« Les leçons du samouraï »

« Les leçons du samouraï »

« Les leçons du samouraï »

Imprimer en PDF

Intervention de Javier Portella, essayiste, directeur de la revue en ligne El Manifiesto (Espagne) au Colloque Dominique Venner, Paris, Maison de la Chimie, 17 mai 2014.

Chers amis, chers cama­rades,

Per­met­tez-moi de vous posez tout d’abord une ques­tion un peu… abrupte. Ne vous arrive-t-il pas que le désar­roi vous frappe par­fois ? Moi, si. Ça m’arrive. À force de tou­jours nager à contre­cou­rant, à force de tou­jours aller à l’encontre de l’air du temps, le décou­ra­ge­ment finit par­fois par faire acte de pré­sence. C’est alors que la prin­ci­pale leçon four­nie par Domi­nique Ven­ner nous vient à la res­cousse. C’est alors que s’allume cette lueur d’espoir qui se déploie para­doxa­le­ment au sein de la cri­tique la plus impi­toyable contre la dégé­né­res­cence de notre temps.

Colloque Dominique Venner, Paris, Maison de la Chimie, 17 mai 2014 En quoi consiste cette dégé­né­res­cence ? Elle consiste dans l’effondrement des trois piliers qui ont fait la force et la gran­deur de notre civi­li­sa­tion. « La nature comme socle, l’excellence comme objec­tif, la beau­té comme hori­zon », nous rap­pelle Domi­nique. Il suf­fit d’évoquer ces trois grands piliers pour savoir que ni la nature, ni la beau­té, ni l’excellence ne sou­tiennent plus notre mai­son, ne consti­tuent plus la clé de voûte de notre monde. On dirait qu’ils se sont tout sim­ple­ment effon­drés.

Non, répond Domi­nique Ven­ner. Les grands piliers du monde semblent certes effon­drés, mais ils ne sont qu’« endor­mis ». Tout comme à l’occasion d’autres moments sombres de notre his­toire, nos prin­cipes fon­da­teurs sont tom­bés en état de dor­mi­tion. Ce qui revient à dire : ils peuvent se réveiller un jour.

Pour­quoi le peuvent-ils ? Parce que ce qui est frap­pé de léthar­gie, ce sont les arché­types, les racines mêmes de notre civi­li­sa­tion, c’est-à-dire de notre tra­di­tion. Et la tra­di­tion, « telle que je l’entends, sou­ligne Domi­nique Ven­ner, n’est pas le pas­sé, mais au contraire ce qui ne passe pas et qui revient tou­jours sous des formes dif­fé­rentes. Elle désigne l’essence d’une civi­li­sa­tion sur la très longue durée. » C’est pour­quoi nos racines sont « pra­ti­que­ment indes­truc­tibles tant que n’a pas dis­pa­ru (comme les Mayas, les Aztèques ou les Incas dis­pa­rurent un jour) le peuple qui en était la matrice ».

Sauf si une telle héca­tombe venait à se pro­duire, la pos­si­bi­li­té reste donc ouverte pour que nos prin­cipes, aujourd’hui éteints, se ral­lument – sous des moda­li­tés bien sûr dif­fé­rentes – un jour.

Mais de quoi dépend un tel jour ?

Et bien, en un sens, il ne dépend de rien. Il ne dépend de rien parce que l’imprévisible, l’indéterminé, se trouve ins­crit – explique Domi­nique Ven­ner, en four­nis­sant mille exemples concrets – dans le cœur même de l’histoire.

L’imprévisible, ce qui sur­git sans cause ni rai­son, ce que rien ne déter­mine, voi­là qui reçut jadis un nom : le des­tin, le sort. Cette force dérou­tante, mys­té­rieuse, à laquelle les dieux eux-mêmes sont sou­mis – le sort –, nous sera-t-il un jour favo­rable ? Nous n’en savons rien. Cela n’est pas entre nos mains. Et pour­tant, cela aus­si est, en un sens, entre nos mains. Contrai­re­ment à ce que la moder­ni­té croit, la volon­té des hommes, certes, n’est pas toute-puis­sante. Mais le des­tin non plus. Il a besoin de notre aide. Nous dépen­dons de lui, mais le des­tin aus­si dépend de nous. Sans notre enga­ge­ment déci­dé, sans notre lutte vaillante, jamais le sort ne pour­rait nous être favo­rable.

Inter­ro­geons-nous donc sur notre lutte. Sommes-nous en train de faire suf­fi­sam­ment bien les choses ? Sommes-nous à la hau­teur du grand défi qui nous a échu, pla­cés que nous sommes à la grande croi­sée de che­mins entre deux époques « dont l’importance, affir­mait Ernst Jün­ger, cor­res­pond à peu près au pas­sage de l’âge de pierre à l’âge des métaux » ?

Quels temps étranges, les nôtres ! Le besoin de leur chan­ge­ment se fait sen­tir de plus en plus fort. Le malaise gran­dit : ce malaise qui tra­verse nos exis­tences plates, mornes, pri­vées de tout souffle supé­rieur, vouées à seule­ment tra­vailler… et cre­ver. Mais si une telle détresse est bien là, elle est sourde, muette, insai­sis­sable. Son désar­roi ne se mani­feste, ne se concré­tise en rien.

Soyons lucides : aucune véri­table alter­na­tive ne se lève aujourd­hui même à notre hori­zon. Un seul cou­rant connaît, c’est vrai, une cer­taine vigueur : le mou­ve­ment iden­ti­taire. Mais sa dénon­cia­tion du grand Rem­pla­ce­ment entre­pris par nos oli­gar­chies reste un refus, un rejet, une dénon­cia­tion seule­ment néga­tive. Si l’immigration de peu­ple­ment venait à dis­pa­raître un jour, ce jour-là le mou­ve­ment iden­ti­taire dis­pa­raî­trait du même coup. Aucun véri­table Pro­jet his­to­rique, aucun OUI ne pointe en-des­sous du NON iden­ti­taire. (Et on pour­rait dire la même chose, toutes dif­fé­rences faites, à pro­pos du NON éco­lo­gique.)

Pour­quoi aucun OUI ne s’élève en-des­sous du grand désar­çon­ne­ment contem­po­rain ?

Ce ne sont pour­tant ni les idées ni les ana­lyses qui manquent. Elles sont là, et leur qua­li­té est remar­quable. Elles sont là depuis plus de 40 ans : depuis que Domi­nique Ven­ner, jus­te­ment, fut l’un des pre­miers à com­prendre, avec d’autres, qu’il fal­lait pas­ser de l’action directe dans la rue à l’action médiate dans les esprits.

Le pro­blème, voyez-vous, est qu’on n’agit pas sur les esprits à l’aide essen­tiel­le­ment d’idées et de théo­ries… ces trucs « à intel­lec­tuels ». On n’agit pas non plus sur les esprits au moyen de dénon­cia­tions dépour­vues d’une alter­na­tive visible, ima­gi­nable. On agit sur les esprits à l’aide sur­tout d’images : d’images posi­tives, pleines de conte­nu, rayon­nantes d’espoir ; des images qui parlent au cœur et frappent l’imagination ; des images qui façonnent tout un Pro­jet his­to­rique – encou­ra­geant, pas­sion­nant.

Avons-nous quelque chose de tel ? Avons-nous une véri­table image, un véri­table Pro­jet du monde dont nous rêvons ?

Disons-le autre­ment. Avons-nous une réponse aux deux grandes ques­tions sans répondre aux­quelles rien ne pour­ra jamais chan­ger ?

Pre­mière ques­tion. Il s’agit d’en finir avec le capi­ta­lisme. C’est enten­du. Mais qu’est-ce que cela implique ? Qu’est-ce que cela signi­fie ? Contrai­re­ment à ce que cela signi­fie pour la folie com­mu­niste, finir avec le capi­ta­lisme ne veut nul­le­ment dire liqui­der la pro­prié­té ni abo­lir l’inégalité. Finir avec le capi­ta­lisme veut dire, d’une part, réduire les injus­tices, limi­ter les inéga­li­tés. Cela veut dire, d’autre part, faire en sorte que le mar­ché, l’argent et le tra­vail ne soient plus la clé de voûte sup­po­sée char­pen­ter el monde.

Bien. Mais com­ment y par­ve­nir ? Y par­vient-on en convain­quant les gens de se don­ner d’autres hori­zons et de lâcher spon­ta­né­ment ce qui paraît être leur pen­chant natu­rel pour la maté­ria­li­té de la vie ? Y par­vient-on en fai­sant que la « socié­té civile » – comme on appelle cette néga­tion mani­feste du poli­tique – quitte d’elle-même, toute seule, les che­mins qui nous ont menés au bord de l’abîme ? Ou par contre, y par­vient-on à tra­vers une lutte achar­née, en ouvrant des voies et en dres­sant des digues – en créant des ins­ti­tu­tions : publiques, poli­tiques… mais les­quelles ? – qui mènent nos pas par des che­mins tout à fait dif­fé­rents ?

Deuxième ques­tion. Ou, plu­tôt, deuxième ava­lanche de ques­tions.

« Rien n’est vrai, tout est per­mis », disait Nietzsche. Rien ne nous offre la garan­tie… Oh, elle était bien fausse, mais tel­le­ment fonc­tion­nelle, la garan­tie qui, dans le monde la reli­gion révé­lée, nous assu­rait du Vrai et du Bien. C’est elle qui a dis­pa­ru. Le fon­de­ment pré­ten­du­ment sans faille, inen­ta­mé, du Vrai et du Bien, voi­là qui s’est effon­dré, voi­là qui ne revien­dra plus. Ce n’est pas d’un état de dor­mi­tion qu’il s’agit ici. Nous voi­là donc voués à l’incertain, à l’imprévu : au des­tin, en somme. C’est là notre gran­deur : celle des hommes libres. Mais c’est là aus­si notre mal­heur : celui des hommes inca­pables d’assumer une telle liber­té.

Car… si aucune Véri­té avec majus­cule ne sou­tient plus le monde, tout est-il donc per­mis ? Non. Il ne l’est ni ne peut l’être – sinon tout s’écroulerait…

Tout s’écroule, en effet. Car il semble bien comme si tout était per­mis. Tout se vaut… tout se vautre, tout patauge dans l’indistinction géné­ra­li­sée, là où le laid (il suf­fit d’entrer dans n’importe quelle gale­rie d’« art » contem­po­rain) semble ne plus s’opposer au beau ; là où le vul­gaire semble ne plus se dis­tin­guer de l’excellent, tout comme le faux du véri­table. Là où même l’idéologie du genre pré­tend qu’être homme, ce serait la même chose que d’être femme.

Tout devient indif­fé­rent dans la mesure même où tout devient dis­cu­table, contes­table. Dans la mesure même, en un mot, où tout ne relève que de l’opinion. De cette opi­nion que la liber­té dite jus­te­ment d’opinion per­met – en droit – d’exprimer sans entraves ni limites.

Fau­drait-il donc intro­duire des entraves en vue d’empêcher une telle dégé­né­res­cence ?

On connaît la réponse – affir­ma­tive – que les fas­cismes ont don­née à une telle ques­tion. Mais si on rejette cette réponse, si on refuse un remède qui finit par deve­nir pire que la mala­die, com­ment fait-on pour ne plus patau­ger dans la mare du nihi­lisme où tout se vaut et rien n’importe ?

Aucune socié­té ne peut exis­ter sans être assise sur un noyau incon­tour­nable de véri­té. Com­ment conci­lier un tel noyau avec l’exigence tout aus­si incon­tour­nable de liber­té ? Com­ment évi­ter aus­si bien les vacui­tés démo­cra­tiques que les dérives tota­li­taires ? Com­ment ima­gi­ner la vie poli­tique, le contrôle du pou­voir, la réa­li­sa­tion d’une démo­cra­tie qui ne soit ni un ali­bi des oli­gar­chies, ni un machin vide et déma­go­gique ? Com­ment ima­gi­ner, par exemple, le fonc­tion­ne­ment – ou la dis­pa­ri­tion…, mais alors, rem­pla­cés par quoi ? – de ces monstres que sont deve­nus les par­tis poli­tiques ?

De telles ques­tions, Domi­nique Ven­ner ne les a pas posées expli­ci­te­ment. Mais toute sa pen­sée nous y conduit. Nous inter­ro­ger dans leur sillage, c’est le meilleur, le plus fervent hom­mage que l’on puisse rendre à celui qui s’est immo­lé, tout compte fait, pour que la véri­té res­plen­disse.

Javier Por­tel­la