil­lions de kWh pour 7 800 foyers. Son archi­tec­ture et ses décors « Jugend­stil » — entre Art nou­veau et Art Déco — sont dus à l’architecte Georg Frent­zen (1854–1923). Il est pos­sible de visi­ter la cen­trale (voir les liens).

Description de l’itinéraire

Sta­tion­ner dans le vil­lage d’Heimbach, à proxi­mi­té du châ­teau. Avant de ran­don­ner, mon­tez jusqu’au châ­teau d’Hengenbach, qui domine le vil­lage sur son épe­ron rocheux. Si son exis­tence est avé­rée depuis le XIe siècle, il est aujourd’hui entiè­re­ment recons­truit, avec des par­ties plus ou moins dis­crè­te­ment rema­niées. L’accès de la cour, du che­min de ronde et de la tour est libre. Du som­met de la tour, belle vue sur la val­lée de la Rur.

[fancy_images width=“192” height=“192”]
[image title=“Le porche du châ­teau” alt=“Le porche du châ­teau” caption=“Le porche du château”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Le-porche-du-chateau.jpg[/image]
[image title=“Château d’Hengenbach, aile recons­truite à la fin du XXe siècle” alt=“Château d’Hengenbach, aile recons­truite à la fin du XXe siècle” caption=“Château d’Hengenbach, aile reconstruite”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Chateau-d-Hengenbach-aile-reconstruite.jpg[/image]
[image title=“L’abbaye de Maria­wald et les col­lines de l’Eifel” alt=“L’abbaye de Maria­wald et les col­lines de l’Eifel” caption=“L’abbaye de Mariawald”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/abbaye-de-Mariawald-collines.jpg[/image]
[image title=“L’abbaye de Maria­wald” alt=“L’abbaye de Maria­wald” caption=“L’abbaye de Mariawald”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/abbaye-de-Mariawald.jpg[/image]
[image title=“Deux com­bat­tants, dont un incon­nu, hono­rés dans le cime­tière mili­taire” alt=“Deux com­bat­tants, dont un incon­nu, hono­rés dans le cime­tière mili­taire” caption=“Le cime­tière militaire”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Deux-combattants-dont-un-inconnu.jpg[/image]
[image title=“Le che­min de croix mon­tant à l’abbaye” alt=“Le che­min de croix mon­tant à l’abbaye” caption=“Le che­min de croix”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Le-chemin-de-croix.jpg[/image]
[/fancy_images]
[clear­both]

A la sor­tie du châ­teau, emprun­tez le sen­tier pié­ton à votre droite, tra­ver­sez la route puis le jar­din public. Après le kiosque à musique, conti­nuez sur la petite route qui longe la rivière. Sui­vez le bali­sage T5. A 1,2 km envi­ron, un sen­tier part sur votre gauche, en direc­tion de l’abbaye de Maria­wald. Les sta­tions d’un che­min de croix se suc­cèdent sur 1,4 km, en remon­tant un val­lon dans la forêt. L’imposant mur blanc abrite un monas­tère de moines cis­ter­ciens de rite tri­den­tin. Pos­si­bi­li­té de res­tau­ra­tion.

Le sen­tier T5 (autre­ment bali­sé ici « cir­cuit 49 ») part du fond du par­king de l’abbaye. Il per­met d’accéder à un cime­tière mili­taire qui abrite 414 tombes, par­mi les­quelles celles de jeunes femmes et d’enfants, décé­dés pour la plu­part en novembre et décembre 1944 ain­si qu’en février 1945. Tra­ver­sez le cime­tière. A la sor­tie, pre­nez à votre droite un sen­tier des­cen­dant bali­sé T5, qui vous conduit à tra­vers la forêt en 6,6 km envi­ron à une route gou­dron­née.

Deux solutions
  1. Des­cen­dez jusqu’au bar­rage (Stau­damm) sur la Ruhr, pour admi­rer la vue sur le lac (Rur­see). Puis reve­nez sur vos pas, et sui­vez le bali­sage T5, qui part à droite d’un com­plexe hôte­lier. La route des­cend jusqu’au bord de la petite rete­nue infé­rieure. Pre­nez alors à votre droite pour rejoindre la cen­trale hydro-élec­trique.
  2. Tra­ver­sez le bar­rage. Sui­vez alors le bali­sage 10 (Krö­nung­sweg) qui longe une plus petite rete­nue. Fran­chis­sez le pont sui­vant, qui arrive au droit de la cen­trale hydro-élec­trique de Heim­bach (atten­tion, il ne s’agit donc pas des ins­tal­la­tions modernes situées juste sous le grand bar­rage).

Après avoir admi­ré la cen­trale, vous pou­vez suivre, en rive droite, la route (cir­cu­la­tion limi­tée) qui part de l’extrémité du petit par­king, et rejoindre le vil­lage d’Heimbach. Vous pou­vez éga­le­ment pas­ser sur la rive gauche en tra­ver­sant le pont, et suivre le che­min qui longe la rive gauche de la Ruhr. Ce che­min passe au plus près de l’eau. Dans ce cas, vous retra­ver­sez la rivière au niveau du jar­din public, au pied du châ­teau.

Activités connexes

Visite de la cen­trale d’Heimbach : celle-ci est pos­sible de mars à octobre, sur ins­crip­tion, selon cer­taines condi­tions. Se ren­sei­gner au préa­lable ici : besucher.rwepower@rwe.com ou felica.sigglow@rwe.com ou au 0800/8833830

Au nord d’Heimbach, vous pour­rez visi­ter le châ­teau et la petite cité de Nideg­gen. Dans la por­te­rie du châ­teau, le refuge du club alpin de Düren pro­pose un héber­ge­ment en ges­tion libre (pas de gar­dien ni de repas). Pos­si­bi­li­tés d’escalade à Nideg­gen.

[fancy_images width=“192” height=“192”]
[image title=“L’éveil du prin­temps” alt=“L’éveil du prin­temps” caption=“L’éveil du printemps”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/L-eveil-du-printemps.jpg[/image]
[image title=“L’une des portes de la cen­trale” alt=“L’une des portes de la cen­trale” caption=“L’une des portes de la centrale”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/L-une-des-portes-de-la-centrale.jpg[/image]
[image title=“La cen­trale hydro-élec­trique d’Heimbach” alt=“La cen­trale hydro-élec­trique d’Heimbach” caption=“La cen­trale hydro-électrique”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/La-centrale-hydro-electrique-d-Heimbach.jpg[/image]
[image title=“Le long de la Ruhr” alt=“Le long de la Ruhr” caption=“Le long de la Ruhr”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Le-long-de-la-Rur.jpg[/image]
[image title=“Le Rur­see vu du bar­rage” alt=“Le Rur­see vu du bar­rage” caption=“Le Rursee”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Le-Rursee-vu-du-barrage.jpg[/image]
[image title=“Une roue den­tée, sym­bole solaire Art Déco” alt=“Une roue den­tée, sym­bole solaire Art Déco” caption=“Symbole solaire Art Déco”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Une-roue-dentee-symbole-solaire.jpg[/image]
[image title=“Vallon au prin­temps” alt=“Vallon au prin­temps” caption=“Vallon au printemps”]https://institut-iliade.com/wp-content/uploads/2015/07/Vallon-au-printemps.jpg[/image]
[/fancy_images]
[clear­both]

Cartographie

Pour ce cir­cuit, les pan­neaux de bali­sage peuvent suf­fire.

Carte au 1:25 000 : Rurei­fel n° 2 – Eifel­ve­rein

Carte au 1:50 000 : Natio­nal­park Eifel, Geo Map

Carte inter­ac­tive : eifel.info/wandertourenplaner-eifel.htm

Accès et données GPS

Le vil­lage de Heim­bach est acces­sible par la route ou par le train. Il se situe à 65 km au sud-ouest de Cologne. Bus depuis Düren.

Matériel spécifique, équipement

Chaus­sures de marche légères, et si pos­sible étanches. Vête­ments confor­tables, selon la sai­son.

Art de vivre

Comme par­tout en Alle­magne, vous trou­ve­rez de bonnes bières. Les spé­cia­li­tés de l’abbaye de Maria­wald sont une liqueur et une soupe de pois.

Liens

Année où cet itinéraire a été parcouru

Prin­temps 2015.