Archives

Toutes les publications en ligne comportant le tag ‘Ernst Jünger’

  • Les Eparges, sur les traces de ceux de 14

    Les Eparges, sur les traces de ceux de 14

    « L’argile de ces champs colle à nos semelles, enve­loppe nos sou­liers, peu à peu, d’une gangue énorme qui nous retient au sol. Mais des balles, sif­flant par-des­­sus le ravin, viennent cla­quer autour de nous, fai­sant jaillir la boue des flaques. …

    Lire la suite
  • Jean de Brem, sentinelle de l'Europe

    Jean de Brem, sentinelle de l’Europe

    Offi­cier, jour­na­liste, mili­tant poli­tique… Jean-Nico­las Mar­cet­teau de Brem est assas­si­né par le pou­voir gaul­liste en 1963. Il fut trop vite oublié par les géné­ra­tions sui­vantes, et son sou­ve­nir can­ton­né aux cercles des nos­tal­giques de l’Algérie fran­çaise. Jean de Brem pro­pose pour­tant une réflexion inté­res­sante et unique sur l’Europe dans son Tes­ta­ment d’un Euro­péen.

    Lire la suite
  • « Une bibliothèque idéale. Que lire de 0 à 16 ans »

    « Une bibliothèque idéale. Que lire de 0 à 16 ans ? »

    Face à l’ahurissement des écrans et au grand vide de la (dés)éducation natio­nale, ce guide de lec­ture à des­ti­na­tion des parents et des ensei­gnants repré­sente une bouf­fée d’air pur pour tous ceux qui cherchent à résis­ter à la grande entre­prise de décul­tu­ra­tion de la jeu­nesse euro­péenne.

    Lire la suite
  • Dominique Venner : “Nous sommes les enfants d’Ulysse et de Pénélope”

    Avec Dominique Venner

    Sans être dupe, Ven­ner se féli­ci­tait d’avoir pu connaître « le couple divin, le cou­rage et la peur » chan­té jadis par Drieu après la charge de Char­le­roi, ain­si qu’une guerre qua­si féo­dale, la der­nière (?) qui lais­sât encore l’initiative à l’individu plu­tôt qu’à la machine. S’il ne cachait pas la face atroce de sa guerre d’Algérie, où il décou­vrit la cruau­té pure (« un enfant char­cu­té comme un lièvre »), Ven­ner décri­vait bien la tra­hi­son de l’arrière, le maso­chisme hai­neux des pro­gres­sistes, leur veu­le­rie à pré­ten­tions huma­ni­taires.

    Lire la suite
  • #ColloqueILIADE 2018 : Introduction

    #ColloqueILIADE 2018 : Bienvenue au sein de notre communauté retrouvée

    Si Paul Valé­ry écri­vait en 1919 « Tout est venu à l’Europe et tout en est venu », force est de recon­naître que depuis la longue guerre civile euro­péenne qui a mar­qué le siècle de 1914, le far­deau de l’homme blanc aujourd’hui n’est plus celui qu’évoquait Rudyard Kipling, alors que l’Europe condui­sait encore le monde. Non, le far­deau de l’homme blanc c’est désor­mais de ram­per sous le poids de ses péchés, mar­qué du sceau de l’infamie.

    Lire la suite
  • Vivre en Européen : « La nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon »

    Vivre en Européen : « La nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon »

    Extrait de l’ouvrage col­lec­tif de l’Institut ILIADE Ce que nous sommes — Aux sources de l’identité euro­péenne, par Gré­goire Gam­bier (Pierre-Guillaume de Roux édi­teur, lan­ce­ment offi­ciel à l’occasion du col­loque annuel de l’ILIADE, le 7 avril 2018 à Paris).

    Lire la suite
  • #ColloqueILIADE : L’héritage européen, le connaître le transmettre

    #ColloqueILIADE : Qui sommes-nous, si nous ne sommes pas maîtres de nous, chez nous ?

    Ouver­ture du col­loque « Euro­péens, trans­mettre ou dis­pa­raître » : Qui sommes-nous si nous ne sommes pas maîtres de nous, chez nous ? Par Gré­goire Gam­bier, porte-parole de l’Institut ILIADE.

    Lire la suite
  • Alauda. Préface à l’anthologie poétique « Le Chant des alouettes »

    Alauda. Préface à l’anthologie poétique « Le Chant des alouettes »

    L’historien romain Sué­tone nous apprend que Jules César, de ses propres deniers, leva une légion com­po­sée de Gau­lois trans­al­pins et qui reçut le nom, cel­tique, de l’alouette – alau­da.

    Lire la suite
  • Junger

    Robert Steuckers : « La démarche spirituelle de Jünger trouve son salut dans l’écriture et dans les voyages »

    Ce qui fait de Jün­ger un « natio­na­liste » dans les années 1920, c’est la lec­ture de Mau­rice Bar­rès. Pour­quoi ? Avant la Grande Guerre, on était conser­va­teur, mais non révo­lu­tion­naire ! Désor­mais, avec le mythe du sang, chan­té par Bar­rès, on devient un révo­lu­tion­naire natio­na­liste.

    Lire la suite
  • Une sélection de livres pour penser la sortie de la modernité

    Une sélection de livres pour penser la sortie de la modernité

    L’exercice est connu : si vous deviez vous retrou­ver sur une île déserte, quel ouvrage empor­te­riez-vous ? Il peut être éten­du : si vous deviez quit­ter pré­ci­pi­tam­ment votre foyer, ou au contraire vous y retran­cher, quelle biblio­thèque mini­male, tenant par exemple dans une …

    Lire la suite
Page 1 sur 212»