Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)

Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)

Les cromlechs d’Occabé (ou Okabé)

« Pour les Bas­ques, le soleil est la fille de la Ter­re et, dans cer­tains vil­la­ges, les habi­tants saluent ain­si l’astre quand il appa­rait à l’horizon : ‘Soleil béni, tu t’en vas vers ta mère !’ Car le soleil pos­sè­de la ver­tu de chas­ser les esprits néfas­tes qui enva­his­sent le mon­de pen­dant la nuit.
Aus­si trou­ve-t-on fré­quem­ment, dans l’art popu­lai­re bas­que, des signes repré­sen­tant le soleil sur les pier­res funé­rai­res, sur les faça­des des mai­sons et des monu­ments.
Ces sym­bo­les ont la for­me de cer­cles, de roues, d’étoiles à cinq bran­ches […] ou de rosa­ces […]. Ce culte solai­re est très ancien mais, même après l’arrivée du chris­tia­nis­me, les Bas­ques ont conser­vé la véné­ra­tion qu’ils por­taient à cet astre en le nom­mant dans leur lan­gue : ‘l’œil de Dieu’. »
Geor­ges Veron, Le Gui­de ran­do Pays Bas­que

Téléchargez la fiche en PDF

Télé­char­gez la fiche en PDF

Pays : France
Région : Pays basque – Forêt d’Iraty
Thématique générale du parcours : Randonner dans la plus grande hêtraie d’Europe et découvrir un haut lieu de tombes protohistoriques : 26 cercles de pierre ou « cromlechs ». Panoramas splendides.
Modes de déplacement : A pied, réalisable en VTT.
Durée du parcours : Une journée avec possibilité, lors d’un séjour plus long, d’effectuer d’autres randonnées dans le même secteur.
Difficulté du parcours : Accessible à toute personne pratiquant la marche, aux familles. Randonnée d’environ 13 km et 500 m de dénivelé. Le sommet d’Occabé s’élève à 1456 m. et les cromlechs à 1382 m.
Périodes possibles : Toute saison.

Présentation géographique

La forêt d’Iraty se situe à 54 km d’Oloron-Sainte-Marie (64400) ou à 32 km de Saint-Jean-Pied-de-Port (64220)

Carte d'Occabé (1)
Carte d'Occabé (2)
Au sommet d'Occabé

Cadre historique et culturel

« La pre­miè­re des­crip­tion du magni­fi­que ensem­ble de tom­bes pro­to­his­to­ri­ques éri­gées sur le pla­teau d’Occabé (1387 m) revient à M. René Gom­bault en 1914 qui fut l’auteur de la pre­miè­re fouille la même année sur deux monu­ments dont les résul­tats ne furent publiés qu’en 1935 […].
Ces fouilles pour­sui­vies en 1968–1969 ont por­té le nom­bre total de monu­ments à 26.
Situé en plei­ne région d’Iraty, au cen­tre des mas­sifs mon­ta­gneux du Pays Bas­que de Fran­ce, le vas­te pâtu­ra­ge d’Occabé occu­pe une pla­ce abso­lu­ment pri­vi­lé­giée […] au cen­tre d’un vas­te réseau de voies anti­ques de tous temps consa­crées à la trans­hu­man­ce […].
L’ensemble archéo­lo­gi­que, au cen­tre duquel se trou­ve Occa­bé, com­prend le nom­bre impres­sion­nant de 10 dol­mens, 63 tumu­lus, 107 crom­lechs et 232 fonds de caba­nes […].
Par sa situa­tion excep­tion­nel­le, par le nom­bre inéga­lé de ses monu­ments, par la majes­té de ses lieux, le site d’Occabé peut à jus­te titre être consi­dé­ré com­me une nécro­po­le sacrée, com­me le haut lieu par excel­len­ce de la Pro­to­his­toi­re au Pays Bas­que. »
Jac­ques Blot, Les crom­lechs d’Errozate et d’Okabe (Bas­se Navar­re), Comp­te ren­du de fouilles.

Coupe d'un chromlech d'Occabé, selon Jacques Blot
Dans la forêt d'Iraty
Grange d'Iraty
Iraty
Iraty
Iraty
Iraty
Iraty

« Les crom­lechs se com­po­sent au maxi­mum d’une qua­ran­tai­ne de pier­res (dont cer­tai­nes retou­chées) qui déli­mi­tent un cer­cle par­fait d’environ 7 mètres de dia­mè­tre.

Les dif­fé­ren­tes fouilles ont per­mis de réa­li­ser un essai de recons­ti­tu­tion du rite funé­rai­re orga­ni­sé :

  • L’incinération du ou des défunts était réa­li­sée sur une sole d’argile (exis­tan­te ou réa­li­sée par enlè­ve­ment de la ter­re végé­ta­le) sur laquel­le le bûcher était édi­fié. Après cré­ma­tion du défunt, les cen­dres étaient recueillies et mises de côté ;
  • A quel­que dis­tan­ce de là, débu­taient les tra­vaux concer­nant le crom­le­ch : après avoir tra­cé l’aire de 7 m de dia­mè­tre, déca­pa­ge du sol à l’intérieur du cer­cle avec rejet de la ter­re végé­ta­le à l’extérieur du cer­cle, réa­li­sa­tion d’un fos­sé cir­cu­lai­re ;
  • Sur le sol ain­si pré­pa­ré, apport d’une pre­miè­re épais­seur d’argile, celui ayant subi l’incinération du défunt (argi­le consa­cré en quel­que sor­te ?) ;
  • Au cen­tre, étaient éta­lées les cen­dres du défunt ; y était édi­fié un petit bûcher qui était mis à feu ;
  • Le bûcher, sitôt éteint, était recou­vert par un amas de blocs de grès ;
  • Recou­vre­ment par une 2ème cou­che d’argile ;
  • Com­ble­ment par la ter­re végé­ta­le qui avait été reje­tée à l’extérieur du cer­cle. Dans le même temps, il était pro­cé­dé à la dis­po­si­tion des blocs dans le fos­sé cir­cu­lai­re qui avait été réa­li­sé.

La data­tion au car­bo­ne 14 des cen­dres a don­né la date de -2730 + ou – 100 ans soit entre 760 et 210 av J.-C. pour cer­tains crom­lechs et entre 990 et 650 av J.-C. pour d’autres.

Cet­te com­plexi­té de rite nous révè­le, par sa recher­che du détail, le soin dans l’exécution, une éla­bo­ra­tion très pous­sée des concepts et un sens évi­dent du devoir reli­gieux envers les morts. » Jac­ques Blot, ibid.

Les chalets d'Iraty
Lever de soleil sur Iraty
Lever de soleil sur Iraty
Maison basque
Piments d'Espelette
Tombe traditionnelle basque
Tombe traditionnelle basque

Description de l’itinéraire

Par­king devant le « cha­let Pédro » (990 m).

Sur la D18 vers le sud, pren­dre à droi­te le che­min GR 10 bali­sé rou­ge et blanc, pas­ser à droi­te du som­met d’Occabé (1456 m) pour décou­vrir à l’extrémité d’un grand pla­teau her­beux les « crom­lechs d’Occabé ».

Pour le retour soit pren­dre le même che­min, soit pren­dre à droi­te du som­met d’Occabé le GRT9 jusqu’au col d’Oraaté et pren­dre la peti­te rou­te en face jusqu’à la D18, puis à gau­che sur 2,8 km jusqu’au « cha­let Pédro ».

Activités connexes

De nom­breu­ses ran­don­nées à par­tir des cha­lets d’Iraty

Décou­ver­te du Pays Bas­que en par­tant vers Saint-Jean-pied-de-Port.

Cartographie

Car­te IGN 1346 ET

Bibliographie

  • Geor­ges Veron, Le Gui­de ran­do Pays Bas­que, Ran­do Edi­tions, jan­vier 1999
  • Le Pays Bas­que à pied, Topo-Gui­de Pyré­nées-Atlan­ti­ques, Fédé­ra­tion Fran­çai­se de la Ran­don­née Pédes­tre 2e édi­tion mai 2004
  • Jac­ques Blot, Les crom­lechs d’Errozate et d’Okabe (Bas­se Navar­re), Comp­te ren­du de fouilles, Muni­be Socie­dad de Cien­cias Aran­za­di San Sebas­tian , Ano XXIX Nume­ro 1–2 1977 (20 p.).
  • Jac­ques Blot, Les Cer­cles de pier­res ou « Crom­lechs » en Pays Bas­que de Fran­ce (36 p), Cen­tre de Docu­men­ta­tion Archéo­lo­gi­que d’Arthous (40), Cor­res­pon­dant de la Direc­tion des Anti­qui­tés His­to­ri­ques d’Aquitaine, Vil­la Gue­ro­cotz 64500 Saint-Jean-de-Luz

Accès et données GPS

  • Auto­rou­te A63 (Bor­deaux-San Sébas­tien) sor­tie 5 Bayon­ne Sud / Cam­bo puis sui­vre direc­tion Cam­bo, Saint-Jean-Pied-de-Port, Saint-Jean-le-Vieux, Ira­ty.
  • Auto­rou­te A64 (Tou­lou­se-Bayon­ne), sor­tie 7 Saliès-de-Béarn, puis sui­vre direc­tion Sau­ve­ter­re, Mau­léon, tar­dets, Lar­rau, Ira­ty.
  • Coor­don­nées GPS : Cha­lets d’Iraty : 43°02’10.7’’N — 001°02’05.2’’W
  • Cha­let Pedro : 43°02’11.7’’N — 001°04’30.6’’W

Matériel spécifique, équipement

Chaus­su­res de mar­che.

Art de vivre

Héber­ge­ment : les Cha­lets d’Iraty (tou­te l’année), 16 cha­lets de 2 à 29 per­son­nes. Site : chalets-iraty.com –Tél. : 05 59 28 51 29

Cam­ping (de juin à octo­bre) : s’adresser à l’accueil des Cha­lets d’Iraty (ci-des­sus)

Liens

Gare SNCF Saint-Jean-Pied-de-Port
Site :
ter.sncf.com
Tél. : 05 59 37 02 00

Offi­ce du tou­ris­me : 14 pla­ce Char­les de Gaul­le 64220 Saint-Jean-Pied-De-Port
Site : saintjeanpieddeport-paysbasque-tourisme.com
Tél. : 05 59 37 03 57

Année où cet itinéraire a été parcouru

2014