L’Ancien Régime comme prétexte à l’évasion

L’Ancien Régime comme prétexte à l’évasion

L’Ancien Régime comme prétexte à l’évasion

Imprimer en PDF
7 Cavaliers (Raspail, Terpant)7 Cavaliers (Raspail, Terpant). Acheter en ligne

Un des­sin d’une gran­de matu­ri­té, très tra­vaillé pour illus­trer en 3 tomes l’univers si par­ti­cu­lier du roman de Jean Ras­pail.

S’y jeter sans hési­ter — que l’on soit Pata­gon confir­mé ou en deve­nir !

Le Royaume de Borée (Raspail, Terpant)Le Royaume de Borée (Raspail, Terpant). Acheter en ligne

Jac­ques Ter­pant s’attaque ici à la saga de la famil­le Piken­dorff (3 tomes parus). Com­me pour les 7 Cava­liers, l’auteur nous livre une vision à la fois fidè­le et très per­son­nel­le des écrits de Ras­pail.

Sui­vez sur plu­sieurs siè­cles la soif de décou­ver­te des Euro­péens, mal­heu­reu­se­ment bien sou­vent syno­ny­me de des­truc­tion d’un autre mon­de, de ses secrets et de ses riches­ses. Une illus­tra­tion d’une autre tra­gé­die de l’Occident.

De Cape et de Crocs (Ayroles, Masbou)De Cape et de Crocs (Ayroles, Masbou). Acheter en ligne

Déjà 10 tomes et un dip­ty­que en cours. Une his­toi­re rocam­bo­les­que et un des­sin magni­fi­que qui pren­nent un malin plai­sir à détour­ner Moliè­re, Cyra­no de Ber­ge­rac (l’auteur com­me la piè­ce !), Alexan­dre Dumas…

Coups de théâ­tre sur fond d’alexandrin, duels homé­ri­ques, sui­vez les aven­tu­res d’un gen­til­hom­me gas­con (maî­tre Gou­pil) et d’un fier hidal­go (maî­tre Isen­grin) en quê­te d’honneur, d’amour et de com­bats. Bref, une série incon­tour­na­ble.

Les Passagers du vent (Bourgeon)

Les Passagers du vent (Bourgeon). Acheter en ligne

Fres­que his­to­ri­que en 6 tomes qui a pour cadre la mer au XVIIIe siè­cle, où l’on suit une jeu­ne fille de 18 ans, Isa­beau, en quê­te de liber­té et d’aventures.

Com­me pour Les Com­pa­gnons du cré­pus­cu­le, un des­sin somp­tueux au ser­vi­ce d’une his­toi­re riche et par­ti­cu­liè­re­ment docu­men­tée, quoi­que sans grand recul cri­ti­que sur « l’esprit des Lumiè­res ». Quel­ques scè­nes plus qu’évocatrices, qui inci­tent à ne pas lais­ser cet­te série entre les mains de trop jeu­nes lec­teurs.