« Européens : transmettre ou disparaître » – Succès du 4ème Colloque de l’Institut Iliade

Européens : transmettre ou disparaître

« Européens : transmettre ou disparaître » – Succès du 4ème Colloque de l’Institut Iliade

Imprimer en PDF

1200 personnes à la Maison de la chimie samedi 18 mars 2017 : des poussettes et des cheveux gris, des jeunes femmes et des jeunes hommes, un public attentif, des comptoirs où intellectuels et artistes se côtoyaient, le quatrième colloque de l’Institut ILIADE a été un formidable lieu d’échanges. En phase parfaite avec le thème : « Européens : transmettre ou disparaître ».

D’emblée, Gré­goi­re Gam­bier, por­te-paro­le de l’Institut a don­né le ton : « Je ne vous remer­cie­rai pas de vou­loir res­ter vous-mêmes, car en réa­li­té vous ne fai­tes que votre devoir, celui d’œuvrer à la construc­tion d’un sanc­tuai­re “iden­ti­tai­re” face aux flux de la pro­pa­gan­de et de popu­la­tions “diver­si­tai­res”. » Immé­dia­te­ment sui­vi par Phi­lip­pe Conrad pour qui « nous devons redé­cou­vrir notre his­toi­re pour lut­ter contre sa décons­truc­tion volon­tai­re­ment orches­trée ».

Puis Fran­çois Bous­quet, écri­vain, a évo­qué ceux qu’il nom­me des « péda­go­cra­tes », ces dé-fai­seurs de savoirs mais aus­si le nau­fra­ge de l’Education Natio­na­le, dési­gnant un res­pon­sa­ble cen­tral de ce car­na­ge moral, Bour­dieu, qu’il a qua­li­fié de « Tcher­no­byl intel­lec­tuel ».

Une table ron­de menée par Char­lot­te d’Ornellas a ensui­te réuni Fran­çoi­se Can­de­lier, direc­tri­ce d’école hors contrat du Blanc-Mes­nil (59), Jean-Paul Mon­gin de SOS Edu­ca­tion et Jean-Fran­çois Che­main, pro­fes­seur.

L’analyse, par­ta­gée, de Jean-Fran­çois Che­main est que la bais­se du niveau – que plus per­son­ne ne nie — est volon­tai­re ; le but étant d’empêcher l’individu d’acquérir des capa­ci­tés à rai­son­ner et de le ren­dre plu­tôt escla­ve de ses pul­sions pri­mai­res, ce qui le ren­dra plus tard plus per­méa­ble à la mani­pu­la­tion mentale…et à la consom­ma­tion.

Pour échap­per à cet­te bais­se du niveau sco­lai­re – à cet « Alz­hei­mer ter­ri­ble » — selon Fran­çoi­se Can­de­lier de plus en plus de parents optent pour les éco­les hors contrats qui font en sor­te de conser­ver « le tré­sor du savoir ».

Une liber­té essen­tiel­le pour le repré­sen­tant de SOS Edu­ca­tion, Jean-Paul Mon­gin, selon qui il y a « une vio­len­ce tota­li­tai­re à vou­loir inter­di­re les éco­les hors contrat ».

Sou­ri­re aux lèvres, Char­lot­te d’Ornellas a iro­ni­sé sur le fait que la veille de ce col­lo­que, alors qu’elle visi­tait un col­lè­ge, Najat Val­laud-Bel­ka­cem avait dis­tri­bué des baguet­tes magi­ques aux élè­ves. Mani­fes­te­ment, il ne res­te plus que cet­te option…

Fabien Niez­go­da, chro­ni­queur de la revue Elé­ments, a par­lé de la trans­mis­sion de la tra­di­tion grec­que au Moyen-Age, s’appuyant sur l’ouvrage « Aris­to­te au Mont-St-Michel », livre deve­nu introu­va­ble car non réédi­té par les édi­tions du Seuil, capi­tu­lant en rase cam­pa­gne devant le ter­ro­ris­me intel­lec­tuel.

Après la pau­se déjeu­ner, une vidéo d’Edouard Cha­not, cofon­da­teur de l’Ins­ti­tut Kai­ros et audi­teur de la pro­mo­tion Domi­ni­que Ven­ner de l’Institut Ilia­de  a été pré­sen­té avec pour thè­me le « Kalos Kagha­tos : une huma­ni­té modè­le plu­tôt qu’une huma­ni­té nou­vel­le ».

Puis une deuxiè­me table ron­de, ani­mée par Aloy­sia Bies­sy, a eu pour thé­ma­ti­que la trans­mis­sion des savoirs à tra­vers le scou­tis­me, les contes ou le com­pa­gnon­na­ge.

Pour Anne-Lau­re Blanc, «  le conte n’est pas for­cé­ment moral, c’est une leçon de vie. On fait appel à l’émotion plus qu’à la rai­son ». Mais « le conte a depuis tou­jours struc­tu­ré Les géné­ra­tions : tres­se tem­po­rel­le, enfants, parents, aïeux » 

Hadrien Vico, res­pon­sa­ble d’un mou­ve­ment scout, a sou­li­gné « Les valeurs que trans­met le scou­tis­me : auto­no­mie, indé­pen­dan­ce d’action et d’opinion, cama­ra­de­rie, assi­dui­té ».

Quant au maî­tre arti­san alle­mand, Harald Bosch, il a rap­pe­lé que « la trans­mis­sion n’est pas seule­ment intel­lec­tuel­le » et que « le com­pa­gnon­na­ge c’est accep­ter de trans­met­tre le meilleur pour que le métier per­du­re ».

Le chef d’entreprise Phi­lip­pe Chris­tè­le est ensui­te inter­ve­nu pour par­ler de la trans­mis­sion en entre­pri­se : « l’entreprise réap­prend cer­tai­nes réa­li­tés : ponc­tua­li­té, cour­toi­sie, tra­vail com­mu­nau­tai­re, com­plé­men­ta­ri­té ».

Mathil­de Gibe­lin et Anne Trew­by, du mou­ve­ment des Anti­go­nes, ont ensui­te par­lé de la fem­me, de son corps, de ses cycles, du foyer, cen­tre fami­lial de la trans­mis­sion quand il n’est pas acca­pa­ré par le sup­port de pro­pa­gan­de et d’abrutissement qu’est la télé­vi­sion. « Michéa nous l’expliquait, le sys­tè­me édu­ca­tif ensei­gne l’ignorance pour que nous res­tions consom­ma­teurs ».

L’intervention de l’écrivain irlan­do-bruxel­lois, Chris­to­pher Gérard, avait pour thè­me « Pai­deia, la trans­mis­sion com­me acte révo­lu­tion­nai­re », la pai­deia signi­fiant « l’éducation » en grec ancien. « On veut nous pri­ver de l’héritage grec au nom de l’amnésie pro­gram­mée de notre socié­té », or « l’héritage est un lien qui rend libre », a t-il décla­ré, enjoi­gnant le public à par­ti­ci­per acti­ve­ment à la recons­truc­tion de notre civi­li­sa­tion.

Puis Jean-Fran­çois Gau­tier a offert un cours de musi­co­lo­gie grâ­ce auquel nous avons notam­ment appris que Louis XIV était si féru de musi­que et de dan­se qu’il a accor­dé à ces deux dis­ci­pli­nes « une pla­ce majeu­re » qu’il avait à cœur de trans­met­tre à ses deux filles nées de son union avec la Mon­tes­pan. Il a racon­té com­ment notre patri­moi­ne musi­cal a été remi­sé aux oubliet­tes alors que « l’art sacré fut une pépi­niè­re de talents », com­ment 1789 avait aus­si rati­boi­sé ce tré­sor-là, com­ment des par­ti­tions de chants régio­naux patiem­ment col­lec­tées sous Napo­léon III ont fini leur vie empous­sié­rés depuis des lus­tres aux Archi­ves Natio­na­les dans un oubli reten­tis­sant.

« Nous devons évi­ter le grand rem­pla­ce­ment démo­gra­phi­que mais aus­si musi­cal, musi­que euro­péen­ne, musi­que poly­pho­ni­que », a-t-il rap­pe­lé inter­ro­geant : « face à ce pas­sé musi­cal illus­tre, com­ment se fait-il que la Fran­ce soit deve­nue une igna­re ? »

Un jeu­ne par­ti­ci­pant aux for­ma­tions de l’Iliade, Thi­baut Cas­sel, a pris sa sui­te pour décla­mer un poè­me d’Alfred de Vigny « La Mort du loup », une pres­ta­tion magis­tra­le qui lui a valu des applau­dis­se­ments nour­ris.

Le nor­ma­lien Lio­nel Ron­douin, a par­lé de ces enfants éle­vés dans des foyers où il y a des livres et de ces autres éle­vés dans des foyers sans livres, avant d’évoquer la mémoi­re d’Ernest Lavis­se, cet amou­reux de la Fran­ce char­nel­le, qui disait que « l’Histoire ne s’apprend pas par cœur, elle s’apprend par le cœur ».

Sur le modè­le du manuel Lavis­se Lio­nel Ron­douin a pro­po­sé de rédi­ger « Un récit civi­li­sa­tion­nel des Euro­péens ». Rap­pe­lant que les gran­des avan­cées de l’humanité qui ont véri­ta­ble­ment chan­gé la vie des hom­mes sont nées en Euro­pe : les gran­des décou­ver­tes, les vais­seaux d’exploration scien­ti­fi­que, le per­fec­tion­ne­ment des hor­lo­ges, la méca­ni­que, la phy­si­que, la chi­mie moder­ne, la révo­lu­tion indus­triel­le, la machi­ne à vapeur, les pro­grès de la méde­ci­ne, l’abolition de l’esclavage… (inté­gra­li­té de son inter­ven­tion : http://institut-iliade.com/colloqueilaide-le-recit-civilisationnel-de-leurope/)

Le court métra­ge de l’ILIADE « Euro­péen, le soleil revient » a ensui­te été pré­sen­té.

Enfin, Jean-Yves Le Gal­lou a conclu cet­te jour­née en dénon­çant la socié­té du « der­nier hom­me » vivant dans le rica­ne­ment et la déri­sion, abreu­vé de para­dis arti­fi­ciels et de télé­vi­sion. Avant de conclu­re « le temps du der­nier hom­me pas­se­ra, le temps de l’homme euro­péens revien­dra ». Un hom­me qui doit retrou­ver sa mémoi­re iden­ti­tai­re. Et selon la tria­de homé­ri­que, défi­nie ain­si par Domi­ni­que Ven­ner,  se don­ner « la natu­re com­me socle, la beau­té com­me hori­zon, l’excellence com­me but ».

Jean-Yves Le Gal­lou