Dames et sources du Vexin français

Dames et sources du Vexin français

Dames et sources du Vexin français

Mer­cu­rio fecit votum sovit, S’est acquit­té d’un vœu fait à Mer­cu­re
Ex-voto trou­vé sur le site des Vaux de la Cel­le

« Ninon, phi­lo­so­phe fôla­tre et catin hon­nê­te hom­me,
Qui savou­ra la vie en se moquant de Rome »
Com­te de Sou­va­roff

Dames et sources du Vexin français

Télé­char­gez la fiche en PDF

Pays : France
Région : Ile-de-France, Vexin français
Thématique générale du parcours : Le site gallo-romain des Vaux de la Celle, près de Genainville, regroupait un double temple dédié à Rosmerta, déesse de la fécondité, et à Mercure. Pour l’instant, le site est préservé : pas de balisage, pas d’infrastructures d’accueil, une clôture solide, un calendrier de visites restreint. Quant au domaine de Villarceaux, avec ses deux châteaux et ses miroirs d’eau, il a notamment abrité, sous le règne de Louis XIV, l’une des idylles de Ninon de Lenclos, courtisane épicurienne et libertine, tant de mœurs que d’esprit.
Mode de déplacement : A pied. A bicyclette, il est possible de rallier rapidement les villages, les sites et les musées proches.
Durée du parcours : Une journée pour l’itinéraire décrit. En deux ou trois jours, il est possible de randonner aux environs et de visiter les sites et musées cités ci-dessous.
Difficulté du parcours : Accessible en famille, très peu de dénivelés. Environ 15 km, plus la promenade dans Villarceaux.
Période possible : Toutes saisons. En période de chasse, certains tronçons peuvent être ponctuellement inaccessibles. Vérifiez les jours et horaires d’ouverture des sites, parcs et musées.

Présentation géographique

Le Vexin fran­çais est un pla­teau cal­cai­re, de 100 à 150 m d’altitude, en bor­du­re ouest du bas­sin pari­sien. Il est entaillé de nom­breu­ses riviè­res, affluents de la Sei­ne, de l’Oise et de l’Epte, et domi­né par des but­tes boi­sées. Le Parc natu­rel régio­nal du Vexin fran­çais, créé en 1995, a per­mis de conser­ver des vil­la­ges tran­quilles (Chaus­sy, Vil­lers en Arthies, Omer­vil­le…). Des exploi­ta­tions agri­co­les pros­pè­res se vouent à la gran­de cultu­re (blé, bet­te­ra­ves, maïs…).

Orfèvrerie celtique
Villarceaux, le pavillon de Ninon
Ninon de l'Enclos
Paysage du Vexin français
Genainville - Les Vaux de la Celle - emplacement du théâtre antique
Genainville - Les Vaux de la Celle - la voie sacrée menant au temple

Cadre historique et culturel

Le Vexin doit son nom aux Vélio­cas­ses, peu­ple gau­lois ins­tal­lé aux alen­tours du IIIe siè­cle avant notre ère. La roma­ni­sa­tion, aux Ier et IIe siè­cles, modi­fie le sty­le de vie des habi­tants : coha­bi­ta­tion des cultes gau­lois et romains com­me à Genain­vil­le, grands domai­nes agri­co­les, amé­lio­ra­tion du réseau rou­tier (paral­lè­le à l’actuelle D14, la « chaus­sée Jules César » reliait Lutè­ce à Rouen).

Le musée de Gui­ry-en-Vexin pré­sen­te les prin­ci­paux sites pré­his­to­ri­ques, gau­lois, gal­lo-romains, puis méro­vin­giens ain­si que les objets décou­verts lors des fouilles.

Le pre­mier fief de Vil­lar­ceaux appa­raît entre le XIe et le XIIe siè­cle. Un prieu­ré béné­dic­tin fémi­nin est fon­dé auprès du pre­mier châ­te­let. Celui-ci s’agrandit en un châ­teau fort, à la fron­tiè­re entre le royau­me de Fran­ce et le duché de Nor­man­die. La Renais­san­ce voit cet­te rési­den­ce de plai­sir se doter de jar­dins et des plans d’eau. La bel­le Ninon de Len­clos (1620–1705), fem­me de let­tres et cour­ti­sa­ne, vient s’y repo­ser dans les bras de Louis de Mor­nay, mar­quis de Vil­lar­ceaux et grand lou­ve­tier du roi. Au XVIIIe siè­cle, Jean-Bap­tis­te du Tillet fait bâtir le châ­teau « du haut », somp­tueu­se­ment déco­ré.

Genainville - Les Vaux de la Celle - un des bassins sacrés
Villarceaux, les communs du manoir
Villarceaux - le château du haut - XVIIIe
Les vaches de Salers de la Bergerie
Villarceaux - le manoir et le parterre sur l'eau
La ferme fortifiée de Méré

Description de l’itinéraire

L’itinéraire reprend en gran­de par­tie les sen­tiers PR (jau­nes) et le GR 11 (rou­ge et blanc). Atten­tion : la mul­ti­pli­ci­té des cir­cuits et des bali­sa­ges peut indui­re en erreur. Car­te IGN et bous­so­le néces­sai­res.

Sta­tion­nez dans le vil­la­ge de Genain­vil­le. De l’église, remon­tez la rue vers le nord-est ; pre­nez la pre­miè­re rue à droi­te (GR 11). Sui­vez le bali­sa­ge GR jusqu’au site archéo­lo­gi­que du Bois des Vaux de la Cel­le.

Les jours où le site n’est pas ouvert à la visi­te, vous en ver­rez les prin­ci­paux élé­ments en lon­geant la clô­tu­re : on dis­tin­gue le demi-cer­cle du théâ­tre, le dou­ble tem­ple et les bas­sins. Les autres élé­ments fouillés ont été recou­verts pour évi­ter les pilla­ges. L’occupation du val­lon, habi­té depuis le Paléo­li­thi­que moyen, est liée à la pré­sen­ce de l’eau. Des sépul­tu­res cel­tes du Ve siè­cle avant notre ère ont été retrou­vées à l’emplacement de la voie dal­lée. Un pre­mier tem­ple est construit à la fin du Ier siè­cle. Le sanc­tuai­re gal­lo-romain dont les rui­nes sont visi­bles date de la secon­de moi­tié du IIe siè­cle (vers 160). Il est com­po­sé d’un tem­ple car­ré de 28 mètres de côté, à 2 cel­lae ou sal­les, d’un théâ­tre et vrai­sem­bla­ble­ment de ther­mes, d’une agglo­mé­ra­tion révé­lée par les fouilles de 1993. La pré­sen­ce d’un nym­phée (3 bas­sins) mon­tre la voca­tion des lieux : c’était un sanc­tuai­re de sour­ces, sans dou­te à voca­tion cura­ti­ve, déjà hono­ré par les Gau­lois com­me l’attestent les fon­da­tions d’un fanum (tem­ple gau­lois) dans l’une des deux cel­lae.

Les sta­tues et objets retrou­vés sont expo­sés au musée archéo­lo­gi­que dépar­te­men­tal de Gui­ry en Vexin.

Reve­nez sur vos pas vers Genain­vil­le et lon­gez le rû de Genain­vil­le. Sui­vez les bali­ses GR+PR pour mon­ter sur le pla­teau, puis le PR sur votre gau­che. Il mène à la Ber­ge­rie, exploi­ta­tion agri­co­le label­li­sée bio. Vous ver­rez sans dou­te au pré leurs vaches de Salers et leurs mou­tons, dont des Suf­folk. Une fois à la Ber­ge­rie, sui­vez le PR qui des­cend dans le val­lon de Vil­lar­ceaux. Il rejoint une rou­te entre deux murs.

Une gran­de allée, sur votre droi­te, entre dans le domai­ne de Vil­lar­ceaux (entrée et sta­tion­ne­ment inter­dits aux voi­tu­res). Un plan et un his­to­ri­que du domai­ne sont dis­po­ni­bles à l’accueil des visi­teurs. Deux sour­ces (au moins) sont cachées dans le domai­ne : une dans la tour Saint Nico­las, une autre dans la bou­lan­ge­rie. L’eau est par­tout pré­sen­te : grand étang, par­ter­re sur l’eau, bas­sin des Huit jets… Le châ­teau « du haut » se visi­te. La visi­te ter­mi­née, res­sor­tez par le même che­min.

Le PR suit la rou­te qui tra­ver­se le golf. Quit­tez le PR quand il obli­que à droi­te, pour conti­nuer tout droit ; pre­nez ensui­te la rou­te qui part à droi­te pour aller admi­rer la fer­me for­ti­fiée de Méré et son don­jon, daté du XIVe siè­cle.

Reve­nez sur vos pas (300 m env.) et sui­vez le PR vers l’est, en direc­tion de Hau­te Sou­ris (lavoir). Dans le hameau, pre­nez à gau­che, et sui­vez le bali­sa­ge. Après avoir tra­ver­sé le golf, le bois de la Moi­ne­rie, quel­ques prés et le bois de Mor­lu, vous retrou­ve­rez votre véhi­cu­le à Genain­vil­le.

Une rencontre toujours enchanteresse
Mercure enfant et une tortue - statue trouvée à Genainville - Musée de Guiry-en-Vexin
Tête en tôle de bronze repoussée trouvée sur le site de Genainville - Musée de Guiry-en-Vexin
Villarceaux, le Vertugadin et le grand étang
Verrerie gallo-romaine trouvée à Epiais-Rhus - Musée de Guiry-en-Vexin
Les Vaux de la Celle - Groupe sculpté découvert dans un des bassins proches du temple - Musée de Guiry-en-Vexin

Activités connexes

Visite du site des Vaux de la Celle

Les visi­tes du site sont assu­rées par l’Association de pro­mo­tion du site (Apsa­ge) et l’Association étu­dian­te val­doi­sien­ne d’archéologie (AEVA).

Apsa­ge : apsage.fr
Calen­drier des visi­tes : apsage.fr/index.php/le-site/calendrier-des-visites
Tous les ans, fin juin, « Esti­val de Genain­vil­le » (jeux romains, concerts…)

Hors circuit, à rejoindre en voiture ou à bicyclette

Le vil­la­ge d’Omerville et son manoir.

Musée archéo­lo­gi­que dépar­te­men­tal de Gui­ry en Vexin : valdoise.fr

Musée de l’outil de Wy-dit-Joli-Vil­la­ge : pnr-vexin-francais.fr

Cartographie

Car­te IGN 2113 ET

Bibliographie

  • Le Parc natu­rel régio­nal du Vexin fran­çais… à pied, topo­gui­de, Fédé­ra­tion fran­çai­se de ran­don­née, 2014, 14,50 €
  • Isa­bel­le Lan­dry, Genain­vil­le, la ren­con­tre des hom­mes, des arts et des dieux, Edi­tions du Val­her­meil, 2008. A trou­ver d’occasion.
  • Une pré­sen­ta­tion du site des Vaux de la Cel­le à Genain­vil­le (PDF) : hpvexin.free.fr
  • Roger Duchê­ne, Ninon de Len­clos, ou la maniè­re jolie de fai­re l’amour, Fayard, 2000, 228 p., 20 €
  • Michel Ver­gé-Fran­ces­chi, Ninon de Len­clos, Liber­ti­ne du Grand Siè­cle, Paris, Payot, 2014, 432 p., 24,90 €

Accès

De Paris par Man­tes ou par Cer­gy-Pon­toi­se. De mai à sep­tem­bre, la ligne B du Bala­do­bus sillon­ne le parc du Vexin, avec un arrêt à Chaus­sy-Vil­lar­ceaux, à par­tir de la gare RER de Pon­toi­se.

Matériel spécifique, équipement

Chaus­su­res adap­tées à la sai­son et à la plu­vio­si­té, cas­se-croû­te pour la jour­née. Atten­tion : ni bou­lan­ge­rie, ni épi­ce­rie, sauf à Magny en Vexin ou à Com­me­ny.

Art de vivre

Les Pari­siens goû­te­ront au char­me des petits vil­la­ges tran­quilles. Garez votre véhi­cu­le dans un vil­la­ge, c’est plus sûr qu’en plei­ne cam­pa­gne.

Liens

L’Association étu­dian­te val­doi­sien­ne d’archéologie (asso-aeva.com) orga­ni­se des fouilles au mois d’août.

Domai­ne de Vil­lar­ceaux : villarceaux.iledefrance.fr

Atten­tion aux jours et heu­res d’ouverture, ain­si qu’à la pro­gram­ma­tion cultu­rel­le. Visi­tes gui­dées du domai­ne les same­dis et diman­ches.

La Ber­ge­rie de Vil­lar­ceaux (gîtes, res­tau­rant, éle­va­ge bio­lo­gi­que) : bergerie-villarceaux.org

Année où cet itinéraire a été parcouru

Prin­temps-été 2015