Lettre O

O

Obligations

Un homme qui serait seul dans l’univers n’aurait aucun droit, mais seule­ment des obli­ga­tions.”

Simone Weil, L’Enracinement, 1943, éd. Gal­li­mard 1949

Tags : Simone Weil, enracinement, gallimard, obligations, home, seul, univers, droit, devoir
Océan

J’ai choi­si l’océan comme ter­rain de confron­ta­tion, comme ter­rain de bataille, car l’océan, c’est la réa­li­té dans ce qu’elle a de plus dur, de plus exi­geant. Pour lut­ter contre son pou­voir ter­ri­fiant, les valeurs humaines telles que l’intelligence, l’expérience et une inflexible volon­té de vaincre sont mes armes.”

Gérard d’Aboville, cité in Car­nets d’aventures, pré­sen­tés par Syl­vain Tes­son La Guilde euro­péenne du raid / Presses de la Renais­sance, 2007

Tags : Sylvain Tesson, Carnets d’aventures, Guilde européenne du raid, Presses de la Renaissance, Gérard d’Aboville, océan, choisir, mer, confrontation, terrain de bataille, armes, réalité, dureté, lutter, valeurs humaines, intelligence, expérience, inflexible volonté de vaincre
Oeuvre de vie

Faire une œuvre de vie de ce qui était lettre morte, com­prendre ce que l’on est, décou­vrir com­ment vivre et agir selon notre tra­di­tion, voi­là notre tâche. Ce n’est pas seule­ment un préa­lable à l’action. La pen­sée est l’action.”

Domi­nique Ven­ner, His­toire et tra­di­tion des Euro­péens, édi­tions Du Rocher, 2002

Tags : Venner, histoire, tradition, européens, œuvre de vie, pensée, action, découvrir, vivre, agir, tâche
Olympe

Un mer­veilleux som­met, une crête étroite faite de frag­ments de grands volumes en série. Autour de nous, des falaises effrayantes per­dues dans le dense brouillard qui nous enve­loppe… Mais nous sommes enfin arri­vés… Arri­vés, pre­miers depuis que les dieux sont par­tis.”

Fré­dé­ric Bois­son­nas, pho­to­graphe et pre­mier alpi­niste sur le som­met de l’Olympe, en com­pa­gnie de l’écrivain suisse Daniel Baud-Bovy et du ber­ger grec Chris­tos Kaka­los. Pre­mière ascen­sion réa­li­sée en 1913.

Tags : Olympe, ascension, Frédéric Boissonnas, Daniel Baud-Bovy, Christos Kakalos
Opinion publique

L’opinion publique est une puis­sance invi­sible, mys­té­rieuse, à laquelle rien ne résiste : rien n’est plus mobile, plus vague et plus fort ; et, toute capri­cieuse qu’elle est, elle est cepen­dant, vraie, rai­son­nable, juste, beau­coup plus sou­vent qu’on ne pense.”

Napo­léon Bona­parte, Viri­li­tés, maximes et pen­sées com­pi­lées par Jules Ber­taut, édi­tions San­sot et Cie, 1912

Tags : Napoléon, virilités, opinion publique, peuple, sagesse populaire
Optimisme historique

Celui qui dira que nous sommes condam­nés et que c’est pour­quoi nous devons com­battre jusqu’au bout (comme disent les Russes, tan qu’à mou­rir, il faut le faire en musique), celui-là ne sera pas un pes­si­miste. Ce sera un opti­miste his­to­rique. L’optimisme his­to­rique signi­fie qu’on sait la véri­té, si cruelle qu’elle soit, et qu’on est déter­mi­né à se battre, quoi qu’il en coûte. L’optimisme his­to­rique ne compte sur rien ni per­sonne, sauf sur soi-même et sur la bagarre.”

Alexandre Zino­viev, Nous et l’Occident, L’Age d’Homme, 1981

Tags : Alexandre Zinoviev, Nous et l’Occident, optimisme historique, combattre, mort, Russes, Russie, optimisme, pessimisme, vérité, combat, bagarre
Opportunité

Un simple lieu­te­nant, entre le bol­che­visme de Bela Kun et l’impérialisme rou­main, des­si­nait et fai­sait res­pec­ter une zone de sécu­ri­té. Un colo­nel s’interposait entre Tchèques et Hon­grois et la ligne d’armistice qu’il déter­mi­nait allait deve­nir fron­tière.”

Ber­trand de Jou­ve­nel, La décom­po­si­tion de l’Europe libé­rale, 1924–1932

Tags : Bertrand de Jouvenel, La décomposition de l’Europe libérale, opportunité, Bela Kun, bolchevisme, frontière, sécurité
Ordre

Mais que faire, si les faibles mécon­naissent la loi, et dans leur aveu­gle­ment tirent les ver­rous qui n’étaient pous­sés que pour les pro­té­ger ? […] L’ordre humain res­semble au Cos­mos en ceci, que de temps en temps, pour renaître à neuf, il lui faut plon­ger dans la flamme.”

Ernst Jün­ger, Sur les falaises de marbre (Auf den Mar­mork­lip­pen), 1939

Tags : Jünger, Sur les falaises de marbre, Auf den Marmorklippen, ordre, flamme, faibles, loi, verrous, renaître, cosmos
Ordre militaire

Aus­si loin que l’on regarde dans l’histoire des cités, des royaumes et des nations d’Europe, l’esprit mili­taire, dans sa struc­ture mas­cu­line, en a été le cœur vivant étroi­te­ment asso­cié à la sou­ve­rai­ne­té. La plu­part de ceux qui se sont révol­tés, toutes caté­go­ries sociales confon­dues, hommes et femmes, oui, femmes aus­si, avaient en com­mun, sou­vent par tra­di­tion fami­liale, un atta­che­ment qua­si litur­gique au conte­nu de l’ordre mili­taire. Non pour l’armée de leur temps qui, à bien des égards, était peu défen­dable, mais pour ce que l’esprit et la for­ma­tion authen­ti­que­ment mili­taire apportent d’unique et d’irremplaçable au sein de la socié­té civile : aus­té­ri­té, abné­ga­tion, maî­trise des sen­ti­ments, sou­mis­sion au devoir. Dis­po­si­tions viriles, fon­ciè­re­ment anti-uti­li­taires et anti­bour­geoises, même quand elles sont hono­rées, ce qui est fré­quent, par des familles appar­te­nant socia­le­ment à la bour­geoi­sie. Elles étaient tout ce qui sub­sis­tait de l’ancienne arma­ture humaine qui, depuis plus de trois mille ans, avait fait de l’Europe ce qu’elle avait été.”

Domi­nique Ven­ner, Le cœur rebelle, Les Belles Lettres, 1994, réédi­tion Pierre-Guillaume de Roux, 2014

Tags : Dominique Venner, Le cœur rebelle, Les Belles Lettres, Pierre-Guillaume de Roux, ordre militaire, histoire, souveraineté, Europe, armée, tradition, tradition familiale
Ordre traditionnel

On sait que la volon­té d’ordre et de « forme » consti­tue la base de toute civi­li­sa­tion tra­di­tion­nelle ; que la loi tra­di­tion­nelle ne pousse pas vers l’inqualifié, l’égal, l’indéfini, vers ce qui ren­drait les dif­fé­rentes par­ties du tout sem­blables, sous l’effet de l’homogénéisation ou de l’atomisation, mais veut que ces par­ties soient elles-mêmes, expriment de plus en plus par­fai­te­ment leur nature propre.”

Julius Evo­la, Révolte contre le monde moderne (Rivol­ta contro il mon­do moder­no), 1934

Tags : Evola, révolte contre le monde moderne, ordre traditionnel, ordre, loi, forme, civilisation traditionnelle, homogénéisation, atomisation, atomes, individus, nature propre, aristocratie
Ordres apparents

Il faut tout de même voir qu’il y a des ordres appa­rents qui recouvrent, qui sont les pires désordres.”

Charles Péguy, Notre jeu­nesse, 1910

Tags : Péguy, notre jeunesse, ordre, désordre, ordres apparents, désordres
Orgueil

Cer­tains péchèrent par orgueil en confon­dant méfiance envers leur siècle et mépris de leurs sem­blables.”

Syl­vain Tes­son, Dans les forêts de Sibé­rie, Gal­li­mard, 2011

Tags : Sylvain Tesson, dans les forêts de sibérie, orgueil, méfiance, mépris, semblables
Originalité

Notre ori­gi­na­li­té nous effraie, voi­là pour­quoi la plu­part des gens n’osent pas quit­ter le trou­peau pour vivre.”

Jean-René Hugue­nin, Jour­nal, 1964

Tags : Huguenin, journal, originalité, peur, troupeau, vivre, vie
Origines

Le pre­mier fait auquel confron­té l’homme, comme à un des­tin iné­luc­table, et ce que nulle pen­sée ne peut com­prendre, ni nul ne peut vou­loir modi­fier, c’est le temps et le lieu de sa nais­sance : cha­cun est, lorsqu’il vient au monde, insé­ré dans un peuple, une reli­gion, un état, un temps, une culture. Mais ce fait implique déjà la presque tota­li­té des déci­sions.”

Oswald Spen­gler, Pen­sées, in Ecrits his­to­riques et phi­lo­so­phiques, édi­tions Coper­nic, 1980

Tags : Spengler, pensées, Copernic, origines, homme, destin inéluctable, pensée, temps, lieu de naissance, peuple, religion, état, culture, identité, territoire, décisions
Origines — voire aussi : Réalité

Nous vivons dans un déni du col­lec­tif et du sym­bo­lique qui confine à la néga­tion de la réa­li­té de la condi­tion humaine et des condi­tions de l’expérience humaine, la pesan­teur, la durée, l’origine, l’appartenance, cette réa­li­té jamais aus­si pré­sente sans doute qu’au moment où elle est refu­sée davan­tage. Nous, Euro­péens, qui avons refu­sé de men­tion­ner l’origine chré­tienne de l’Europe et pré­ten­dons inter­dire à l’Italie d’accrocher des cru­ci­fix dans ses écoles, fai­sons comme si l’argent fai­sait socié­té, comme si la bulle de l’assistance et de l’argent public pou­vait rem­pla­cer la fron­tière, oublier l’origine et se sub­sti­tuer à l’unité poli­tique. Et nous, Fran­çais, fai­sons comme si ce n’était pas les arrière-petits-enfants des esclaves de la traite, les des­cen­dants loin­tains des royaumes et des empires assu­jet­tis et rui­nés, qui nous demandent des comptes en rai­son des liens, des ori­gines et du sang ! Ils ont été ceux que nous serons, expul­sés de notre ori­gine, inter­dits de notre iden­ti­té, sus­pec­tés de résis­tance à notre dis­pa­ri­tion, rebelles à deve­nir colo­nie de nos colo­nies. L’étrange consen­te­ment de l’Europe à sa fin n’est pas étran­ger aux attaques dont elle fait l’objet : le par­tage des dépouilles attire les appé­tits…”

Her­vé Juvin, Le ren­ver­se­ment du monde – Poli­tique de la crise, Gal­li­mard, 2010

Tags : Hervé Juvin, le renversement du monde, politique de la crise, Gallimard, origines, réalité, Europe, France, immigration, identité, disparition, appartenance, condition humaine
Oser — voire aussi : Difficultés

Ce n’est pas parce que les choses sont dif­fi­ciles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont dif­fi­ciles.”

Sénèque, Lettres à Luci­lius, XVII, 104, vers 63–64 (“Non quia dif­fi­ci­lia sunt non aude­mus, sed quia non aude­mus dif­fi­ci­lia sunt”)

Oubli

Le petit homme contem­po­rain sait com­ment il se nomme et de qui il est direc­te­ment issu. Là se borne sa cer­ti­tude. Et encore… De la notion du temps, il ne reçoit qu’une per­cep­tion hori­zon­tale, quelque chose de déri­soi­re­ment limi­té. Dans l’éruption conti­nue à la sur­face de la terre, il se retrouve agglo­mé­ré à des mil­liards d’autres hommes… De la per­cep­tion ver­ti­cale, celle qui se hausse par l’échelle du pas­sé, et qui lui ren­drait sa noblesse, quelle que soit la modes­tie de son lignage, il n’a pas conscience. Sou­vent il la refuse. Débar­ras­sé de ce bagage, il s’imagine cou­rir plus vite ! Il galope en rond, le petit homme, comme une carne au bout d’une longe, avec son ano­ny­mat pour piquet. Il n’en sor­ti­ra jamais. Alors ? […]

Il ne sait rien. En quoi cela le concerne-t-il ? Il se tient seul, au centre de sa vie pas­sa­gère, entre son père et son fils, bornes extrêmes de son exis­tence […] Alors vous mesu­rez com­bien immense et proche est le désert… Je trouve cela inad­mis­sible, révol­tant, incroyable, navrant. Je demeure per­sua­dé que la chaîne res­ta long­temps solide et qu’elle com­men­ça à se perdre à l’aube du monde moderne, quand les hommes s’éloignèrent du vrai pour s’occuper de bali­vernes.”

Jean Ras­pail, La hache des steppes, Robert Laf­font, 1974

Tags : Jean Raspail, hache des steppes, robert laffont, oubli, longue mémoire, généalogie, culte des ancêtres, lignée, lignage, héritage, petit homme contemporain
Oxygène

La leçon impli­cite est que nous n’existons que par ce qui nous dis­tingue, ce que nous avons de sin­gu­lier, clan, lignée, his­toire, culture, tra­di­tion. Et nous en avons besoin pour vivre autant que d’oxygène.”

Domi­nique Ven­ner, Le Choc de l’Histoire, édi­tions Via Roma­na, 2011

Tags : Venner, choc, histoire, clan, lignée, culture, tradition, identité, oxygène, vivre

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z