Accueil | Iti­né­raires euro­péens

Itinéraires européens

Des glaces de Svalbard aux falaises de Gavdos, de Tintagel en Cornouailles aux bulbes dorés de Nijni Novgorod, notre Europe nous offre un nombre incalculable d’itinéraires : sentiers de transhumance, passages de col, chemins de pèlerinage, routes parcourues tant par les marchands que par les soldats… Le plus souvent à pied, parfois à cheval ou en bateau.

Aujourd’hui, ces itinéraires européens – de la promenade familiale au raid engagé de plusieurs jours – vous invitent à mettre vos pas dans ceux de nos ancêtres. Vous découvrirez des trésors cachés, ou porterez un nouveau regard sur des sites célèbres en les abordant autrement qu’en voiture. Parce que « y aller à pied, c’est vraiment y aller », comme nous le conseille une devise lue en Grèce sur le chemin de l’Olympe. Nous y sommes allés – ou nous y irons — pour vous, le plus souvent à pied, mais aussi à ski, à cheval, à bicyclette et même en bateau.

N’hésitez pas à nous faire part de vos plus belles randonnées, en complétant la fiche « mon itinéraire » (cliquez ici), et en l’accompagnant de vos plus belles photos.

Itinéraires européens

Randonnée, guerre et botanique au Mont-Cenis

Le col du Mont-Cenis, situé à 2081 mètres d’altitude à la fron­tière de la France et de l’Italie, per­met la liai­son entre la val­lée de la Mau­rienne et le val de Suse. Cet iti­né­raire étant facile d’accès et per­met­tant un pas­sage aisé de la bar­rière des Alpes fut une route mar­chande et mili­taire très emprun­tée depuis l’Antiquité.
Lire la suite
Randonnée, guerre et botanique au Mont-Cenis

Le double méandre d’Arcy-sur-Cure

La région de Véze­lay marque la fron­tière entre les gra­nites du Mor­van du sud et les pla­teaux mar­no-cal­caires du nord. Thé­ma­tique géné­rale du par­cours : Sites archéo­lo­giques.
Lire la suite
Le double méandre d'Arcy-sur-Cure

Sources sacrées du Burren

« Pas assez d’eau pour noyer un homme, pas assez de bois pour le pendre, pas assez de terre pour l’enterrer », tels sont les pro­pos prê­tés à Edmund Lud­low (vers 1617–1692), offi­cier de Crom­well, qui mena des opé­ra­tions de contre-gué­rilla dans les Bur­ren en 1651–1652.
Lire la suite

La Combe de By, alpages d’hier et d’aujourd’hui

Le val­lon d’Ollomont se situe sur le ver­sant nord du val d’Aoste et per­met de pas­ser en Suisse. La Combe de By est coif­fée d’une cou­ronne de som­mets, dont les plus connus sont à l’ouest le mont Vélan et, à l’est, le mont Gelé, qui forment un pay­sage d’une grande beau­té.
Lire la suite
La Combe de By, alpages d’hier et d’aujourd’hui

Les forts d’Inis Mór

C’est à Inis Mór que l’on trouve la plus grande den­si­té de sites archéo­lo­giques d’Irlande. L’île a été habi­tée depuis au moins 5000 ans. Le grand fort de pierre de Dun Aen­gus a été construit aux envi­rons de 1100 av. J.-C.
Lire la suite
Les forts d’Inis Mór

L’antre corycien à Delphes

Dans le mas­sif du Par­nasse, à deux heures et demie de marche de Delphes, au-des­sus d’un pla­teau qu’on découvre de la crête des Phédriades, une grotte s’ouvre au flanc de la mon­tagne. C’est le fameux Antre cory­cien, l’un des plus anciens lieux de culte euro­péen.
Lire la suite
L’antre corycien à Delphes

Vieilles pierres rouergates

Le Rouergue fait par­tie du dépar­te­ment de l’Aveyron. Il est situé au sud du Mas­sif cen­tral. Le haut pla­teau est entaillé de pro­fondes val­lées (Lot, Avey­ron, Tarn, Truyère). L’agriculture se par­tage entre zones céréa­lières et éle­vage : bovins à viande (Aubrac) et à lait (laguiole), ovins à viande et à lait (roque­fort).
Lire la suite
Vieilles pierres rouergates

Dolomites occidentales du Tyrol du Sud

Durant cinq siècles, le Haut-Adi­ge/­Ty­rol du Sud a fait par­tie de l’Empire romain ; à la chute de ce der­nier, la région est entrée dans une aire lin­guis­tique et cultu­relle essen­tiel­le­ment ger­ma­nique.
Lire la suite
Dolomites occidentales du Tyrol du Sud

Le Rhin romantique en famille

« Du temps des Romains et des bar­bares, c’était la rue des sol­dats. Au Moyen-Age, comme le fleuve presque entier était bor­dé d’états ecclé­sias­tiques, […] on nom­mait le Rhin la rue des prêtres. Aujourd’hui, c’est la rue des mar­chands », consta­tait déjà Vic­tor Hugo.
Lire la suite
Le Rhin romantique en famille

La carte